Le 27 août 2013, le National Design Museum Cooper-Hewitt (Smithsonian Institution) a annoncé l’acquisition de l’application musicale Planetary ainsi que son code source, qui seront versés dans le domaine public pour permettre aux développeurs d’incorporer certains des éléments notamment de design dans de futures applications. C’est la première fois qu’un musée mondial acquiert et intègre dans sa collection une application mobile.

Publiée en 2011, Planetary a été créée par la société Bloom Studio Inc et a fait l’objet de plus de 3,5 millions de téléchargements. L’application pour iPad utilise la métaphore visuelle des corps célestes pour représenter la relation entre les artistes (étoiles), les albums (planètes) et les chansons (lunes). L’application permet de visualiser la bibliothèque iTunes d’un utilisateur comme une galaxie de planètes, étoiles et lunes. Les objets interactifs célestes représentent chacun un artiste, un album et une chansons, le tout dans un univers immersif et dynamique, réagissant au flux des écoutes de l’utilisateur.

Présentation vidéo de l’application

L’annonce de la SI coïncidait avec l’événement astrologique Neptune en opposition, date de l’année durant laquelle la planète est la plus proche de la Terre et son rayonnement est le plus fort.

Planetary a représenté une étape essentielle dans l’histoire de la visualisation  interactive des données, et révolutionna le marché de la consommation multimédia.

Le scénario de l’application était basé sur la relation entre la visualisation des données et les propriétés du système solaire. La luminosité et la position des étoiles et des planètes variait selon la fréquence de la lecture des musiques par l’utilisateur. Dans la version 2.0 du logiciel, des événements astronomiques supplémentaires tels que les éclipses et les éruptions solaires avaient même été ajoutés.

« En tant que premier objet immatériel constitué de code numérique intégré dans la collection du Cooper-Hewitt, Planetary illustre à merveille l’engagement croissant du musée en faveur des logiciels et du design informatique », a déclaré Caroline Baumann, directeur du musée Cooper-Hewitt. « L’application permet de refléter la personnalité unique et les habitudes d’écoute de l’utilisateur à travers la métaphore intelligente du système solaire. Le cadeau supplémentaire du code source de l’application place le Cooper-Hewitt en position d’être un pionnier et un leader mondial en collecte de ce type d’«objet vivant» ».

Comme l’explique le musée dans son communiqué de presse, « grâce à l’acquisition et à la mise à disposition du public de l’application Planetary et de son code source, le musée peut révéler les décisions de conception graphique et design sous-jacentes prises lors de sa création et son évolution. De plus, à partir d’aujourd’hui, n’importe qui peut maintenant regarder, télécharger et jouer avec le code source à la base de l’application. Ce code peut être reproduit, modifié et porté vers d’autres plates-formes et consoles afin de préserver la richesse et la nouveauté des interfaces logicielles qui avaient été développées. Il est particulièrement important dans l’ère du numérique, que l’application puisse ainsi vivre et évoluer et non pas disparaître de notre histoire collective. » 

Le musée espère donc que des développeurs entreprenants vont utiliser le code source mis en libre accès pour créer d’autres logiciels. 

« La libération du code source nous permet de tester l’intérêt de la mise en open source de logiciels comme une nouvelle méthode de préservation à long terme d’un logiciel », a déclaré Sebastian Chan, directeur des médias numériques et émergents du Cooper-Hewitt. « Il permet également au musée de considérer les langages de programmation comme essentiel et pas seulement immatériel, et va aider les futurs chercheurs à entreprendre de nouvelles formes de recherche sur le design, les logiciels et l’étude critique des codes sources. » 

«Nous sommes ravis de partager Planetary avec les futures générations de créateurs, et nous tenons à remercier Cooper-Hewitt de prendre la décision audacieuse d’ajouter des logiciels à leur collection de design», ont déclaré Tom Carden et Ben Cerveny, co-créateurs de Bloom Studio« En acquérant non seulement l’application, et en ouvrant son code source et ses composantes design, le Cooper-Hewitt a adopté une approche pragmatique et avant-gardiste en matière d’acquisition de logiciels. »

Pour accompagner cette initiative, présenter l’application et permettre le téléchargement du code source, le Cooper Hewitt a créé le site web spécial www.cooperhewitt.org/planetary  

Collectionner l’immatériel

Comment les musées peuvent-ils préserver les applications, les logiciels et autres objets éphémères numériques qui composent de plus en plus notre culture ? Comment préserver l’immatériel ?

C’est à ces deux questions que le Cooper Hewitt a tenté de répondre en prenant l’initiative Planetary.

Comme l’explique  Sebastian Chan: «Si nous étions satisfaits d’être simplement un musée d’histoire ou un musée d’art, nous pourrions rester concentré sur le tangible, mais pour conserver notre position de Musée national du design, nous devons élargir ce que nous faisons. Nous commençons à accepter l’idée que ce genre d’objets contemporains doit être recueilli par un musée du design. Un tel enrichissement de notre collection nous permet également de mieux comprendre et donc expliquer les processus de décision et les choix des designers lors de leur démarche de production. »

L’acquisition de l’application a été influencés par au moins deux facteurs. C’est une des applications les plus innovantes en matière de design et elle peut donc s’intégrer naturellement dans les collections historiques du Cooper-Hewitt. En outre, les développeurs originaux de Planetary étaient prêts à travailler avec le Cooper-Hewitt sur du long terme et à réfléchir à la meilleure façon d’exposer et de préserver cette création logicielle.

L’application sera proposée sur des iPads remis aux visiteurs du musée lorsque le Cooper-Hewitt terminera ses travaux en 2014. Une adaptation de l’application serait également en réflexion pour permettre aux visiteurs d’explorer de manière interactive et spatiale  les 217.000 objets de la collection Cooper-Hewitt.

Avec l’acquisition de l’application Planetary, le Cooper-Hewitt comme certains de ses musées homologues expérimentent la meilleure façon de préserver les exemples les plus significatifs de la conception numérique, tout en répondant aux défis de l’obsolescence technologique rapide. Le Musée d’Art Moderne de New York a commencé à intégrer dans sa collection des jeux vidéo comme Pac-Man et Les Sims, mais ils doivent alors composer avec les problèmes d’obsolescence des consoles. Même le livre de l’Apocalypse, écrit sur une peau de mouton en 1086, est encore bien conservé et peut être consulté aux Archives nationales du Royaume-Uni !

L’acquisition de Planetary pourrait influencer non seulement la préservation numérique mais également la façon dont le Cooper-Hewitt et d’autres musées conservent des objets physiques. Par exemple, comme l’explique Chan en ce moment, le Cooper-Hewitt possède une collection de chaises imprimées en 3D , mais le musée ne détient pas le code source utilisé pour les générer. À l’avenir, selon Chan, « l’acquisition d’un objet pourrait ne pas s’arrêter à son objet physique: le musée de l’avenir pourrait se sentir le devoir d’intégrer à sa collection le processus et le logiciel qui ont permis la création de l’objet ».

L’initiative Planetary est peut être le début d’une nouvelle approche des musées en matière d’enrichissement de collections.

National Design Museum Cooper-Hewitt du Smithsonian 

Fondé en 1897, le Cooper-Hewitt est le seul musée américain consacré exclusivement au design. Le musée présente son histoire mais également analyse son impact sur la vie quotidienne à travers des programmes éducatifs , des expositions et des publications.  La collection du Cooper-Hewitt se compose de plus de 217.000 objets couvrant 30 siècles répartis dans dans quatre départements: dessins, gravures et conception graphique, objets design et arts décoratifs, textiles et revêtements muraux et la Bibliothèque nationale du design. Les site principal du musée, la Carnegie Mansion, est actuellement en cours de rénovation dans le cadre d’une campagne de financement de 64 M $ qui comprend l’agrandissement des salles pour les expositions, les collections affichage, les activités d’éducation et la Bibliothèque nationale.

Bloom studio

Bloom Studio, qui était basé à San Francisco de 2011 à 2012, a été l’un des studios numériques les plus innovants en matière de création design et d’expériences interactives. Les applications de Bloom, y compris Planetary, Biologic, Fizz et Cartagram, ont permis aux utilisateurs d’explorer leur vie par le biais des services en ligne et des réseaux sociaux. Le studio a été fondé par les Ben Cerveny, Tom Carden et Jesper Anderson. Robert Hodgin les a ensuite rejoint en tant que directeur créatif.

Informations fournies par la Smithsonian Institution

Date de première publication: 07/09/2013