Afin de récolter de nouveaux moyens financiers pour la rénovation du patrimoine français, le Centre des Monuments Nationaux (CMN) s’associe à My Major Company. Après la musique, les BD et le cinéma, le leader français du financement participatif lance, ce mercredi 7 novembre prochain, une opération qui permettra aux internautes de participer à la rénovation de quatre monuments français : le Panthéon, Carcassonne, parc de Saint-Cloud et le Mont-Saint-Michel. Dans l’interview ci-dessous, Matthieu JUIN-LEVITE, Chef du département du mécénat et des relations avec le monde de l’entreprise au Centre des Monuments Nationaux nous explique l’origine de ce partenariat inédit.

Page CMN sur le site MyMajorCompany

 

Une première française

Baptisé « Devenez tous mécène », ce dispositif mis en place par les deux partenaires est une première en France.

Comme l’a expliqué aux journal Les Echos, Philippe Belaval, Président du CMN : « Cela nous permet de toucher un public jeune et branché, qui ne viendrait pas spontanément sur notre site Internet, d’être mieux connectés aux réseaux sociaux, et de récolter des fonds plus rapidement ».

Dans une interview accordée au site tf1.fr, Victor Lugger, directeur général de MyMajorCompany explique : « Nous pensons qu’il y a beaucoup à faire en associant le participatif, le numérique, et le patrimoine. Cette initiative nous permet « d’évangéliser » le marché, de faire savoir que tous les Français peuvent jouer un rôle dans le financement de la culture. Nous savons bien que, avec ou sans nous, il y aura une restauration du Panthéon. Mais, demain, nous avons vocation à aider n’importe qui, pas seulement des géants comme le Louvre ou Versailles. Nous nous adresserons aussi au maire qui cherche 300 euros pour restaurer un retable au fin fond d’une église romane du Sud de la France. Il y a en France une colossale problématique de restauration d’orgues et d’églises, des villages entiers tombent en ruine ou sont vendus à des Chinois ou des Russes. A tous les niveaux, il y a besoin d’argent pour la culture, on l’a encore vu quand la ministre de la Culture a dû couper les budgets pour Lascaux 4; Nous allons chercher tous les Français qui tiennent à la culture et souhaitent s’engager pour quelque chose qui compte pour eux. L’idée n’est par de permettre aux internautes de gagner de l’argent mais de se voir remerciés de leur soutien et impliqués.

Lorsque vous appelez à la générosité pour restaurer le Panthéon, c’est une occasion d’informer sur le monument, son histoire, sur les métiers qui interviendront sur le projet comme les architectes des musées nationaux. Nous aidons les porteurs de projets à en parler de manière dynamique. En soutenant un projet, les internautes se l’approprient, ils interagissent en quelque sorte avec le patrimoine et s’en rapprochent. »

A partir d’ajourd’hui, mercredi 7 novembre,  le CMN proposera donc aux internautes de participer au financement de projets allant de 5 000 à 20 000 euros, en fonction des monuments. En échange de leurs participations, les internautes verront leur nom et leur photo affichés pendant 6 mois sur les monuments dont ils ont participé à la rénovation. De son côté, My Major Company prélèvera 10% du montant total des dons si un montant de dons suffisant a été atteint.

4 actions de restauration, entretien, acquisition, concernant quatre monuments 

       

. Le Panthéon, visité par 700.000 personnes par an et engagé dans une campagne de rénovation: appel au don pour son dôme qui nécessite 19 millions d’euros de travaux

. le Mont-Saint-Michel, 3 millions de touristes annuels: besoin de 3 millions d’euros pour remettre en état son pont-levis

. la Cité de Carcassonne : rénovation de Dame Carcas, l’héroïne de la cité médiévale, pour 30.000 euros

. le parc de Saint-Cloud : nettoyage de deux statues pour 18.000 euros.

Par nécessité

L’appel au mécénat populaire n’est pas une première pour le CMN qui avait récolté 260.000 euros auprès du public et d’entreprises pour la rénovation du Logis royal du Château d’Angers. A Saint-Cloud, plusieurs statues endommagées ont pu être « adoptées ». Le mécénat ne représente que 1,4 million d’euros de recettes pour le CMN, sur un budget de fonctionnement annuel de 130 millions d’euros, autofinancé à 75 %,  mais dont la subvention de fonctionnement versée par l’Etat a baissé de 3,5 % cette année. Le CMN doit donc absolument développer ses recettes de billetterie, concessions, privatisations, tournages, produits dérivés, mécénat d’entreprises et des particuliers.

Fondée en 2007, My Major Company revendique plus de 12M € levés sur près de 42 000 projets en France, en Allemagne et en Angleterre, et 280 000 financeurs. La plateforme de crowdfunding a notamment fait émerger des artistes comme Grégoire, Joyce Jonathan et Irma.

INTERVIEW de Matthieu JUIN-LEVITE, Chef du département du mécénat et des relations avec le monde de l’entreprise au Centre des Monuments Nationaux

Pourquoi avez-vous monté le projet « DEVENEZ TOUS MECENE » avec My Major Company, spécialisée dans la coproduction musicale ?

Le Centre des monuments nationaux (CMN) gère une centaine de sites majeurs propriété de l’Etat fréquentés par près de 9 millions de visiteurs par an. Dès mon arrivée à la tête du département mécénat fin 2010 il m’est apparu nécessaire de diversifier notre mode de recherche de mécènes : de la moderniser, de la rendre plus accessible, plus lisible et plus démocratique. Un mécénat accessible à tous ! J’ai alors activement réfléchi aux solutions pour élargir nos partenariats et nos sources de recettes mécénat.

Vous aviez déjà fait appel au public pour rénover des monuments ?

Nous avons décidé de tester de nouveaux médias de communication et de diffusion de l’information, mais aussi de nouvelles formes d’appel aux dons, comme l’avaient fait auparavant le château de Versailles avec sa campagnes « Adoptez une statue, un arbre ou un banc des Jardins » ou le Louvre pour l’achat des Trois Grâces. Notre 1ère campagne d’appel aux dons « Adoptez une statue » du domaine national de Saint-Cloud, relayée par notre site internet www.monuments-nationaux.fr, nous a permis de lancer une première expérience dans ce sens. Grâce à cette opération menée conjointement avec les Amis du domaine, quatre statues ont déjà été adoptées et restaurées ou sont en cours de restauration. Le projet avec MMC s’inscrit dans cette dynamique. C’est le fruit d’une rencontre puisque MMC souhaitait diversifier ses projets.

Etes vous allés proposer ce projet à My Major Company ou sont-ils venus vous le proposer ?

Intéressée par notre démarche d’appel à mécénat sous la forme d’un appel au don via internet, My Major Company qui souhaitait répondre à l’appel à projets numériques innovants lancé par le Ministère de la Culture et de la Communication, s’est alors rapprochée de nous pour nous associer à sa candidature. Le projet – retenu par le ministère – proposait de diffuser sur supports numériques une information à contenu culturel sur quelques monuments emblématiques. Celle-ci s’est doublée d’un appel au mécénat « grand public » pour financer des restaurations.

Cela vous permet de toucher des donateurs différents ?

Oui. Riche d’un réseau d’internautes de 200 000 membres, My Major Company nous a contactés tout naturellement en proposant que son site internet puisse donner accès à un public différent, un public jeune, un public qui ne viendrait pas spontanément sur notre site internet des monuments nationaux. En étant mieux connectés aux réseaux sociaux et plus rapide dans la collecte de fonds destinée à la restauration des plus beaux sites du patrimoine national, nous espérons que chacun, à partir de un euro seulement, prendra part à ce grand élan de restauration pour les générations futures.

Pouvez-vous travailler avec d’autres sites de recherche de fonds sur les 4 même lieux ou sur d’autres ?

Dans un premier temps nous allons observer comment cette campagne va se dérouler. Nous verrons dans six mois si les Français auront eu à cœur de participer financièrement, même pour un euro seulement, à la conservation et la restauration de son patrimoine national. . Comme l’a expliqué mon président Philippe Bélaval, « le patrimoine c’est l’affaire de tous ».

Quels sont vos objectifs de récoltes pour cette première opération ?

C’est une première pour le CMN comme pour MMC. Mais c’est aussi une grande première dans le paysage français pour le financement du patrimoine monumental national. Nous espérons que la mobilisation sera forte.

Propos recueillis par mail le 6 novembre 2012

Auteur: PY Lochon