Afin de rendre ses archives plus accessibles au public, la ville de Marseille a lancé une grande campagne de numérisation et vient de mettre en ligne sa plateforme Marius. Cette dernière met gratuitement à la disposition de tous plus de 70 000 documents numérisés, conservés à la bibliothèque, aux archives et dans les musées de Marseille.

Image2

Le portail Marius est le résultat de la campagne de numérisation de la ville de Marseille, lancée dans le but de rendre plus accessible à tous son patrimoine culturel, nourris par 2 600 ans d’histoire.

Les éléments numérisés et aujourd’hui mis à la disposition du public sont très diversifiés. En effet, la plateforme rend accessible au plus grand nombre plus de 70 000 documents dont des photographies (11610 éléments), des cartes postales, des estampes et affiches, dessins et peintures, des livres et manuscrits mais également des objets ou de la presse. La catégorie « Images » regroupe à elle seule 14 698 éléments.

Le site web propose également un large panorama des oeuvres des différents musées et du museum d’histoire naturelle : installations, peintures, sculptures, arts décoratifs, costumes, objets archéologiques, fossiles… autant de pièces uniques, exposées ou à l’abri des réserves.

La ville de Marseille et sa région

Il est possible d’effectuer des recherches plus précises par catégories ou selon les lieux de conservation et chaque document numérisé est doté d’une fiche explicative de l’œuvre.

Ces documents numérisés sont majoritairement relatifs à la ville de Marseille et sa région même si certains on peut trouver sur la plateforme des documents provenant du reste de la France et de l’étranger.

Vidéo de présentation de la plateforme : « Les archives municipales de Marseille font peau neuve » par le journal la Marseillaise

Une mise à disposition encore restreinte

Contrairement à la Ville de Toulouse (lire article du Clic France: . Les Archives nationales Françaises optent pour l’ouverture et la gratuité des données), Marseille n’a pas choisi une diffusion de ses archives en Open content.

Comme l’indique la rubrique « Mentions légales » du site Marius: « Tous les contenus présents sur le site sont des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public ou couvertes par le droit d’auteur, que la Ville de Marseille est autorisée à reproduire et représenter. La réutilisation non commerciale de ces documents est autorisée, conformément à l’article L122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle, à condition que la mention complète de la source soit clairement indiquée (Auteur, titre, date, référence, et établissement propriétaire). Toutes les utilisations à des fins commerciales sont soumises à autorisation, et le cas échéant, au règlement de frais de reproduction. »

Malgré cette limite, saluons la démarche d’ouverture des archives de Marseille qui sera très prochainement suivie par Rennes.

Sources : marius.marseille.fr, ID Boox, La revue française de la Généalogie

Mise en ligne: 13/09/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Les Archives nationales Françaises optent pour l’ouverture et la gratuité des données

Les élus de Toulouse décident à l’unanimité de faire passer les données publiques de leurs institutions culturelles en Open Data

Brusselsmuseums.be, la nouvelle plateforme web de promotion des 117 musées bruxellois

Numelyo, la plateforme de la Bibliothèque municipale de Lyon, propose de télécharger des milliers de documents numérisés issus de ses collections

Sur une nouvelle plateforme web, le musée Nicéphore Niépce met en ligne 20 000 photographies libres de droit

Paris Musées lance une nouvelle plateforme de découverte et de valorisation des collections des musées de la Ville de Paris

21 musées français ajoutent leurs oeuvres à la collection en ligne de la plateforme Artsy