Le M + Museum de Hong Kong achète toutes les créations existantes et futures d’un collectif numérique

Le futur musée M + d’art contemporain de Hong Kong vient d’cquérir les archives complètes du duo d’art numérique Young-Hae Chang Heavy Industries, y compris les droits sur les travaux futurs produits par le collectif basé à Séoul. Une première dans le monde de l’art et des musées.

Avec cet accord historique avec le collectif, le musée de la culture visuelle des 20ème et 21ème siècles de Hong Kong possède désormais plus de 500 œuvres numériques que le duo a déjà réalisées, ainsi que les droits sur tout ce qu’ils créeront à l’avenir.

Cet accord est sans précédent; aucun musée n’a jamais garanti le droit à une acquisition et à une exposition progressive d’œuvres d’artistes vivants, encore moins un musée qui n,’est pas encore ouvert au public.

A la question de l’exclusivité, Suhanya Raffel, directrice exécutive de M +, a expliqué à artnet News: « Les artistes peuvent vendre les éditions individuelles restantes, mais ils ne peuvent pas vendre tout leur travail à un autre collectionneur. La relation M + ne les empêche pas d’entreprendre d’autres projets et commissions. En fait, nous espérons qu’en augmentant encore leur profil international, leur pratique ira de mieux en mieux. Notre collection continuera de bénéficier de chaque opportunité reçue et de chaque nouveau projet qu’ils entreprennent. »

Toutes les créations du collectif avaient jusqu’à présent entre trois et cinq éditions. Pour les futures créations, chacune aura deux épreuves d’artiste, l’une appartenant aux artistes et l’autre livrée à M + sur un cycle de six mois. Le musée précise que les artistes ne sont pas obligés de faire un nombre minimum de créations supplémentaires.

« Nous sommes des chiens chanceux », a déclaré le duo dans un communiqué annonçant l’acquisition, bien que le musée ait refusé de divulguer le prix convenu pour cet échange important.

Un collectif pionnier créé en 1999

Le duo d’art numérique basé à Séoul est composé de l’artiste sud-coréen Young-Hae Chang et de l’artiste américain Marc Voge. Ils ont lancé Young-Hae Chang Heavy Industries en 1999 et ont été parmi les premiers artistes à utiliser Internet comme plate-forme pour leur art.

Au cours des deux dernières décennies, ils ont multiplié les créations de typographie cinétique sur le thème des médias, de la technologie et de la mondialisation. Le travail du collectif a été réalisé en 26 langues.

YOUNG-HAE CHANG HEAVY INDUSTRIES, Traveling to Utopia: With a Brief History of Technology at Bryce Wolkowitz Gallery from Bryce Wolkowitz Gallery on Vimeo.

Les archives acquises par le musée comprennent des créations postées sur leur site Web mais également des installations ainsi que des conférences. Le musée devient acquiert également des traductions et des brouillons de leurs travaux, dont certains doivent encore être publiés ou exposés.

« Nous sommes extrêmement fiers d’investir dans l’œuvre de Young-Hae Chang Heavy Industries , le précurseur de l’art sur Internet », a déclaré Doryun Chong, directeur adjoint et conservateur en chef du musée« Cette acquisition est une excellente solution pour M +, un nouveau musée de la culture visuelle contemporaine situé en Asie, où résident le plus grand nombre d’internautes et où la plupart des innovations pour l’avenir sont nées. »

Tout en constituant sa collection, le musée M + est toujours en construction dans le quartier de West Kowloon à Hong Kong, un quartier culturel et un projet ambitieux de la ville de Hong Kong qui a été initié en 2013 et qui comprendra des théâtres, des espaces de spectacles, des musées et des espaces publics.

La construction de M +, qui sera « l’un des plus grands musées de la culture visuelle moderne et contemporaine au monde », a connu des retards. Initialement prévue pour être terminée en 2015, sa date d’achèvement prévue a été repoussée à 2019.

SOURCES: M+

Date de première publication: 23/08/2018

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le directeur du musée d’Art moderne de Stockholm rejoint une startup associant art et réalité virtuelle / augmentée

En octobre 2018, Christie’s New York va vendre aux enchères une première œuvre créée par un algorithme

Laisser un commentaire