L’Imperial War Museum britannique invite le public à raconter huit millions « d’histoires de vie »

Le 12 mai 2014, l’Imperial War Museum du Royaume-Uni a lancé une plateforme communautaire visant à collecter et partager les vies de plus de 8 millions de personnes qui ont servi à l’étranger et sur le « front intérieur » pendant la Grande Guerre. Objectif : créer un mémorial numérique permanent dédié aux soldats, infirmières et autres personnes de Grande-Bretagne et du Commonwealth qui ont contribué à la guerre.

8April1917WagonlieuFrWWI

« Maintenant que la Première Guerre mondiale est en dehors de la mémoire vivante, il est plus important que jamais que nous encouragions la génération d’aujourd’hui à en savoir plus sur ces hommes et ces femmes et leurs expériences de 1914-18 », a déclaré Diane Lees, directeur général de l’IWM« Vies de la Première Guerre mondiale sera une plate-forme fantastique tout au long du centenaire et deviendra également une ressource importante pour les générations futures. »

La campagne mondiale de crowdsourcing, les vies de la Première Guerre mondiale, invite le public à apporter des données (images, audio …) et des objets historiques afin d’aider à construire une gigantesque base de données.

IMW lives_logo

Enrichir les archives existantes

Celle-ci viendra compléter les archives historiques existantes de ceux qui ont servi dans les forces britanniques et du Commonwealth (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande et l’Inde) de 1914 à 1918. Ce fond d’archives est déjà composé de documents officiels portant sur 4,5 millions d’hommes et 40.000 femmes. Le nouveau projet demande au public de compléter cette base de données en apportant leurs propres archives familiales et images pour construire de nouveaux dossiers, ou à compléter les dossiers partiels sur ceux qui ont servi dans la guerre ainsi que les personnes tuées dans le conflit entre 1914 et 1918.

Les personnes qui n’ont pas d’images ou documents de famille sont également invitées à contribuer au projet en remplissant manuellement les dossiers en ligne. Ils peuvent ainsi compléter le travail des équipes de l’IWM qui ont déjà numérisé de nombreux documents de la période de guerre. Avant de les faire entrer dans le catalogue en ligne, les internautes peuvent aider à remplir les dossiers partiels ou incomplets, de la date de naissance, aux affectations militaires et au décès de ceux qui sont impliqués dans la guerre.

IMW war HP LOTFWW-dashboard-624x361

« facebook d’une génération sacrifiée »

Dans la pratique, la plateforme de crowd-sourcing sera un croisement entre Facebook et Wikipedia, encourageant les utilisateurs à enrichir le site avec des images et des histoires et à partager cette information. Le projet est libre d’utiliser et est soutenu par le DC Histoire de famille de Thomson, qui gère plusieurs sites Web sur la généalogie.

Cette base d’archive numérique, accessible à livesofthefirstworldwar.org est et restera un outil de recherche et de mémoire complètement gratuit. Il entend devenir la plus grande base de données en ligne mondiales sur cette période et créer le « facebook d’une génération sacrifiée ».

Le musée a indiqué qu’il souhaitait également inclure à cette base les personnes qui ont servi dans les forces du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l’Inde, mais également les femmes travaillant dans les usines de munitions, les cheminots, le personnel infirmier et les autres acteurs involontaires de cette guerre. Les dossiers de près de 17 000 objecteurs de conscience seront ainsi inclus.

IMW BritainLivesofWWI-01d6e

Raconter l’histoire de 8 millions de personnes 

Au cours des quatre prochaines années, pendant le centenaire de la Première Guerre mondiale, le musée espère publier en ligne les profils et histoires d’environ huit millions de personnes.

« Le lancement de cette plateforme n’est que le début. C’est le début d’un voyage et nous invitons tout le monde à y participer. Nous avons besoin du public pour nous aider à reconstituer plus de 8 millions d’histoires de vie, de sorte que nous puissions nous souvenir de ces personnes, maintenant et à l’avenir. Tout le monde peut contribuer à cette plateforme, qu’ils choisissent de se rappeler simplement de quelqu’un, de télécharger une photo de leur album de famille, de partager une histoire transmise de génération en génération, ou de compléter les documents officiels pour raconter l’histoire d’une vie tout au long de la guerre », a déclaré Luke Smith, le responsable numérique pour le centenaire de la Première Guerre mondiale à l’IWM.

Richard Grayson, président du groupe consultatif académique du musée, a déclaré que le site était « une occasion exceptionnelle pour le public et les universitaires de travailler ensemble dans l’écriture de nouvelles histoires de la guerre. Le public apportera de l’expertise et de l’énergie à l’étude de la guerre, et contribuera à la découverte des histoires perdues, en particulier des communautés locales ».

Parmi les premiers profils pour lesquels l’IMW espère recueillir de plus amples informations figurent :

IMW Molly 6615416. la Sœur Martha Aitken, qui a servi dans le Service de soins infirmiers de la Force territoriale dans des hôpitaux militaires en France et dans les Flandres;

. le Soldat Michael Lennon, qui a combattu à Gallipoli;

. Beatrice Campbell, tuée à l’âge de 20 ans lorsque le camp à Abbeville où elle travaillait comme domestique pour l’armée de la reine a été bombardé le 30 mai 1918 ;

. Albert Tattersall qui a rejoint le 20e Bataillon, Régiment de Manchester, avec ses deux frères, a vécu  l’attaque du premier jour de la bataille de la Somme et a été tué, âgé de 23 ans, moins d’un an après leur arrivée au France;

. Molly O’Connell-Bianconi, qui s’est rendue en France en 1917 avec le First Aid Nursing Yeomanry entièrement féminin et a reçu la Médaille militaire après avoir sauvé un groupe de soldats blessés d’un dépôt de munitions incendié par les obus ennemis.

Crowdsourcing et commémorations

Ce projet de crowdsourcing est lancé dans le cadre des commémorations du 100e anniversaire du début de la guerre, qui a fait rage de 1914 à 1918 et qui aurait entraîné la mort de plus de 886 000 dans les forces armées britanniques, selon les archives nationales du Royaume-Uni.

L’Imperial War Museum a été créé en 1917 comme un moyen d’aider les générations futures à comprendre le sacrifice de ceux qui sont impliqués dans les conflits passés et en cours. Dans un peu plus de deux mois, l’institution ouvrira au public ses nouvelles galeries de la Première Guerre mondiale à l’IWM de Londres,

www.livesofthefirstworldwar.org

Présentation du projet Vies de la Première Guerre mondiale sur Vimeo

SOURCES: IMW, theregister.co.uk, globalpost.com, washingtonpost.com

Date de première publication: 20/05/2014

A LIRE SUR LE SITE DU CLIC:

Lynsey Martenstyn (Imperial War Museum London) : « des archives numériques pour rendre les collections des musées accessibles à tous »

Laisser un commentaire