Le New Museum de NYC ouvre le NEWINC: incubateur pour l’art, la technologie et le design

Le 26 octobre 2013, Lisa Phillips, Directeur du New Museum, annonçait la création d’un incubateur pour l’art, la technologie et le design. La directrice et les équipes sont maintenant en place dans leur nouvel espace. En attendant les projets innovants … 

New inc banner

Pour accueillir cet espace d’expérimentation et d’innovation, les architectes SO-IL et Gensler ont rénové l’espace de 11.000 mètres carrés d’un entrepôt situé à côté du musée, et y ont créé des salles de conférence, de projection, et des ateliers pour les artistes résidents.

De 60 à 100 start-ups, artistes et entrepreneurs créatifs, vont pouvoir s’installer dans cet espace de travail inédit et ainsi former une communauté interdisciplinaire orientée vers la collaboration et l’innovation.

Le 25 février dernier, à l’occasion de l’ouverture des candidatures, le nom de l’incubateur d’art a été dévoilé : le NEWINC. Il ouvrira ses portes cet été. Les participants seront choisis par la directrice, Julia Kaganskiy accompagnée d’un comité, sur la base d’un appel à projet, qui a été lancé au début du mois de mars 2014.

La nouvelle directrice âgée de 27 ans est surtout connue comme la fondatrice de #ArtsTech meetup, un événement et une communauté de plus de 4.000 participants geeks, et elle a également occupé la fonction de rédacteur en chef pour le site web Creators Project, coédité par Vice et Intel.

Un projet encourageant la collaboration et la création artistique

Sous réserve de payer une cotisation mensuelle de 350 à 600 US$, les membres de la communauté de l’incubateur pourront bénéficier de l’espace de travail riche de fournitures, de services de soutien, et d’une gamme complète d’activités ouvrant des possibilités de collaboration.

Ils suivront également un programme solide de cours hebdomadaires, d’ateliers, de séminaires, de présentations et d’événements professionnels. Chaque mois, une thématique particulière sera étudiée afin de permettre aux membres d’acquérir une base ou de développer leurs connaissances en droit, ou en stratégie, par exemple. Par ailleurs, le New Museum apportera son expertise ainsi que son réseau pour offrir aux projets nés au sein de l’incubateur des possibilités de développement.

«Nous voulons encourager les membres à organiser des entretiens et des ateliers en plus des choses que nous programmons, et à travailler ensemble sur des projets, en plus des opportunités de collaboration que nous leur offrons. Nous recherchons un équilibre entre vouloir fournir la structure pour le programme, et vouloir laisser assez d’ouvertures pour que des idées organiques puissent émerger» a déclaré l’équipe du New Museum.

Le programme se déroulera sur douze mois à plein temps, avec la possibilité de le prolonger une deuxième année.

Un projet inspiré de l’observation de la pratique

New Museum-New-YorkJulia Kaganskiy estime également «qu’une nouvelle classe créative émerge avec l’ère digitale; les artistes développent de nouvelles idées qui ont un potentiel commercial, mais dont ce n’est peut-être pas l’objectif premier. Ils ont besoin d’espace pour rechercher et développer ces idées».

L’initiative de l’incubateur a été inspirée par la pratique créative qui se développe déjà à New York et ses alentours. Elle est issue du constat que les barrières entre les différentes disciplines artistiques disparaissent peu à peu, laissant place à une nouvelle manière de travailler, plus interdisciplinaire : des artistes sont des programmateurs créatifs utilisant des logiciels, et des designers travaillent avec des biotechnologies.

«Parce que beaucoup de ces praticiens créatifs et hybrides défient la catégorisation traditionnelle, ils ont du mal à trouver une place pour leurs idées, pour faire avancer leurs projets. Ce sont ces personnes que nous visons; les gens qui sont dans la pratique de l’art et du design mais qui travaillent avec la technologie et qui expérimentent avec de nouveaux modes de production culturelle » a par ailleurs expliqué la Directrice de l’incubateur.

Les créateurs de l’incubateur ont été également inspirés par un certain nombre de projets émanant de programmes universitaires ou ceux du célèbre site de financement collaboratif Kickstarter, qui ont récolté beaucoup de fonds pour pouvoir se développer et qui doivent maintenant se réaliser, et qui peuvent à cette occasion rencontrer quelques difficultés de réalisation, notamment de gestion. Le but est donc de décliner des idées en produits, fondés sur des modèles économiques viables pour les créateurs.

Un projet  initié par le New Museum

En accueillant ce premier incubateur, le New Museum répond à son objectif d’explorer les arts nouveaux, tout en apportant  un concept véritablement avancé qui permette une stimulation du travail collaboratif, et de la mise en réseau, au profit du développement de projets innovants.

«Le New Museum est l’un des établissements les plus avancés que je connaisse», s’est félicité Julia Kaganskiy, «Je ne crois vraiment pas qu’un tel projet pourrait s’épanouir dans un autre musée. C’est vraiment quelque chose qui émerge de l’éthos du musée — un engagement à soutenir l’art nouveau et les nouvelles idées tout en re-envisageant la pratique conservatrice et celle d’un musée du 21ème siècle».

Bien qu’elles ne soient pas encore totalement définies, des relations étroites et fructueuses seront établies entre l’incubateur et le New Museum, sa programmation, et son département de conservation et d’éducation.

Il est déjà acquis que le personnel du Musée partagera son expérience et ses compétences avec les résidents de l’incubateur, agissant comme des mentors, et apportant son travail d’expertise. Par ailleurs, les projets émanant de l’incubateur, pourraient être accueillis à la fin de l’année au New Museum.

Site web du NEWINC

Lire l’interview de Julia Kaganskiy sur le site psfk

SOURCES: New Museum

Date de première publication: 25/03/2014

Laisser un commentaire