A l’occasion de l’atelier du 27 avril 2010, Mazedia a pu présenter aux membres du CLIC son dernier dispositif pour l’abbaye de Fontevraud : une table Multitouch.

Rencontre avec Michel Roux et Vincent Roirand.

En quoi consiste le projet de table multitouch de l’Abbaye de Fontevraud ?

Le projet est une expérience dédiée à l’utilisation des nouvelles technologies, ici les interfaces multitouch, pour la médiation culturelle. Il permet un questionnement sur les nouvelles possibilités offertes par cette technologie au service des Musées et organismes à vocation culturelle et les usages qu’en font les visiteurs. Le projet a fait l’objet d’une phase d’étude et d’analyse approfondies afin d’imaginer un dispositif répondant à la fois aux objectifs de contenus du « diffuseur » et aux attentes des utilisateurs.
Il a ainsi été défini que l’approche du multitouch serait basée sur sa capacité à être multi-utilisateurs : l’idée d’un dispositif permettant une utilisation intuitive, collective, voire collaborative, apporte une nouvelle dimension pour les outils de médiation culturelle.

fontevraud31
Le projet rassemble des compétences diverses et complémentaires : designers, ergonomes, spécialiste du mobilier et de la signalétique, spécialistes du matériel informatique et audio-visuel, créatifs, informaticiens, concepteurs/rédacteurs, historiens… Tous réunis dans l’objectif commun de réaliser la solution la plus pertinente et efficace.
De nombreux aspects ont ainsi été abordés : dimensions du mobilier, gesture associée à l’application, design graphique, contenus…
En soi, cette expérience aura permis d’éprouver notre capacité à produire de nouvelles solutions répondant véritablement aux problématiques de médiation culturelle. La question « à quoi sert le multitouch ? » sur ce domaine voit avec ce projet des réponses concrètes. C’est un premier pas vers la création de nouveaux dispositifs de ce type.

Comment est né le projet table multitouches de l’Abbaye de Fontevraud ?

L’idée d’expérimenter une table multitouch / multi-utilisateurs à vocation de médiation culturelle a émergé chez Mazedia il y a de nombreux mois. L’appel à projet « Design’in » a permis la création d’un consortium réunissant les acteurs nécessaires à la réalisation du dispositif (l’Abbaye de Fontevraud pour le contenu et l’expérimentation in situ, Boscher pour la réalisation du mobilier, Laurent Vié pour le design, l’Ecole des Mines pour l’assistance sur l’ergonomie…). La région Pays de la Loire, en retenant notre projet pour Deisgn’in a permis sa concrétisation.

Combien de temps ont duré ces développements techniques et en matière de contenus ?

Les premières réunions opérationnelles sur le projet ont eu lieu en juin 2009, le projet a vu le jour fin avril 2010. En synthèse, 6 mois auront permis la conception du projet en détail, y compris les contenus. 4 mois auront été nécessaires au développement, à l’intégration, aux tests et ajustements…

Quel en est le budget global ? Qui en sont les financeurs ?

Le budget total est d’environ 220 K Euros. La région Pays de la Loire a apporté 147 K Euros, le reste a été assumé par Mazedia et les autres acteurs (l’investissement humain est très important !).

fontevraud41

Aviez vous déjà lancé des tables multitouch dans un contexte culturel ? Ou dans un autre contexte ?

Nous avions réalisé une première table de test pour le Sitem 2009 (expérimentation d’une application permettant la manipulation d’œuvres).
Nous avons lancé, en quasi parallèle de l’expérience Fontevraud, un dispositif basé sur 2 tables Surface en réseau, pour l’exposition « Contrefaçons » à la Cité des Sciences. Nous sommes intervenus comme partenaire de Microsoft sur ce projet. L’approche du multitouch est ici toute autre : le message à transmettre est simple (les faux peuvent être partout dans la maison), l’application est très réactive et très ludique. Ce projet nous a permis d’expérimenter la technologie avec un œil très différent et nous a permis de tester une autre voie d’exploitation du multitouch, toujours dans une optique d’exposition culturelle.

fontevraud1

Quels sont les principaux obstacles ou écueils d’un tel projet ?

La principale difficulté réside dans la coordination des très nombreuses compétences réunies pour ce type de projet. Il a fallu permettre à chacun d’apporter son expertise et de trouver le bon équilibre entre toutes les contraintes posées pour tirer le meilleur parti de chaque spécialité.

Combien de temps sera testé la table à Fontevraud ?

Le dispositif (il s’agit bien d’un dispositif complet et pas seulement d’une table) sera exposé pendant 4 ou 5 mois à l’Abbaye de Fontevraud.

Conduirez vous des tests utilisateurs ?

Bien entendu, la réalisation du dispositif n’est qu’une partie de l’expérience. Nous entrons désormais dans la phase d’étude utilisateurs, qui nous apportera, nous en sommes certains, de nombreuses information très utile pour la conception de futurs projets multitouch pour la médiation culturelle.

fontevraud21

L’application multitouch aura-t-elle une extension mobile ou en ligne ?

Nous avons imaginé et spécifié un module permettant l’envoi des contenus consultés sur l’adresse email des utilisateurs souhaitant poursuivre le sujet. Cela sera, je l’espère, intégré d’ici la fin de la saison. Cette idée s’inscrit dans notre approche globale de l’utilisation du multimédia et des réseaux pour les projets de ce type.

Comment voyez vous l’avenir du multitouch dans un contexte culturel ?

Le multitouch est un nouveau territoire pour les dispositifs multimédia dans ce contexte. L’aspect innovant voire spectaculaire est très attrayant pour les utilisateurs. Toutefois, la difficulté liée à la gestuelle permettant une utilisation « intuitive et multitouch » des applications reste un véritable frein : aucun langage standard n’existe encore (hormis le « zoom » à 2 doigts issu de l’iphone), il reste donc difficile de proposer aux utilisateurs un contenu dense et structuré sans apprentissage. Toutefois, l’arrivée des OS et des écrans multitouch dans les foyers devrait permettre d’avancer sur ce point.
Deux grandes approches semblent émerger sur le multitouch dans le contexte culturel : les outils de médiation (prenant en compte de nombreux paramètres liés aux contenus, à l’ergonomie, à la forme du dispositif en lui-même) et les dispositifs plus « événementiels », proposant une expérience interactive originale aux utilisateurs, en les faisant bien souvent participer et créer leur propre « œuvre ».
Dans les 2 cas, l’avenir du multitouch est, dans ce contexte, très lié aux possibilités d’exploitation collective.

Quels sont les grands enjeux / grandes innovations futures en matière de numérique culturel ?

Nous pensons que le prochain challenge va porter sur la cohérence et la mise en relation des dispositifs numériques réalisés. Aujourd’hui, ces manipulations multimédia ou autres solutions numériques de médiation culturelle sont toutes déconnectées les unes des autres : il est nécessaire de permettre aux utilisateurs d’aborder ces outils et contenus de manière globale, et de leur proposer les solutions adéquates.

Mazedia en dates, en lettres et en chiffres.

Mazedia a été créée en 1994, avec pour objectif de concevoir et réaliser des solutions multimédias innovantes. Depuis ses débuts, l’agence a connu de nombreuses mutations technologiques et est toujours restée dans un questionnement d’usage de ces nouvelles technologies.
Nous sommes actuellement une quarantaine de collaborateurs, couvrant une vingtaine de métiers allant de la conception-rédaction au développement web, en passant par la stratégie Webmarketing, la gestion de projet, la création, l’audiovisuel, la 3D… Nous sommes résolument multi-médias.
Un pôle dédié à la muséographie a été créé au sein de l’agence depuis 2 ans.

Activités et références dans la sphère culturelle :

Cité de l’Architecture (parcours multimédia), Cité des Sciences et de l’Industrie (dispositif multimedia), Exposition Universelle de Saragosse (dispositif interactif mural), Château des Ducs de Bretagne (borne interactive), Musée Fabre / Montpellier (parcours multimédia) …

http://mazedia.fr/Museographie

Contact : michel.roux@mazedia.fr

Interview réalisée le 12 mai 2010.