Les objets du Smithsonian peuvent désormais être imprimés en 3D à domicile

Le mercredi 13 novembre 2013, la Smithsonian Institution américaine, le plus grand complexe muséal au monde, a lancé une nouvelle visionneuse 3D en ligne, qui permet au public de visionner des objets en 3D. Les données peuvent également être téléchargés et reproduites avec une imprimante 3D. 
Cosmic Budha (c) Smithsonian Institution

La Smithsonian Institution a dévoilé son explorateur 3D à l’occasion de la conférence Smithsonian 3D, un événement de deux jours pendant lequel l’institution présente son programme et ses projets 3D.

« Le Smithsonian est l’un chef de file dans l’utilisation de la technologie 3-D pour rendre les collections des musées et les spécimens scientifiques le plus largement disponibles pour être exploré et étudié», a déclaré Günter Waibel, directeur du Programme de numérisation de l’institution« L’explorateur Smithsonian 3D et les premiers objets numérisées sont une première étape destinée à montrer comment cette technologie va transformer le travail du Smithsonian et d’autres musées et institutions de recherche. »

L’explorateur Smithsonian 3D présente d’ores et déjà des objets de la Smithsonian qui permettent de mettre en évidence les différentes applications potentielle de capture et d’impression 3-D, ainsi que des méthodes nouvelles de distribution numérique des données 3-D dans la recherche, l’éducation et la conservation.

Parmi les objets de la collection déjà numérisés et présentés:

. le Wright Flyer (National Air and Space Museum): L’analyse 3-D du premier avion des frères Wright permet aux utilisateurs d’explorer les moindres détails de lobjet, fournissant compréhension des principes de vol du Wright.

Cassiopeia, débris de supernova (Smithsonian Astrophysical Observatory): reconstruction 3D de Cassiopeia à partir des données de la Nasa

. Fossiles de baleines (Musée National d’Histoire Naturelle): le Smithsonian a reconstitué la disposition et l’état des squelettes d’une baleine retrouvée au Chili

Cosmic Buddha (galeries Freer et Sackler): étude des compositions bas-relief grâce à plusieurs techniques innovantes.

Lincoln Masks (c) Smithsonian Institution

Téléchargement non commercial gratuit

Pour numériser et mettre en ligne ces objets numérisés et bien d’autres, le Smithsonian s’est associé à la société Autodesk afin de créer son explorateur Smithsonian X 3D explorateur. L’explorateur contient une variété d’outils pour l’examen de ces objets. Les utilisateurs peuvent ainsi faire tourner les objets, prendre des mesures précises entre les points et ajuster les couleurs et l’éclairage. L’explorateur a également une fonction de narration, qui permet aux conservateurs et éducateurs Smithsonian de créer des visites guidées des modèles 3D. L’explorateur est aussi intégrable sur des sites hors de la galaxie Smithsonian, des blogs et des médias sociaux.

En plus d’être en mesure d’afficher ces objets à l’aide de l’explorateur, les données 3D brutes des objets numérisés seront disponibles pour le téléchargement pour un usage personnel et non commercial. Les enseignants et autres éducateurs pourront ainsi utiliser les données pour créer des modèles 3-D de ces objets à utiliser dans leurs classes en les imprimant sur des imprimantes 3D, vendues actuellement aux Etats Unis au prix de 1 000 $.

«Nous sommes honorés d’avoir joué un rôle dans la préservation de ces pièces inestimables de l’histoire et de l’humanité», a déclaré Amar Hanspal, Senior vice-président chez Autodesk. « Nous espérons que l’exploration de ces inestimables objets, fossiles et spécimens scientifiques en 3-D va générer plus d’intérêt du public, et notamment des étudiants en sciences et technologie. »

Dans ce projet, le Smithsonian a également reçu le soutien de 3D Systems, entreprise qui a déjà travaillé sur la numérisation des collections de plusieurs musées Smithsonian, dont l’une des grandes baleines fossilisés découvertes dans le désert d’Atacama, au Chili.

Des milliards de visiteurs

Avec plus de 137 millions d’objets conservés dans ses collections, la Smithsonian Institution se lance donc dans une nouvelle étape de son histoire et espère que la 3D lui permettra de rendre son imposante collection accessible aux écoles, aux chercheurs et aux publics du monde entier.

D’autres objets ont également fait l’objet d’une numérisation 3D:  le costume de vol d’Amelia Earhart, les moulages du visage du président Abraham Lincoln pendant la guerre civile, l’arme d’un missionnaire des années 1800, un fossile de mammouth laineux de l’ère glaciaire. Autant de morceaux d’histoire que le public va pouvoir découvrir et même toucher.

Ce programme ambitieux de numérisation permet également à la Smithsonian de redéfinir sa relation avec le public et de devenir plus interactif.

«Historiquement, les musées ont juste essayé de pousser les données vers le public. C’était une rue à sens unique », a expliqué Gunter Waibel. « Maintenant, les musées sont vraiment en train de repenser leur relation avec leur public, et ils essaient de leurs donner toutes les clefs pour apprendre. Avec un coût de la numérisation 3D et de l’équipement d’impression en baisse ces dernières années, il y a une nouvelle opportunité pour les musées de transformer la façon dont ils recueillent et conservent les objets mais également comment ils remplissent leur mission d’éducation. Les modèles tridimensionnels vont pouvoir aider à raconter des histoires et à créer des enseignements plus attractifs. »

De la numérisation 3D aux visites interactives

Les équipes éducatives du Smithsonian ont construit des visites interactives en ligne pour visualiser et re-contextualiser les modisations 3D:

. pour l’avion Wright Flyer de 1903, ils ont créé un module qui explique son moteur et la conception de l’aile, et l’utilisateur peut même faire pivoter l’objet dans toutes les directions

. la nouvelle visionneuse 3D inclut également des sites archéologiques tels que la grotte de Liang Bua en Indonésie, où le fossile Homo floresiensis fut découvert en 2003

. avec les masques de Lincoln, la visionneuse 3D permet à l’utilisateur d’ajuster les niveaux d’éclairage pour voir le vieillissement du visage du président au cours de la guerre

. et un scan 3D d’une statue de Bouddha chinois permet à l’utilisateur d’examiner et de mieux comprendre une histoire sculptée à sa surface.

Jusqu’à présent, le Smithsonian consacre environ 350.000 dollars par an à la numérisation 3D, aidé par des entreprises mécènes. Mais les responsables des musées de l’institution essaient de collecter 15 millions de dollars pour créer un  nouveau laboratoire 3D qui devrait être installé à Washington.

Le patron du Smithsonian, Wayne Clough a fait de la numérisation des objets de sa collection une priorité depuis son arrivée en 2008. Dans un e-book publié récemment, Clough a appelé les musées à accélérer leur travail de numérisation des collections afin de les rendre accessible à la génération née dans l’ère d’Internet. Les musées pourraient ainsi réaliser un rêve, celui d’atteindre des milliards de visiteurs dans le monde. (Lire l’article du Clic France)

Le Directeur de l’institution caresse d’autres rêves « Ne serait-il pas génial pour nos visiteurs de « rencontrer » Abraham Lincoln ou de « croiser » un Dinosaure dans l’une de nos expositions? . Ce sera bientôt possible ! »

La Smithsonian Institution n’est pas seule à suivre cette stratégie. D’autres musées ont déjà commencé à numériser des œuvres d’art ou à faire des scans 3D de sculptures. Cela fait ainsi partie des priorités de Sree Sreenivasan, le nouveau et premier Directeur numérique du Metropolitan Museum of Art.

Site web Smithsonian X 3D

Informations fournies par la Smithsonian Institution

Date de première publication: 13/11/2013

Laisser un commentaire