Le Musée d’Art Contemporain de Chicago ouvre The Commons, un nouvel espace dédié à l’expérimentation artistique et à l’interaction avec le public

Le samedi 21 octobre 2017, le Museum of Contemporary Art de Chicago a officiellement ouvert son nouvel environnement d’apprentissage polyvalent, les Commons, un espace public dynamique et flexible situé au cœur du musée. L’espace permet l’expérimentation artistique et l’interaction avec les publics, favorisant « un plus grand sens de l’empathie, de l’ouverture, de la curiosité et de la citoyenneté ». Une innovation qui accompagne l’accrochage d’œuvres d’art dans de nouveaux espaces du musées, en accès libre.

Conçu par l’équipe Pedro y Juana, basée à Mexico, le Commons d’inscrit dans un programme plus vaste de refonte du Museum of Contemporary Art de Chicago, qui comprend également un nouveau restaurant et un salon au niveau de la rue, dévoilés plus tôt cette année. Un programme ambitieux doté d’un budget de 16 millions de dollars.

Les Communs, avec l'installation lumineuse de Pedro y Juana  Photo: Peter McCullough  © MCA Chicago
Les Communs, avec l’installation lumineuse de Pedro y Juana Photo: Peter McCullough © MCA Chicago

The Commons, entre espace et programmation

The Commons est à la fois un espace physique et un programme continu, réunissant artistes, penseurs et publics dans une constellation de projets artistiques, conversations, performances, interactions, ateliers, présentations et lectures explorant la culture et la vie contemporaine.

Comme l’explique le musée : « c’est un endroit où l’on peut expérimenter des pratiques socialement engagées et axées sur le public, et une invitation pour nos visiteurs à participer à des projets dirigés par des artistes de Chicago ».

Le lancement des Communs marque également le début d’un nouveau programme d’engagement et de partenariat. Les organisations civiques et culturelles qui composent les communautés culturelles riches et diversifiées de Chicago se verront offrir des occasions d’être des participants à court et à long terme au travail du musée.

Pedro y Juana, un studio d’architecture et de design basé à Mexico City, fondé par Ana Paula Ruiz Galindo et Mecky Reuss, a été choisi pour concevoir l’aménagement et la scénographie de ce nouvel espace. Le studio a notamment imaginé et conçu une installation spécifique au site comprenant des lampes suspendues et des jardinières. De plus, le mobilier multifonctionnel crée une oasis à l’intérieur du musée, propice à l’activité et à la réflexion.

Comme l’explique le musée: « le design de Pedro y Juana pour Commons, notre nouvelle zone d’engagement social, transforme l’espace en un jardin intérieur grâce à des dizaines de lampes suspendues qui agissent également comme des jardinières gracieuses. En outre, l’équipe d’architectes a conçu des meubles polyvalents qui correspondent aux nombreux usages de Commons: performances, ateliers et autres programmes, ainsi que pour se détendre. Les mardis et vendredis soirs dans l’espace Commons sont les meilleurs moyens de découvrir des artistes, des DJ ou des penseurs créatifs lors d’un événement ».

Ana Paula Ruiz Galindo complète: « notre conception pour le MCA crée un environnement qui ouvre de nouvelles possibilités d’engager et de réfléchir sur le cadre social, politique et critique fondamental de l’art. Nous avons pensé les Commons comme un nouvel espace de troisième type, le public y viendra pour sortir de chez lui et sortir de son travail. Nous imaginons les Communs comme un espace égalitaire en mouvement constant, souple et qui crée une sensation où toutes sortes de choses – même inattendues – peuvent arriver et arriveront en tout temps ».

Une programmation artistique interactive

La programmation d’ouverture du nouvel espace Commons comprend notamment le projet interactif Open 24 Hours de l’artiste et activiste locale Edra Soto, qui invite les visiteurs à envisager l’engagement civique à travers des postes d’écriture, des performances et des ateliers d’artistes tout au long de l’exposition. 

L’exposition Open 24 Hours est ouverte pendant les heures normales de musée du 21 octobre 2017 au 25 février 2018 et est organisé par le conservateur du musée en charge des programmes publics January Parkos Arnall.

1-1-17: UV Vodka, Hennessy, Patron, 1800 Reposado, Miller, Colt 45, New Amsterdam, Paul Masson, Boone’s, 2017 Photo courtesy of the artist
1-1-17: UV Vodka, Hennessy, Patron, 1800 Reposado, Miller, Colt 45, New Amsterdam, Paul Masson, Boone’s, 2017 Photo courtesy of the artist

Edra Soto est une artiste basée à Chicago née à Porto Rico. Elle est éducatrice et conservatrice, et co-directrice de l’espace projet extérieur du Franklin. Son projet, Open 24 Hours, considère les espaces urbains ouverts, tels que les communes, comme des espaces à la fois publics et privés pour se rassembler et échanger. À travers des performances interactives, des conférences et des ateliers programmés en collaboration avec la communauté créative de Chicago, Soto demande aux visiteurs « d’envisager la responsabilité personnelle dans les espaces civiques et les invite à explorer les possibilités de travail socialement engagé dans leurs propres communautés ».

Open 24 Hours s’inspire des bouteilles d’alcool que Soto collecte lors des promenades du matin dans son quartier de Garfield Park. Soto met en lumière la culture en présentant ces bouteilles dans des vitrines réparties à travers les Communs, reflétant son intérêt à contrer l’épidémie de déchets ainsi que sa fascination pour l’utilisation des espaces publics.

Un projet interactif en cours, Open Forum, est une station d’écriture installée dans les Communs qui encourage les visiteurs à soumettre des «dons» écrits en réponse à des questions sur la nature de l’espace urbain et la dynamique interculturelle. Les réponses sont ensuite incorporées dans une série de conférences, de performances et d’ateliers organisé le vendredi soir. 

Par ailleurs, l’artiste invite les visiteurs à poster une image de la manière avec laquelle ils apprécient #artinfreespaces @mcachicago sur Instagram. Le 6 novembre 2017, le MCA choisira un heureux gagnant qui aura la chance d’être invité pour une visite privée et un verre au restaurant du MCA, en compagnie de l’un des directeurs du musée.

La création de l’artiste Edra Soto est la première de la série de commandes artistiques biannuelles destinées aux Communs. Cette première exposition entre également dans le cadre de la nouvelle stratégie du MCA qui consiste à proposer des accrochages artistiques dans des espaces libres d’accès.

L’art dans les espaces libres d’accès 

Ernesto Neto, chutes d'eau de My Breast to the Sky , 2017. Photo: Nathan Keay  © MCA Chicago
Ernesto Neto, chutes d’eau de My Breast to the Sky , 2017. Photo: Nathan Keay © MCA Chicago

Durant l’automne 2017, le MCA dévoile peu à peu 1 100 mètres carrés d’espaces publics gratuits qui seront ouverts à la création artistique. 

Le musée a commandé trois nouvelles installations artistiques pour ces espaces, et chaque année, ils seront également mis à disposition de dizaines de projets d’artistes temporaires et d’événements.

Le public est ainsi invité à venir passer du temps avec ses amis, à discuter, à se détendre, à assister à une performance expérimentale ou à apprendre quelque chose de nouveau sur l’art.

En dehors d’Edra Soto, 3 autres artistes sont les invités du MCA, avec chacun une installation.

. L’eau d’ Ernesto Neto.

L’installation de Neto transforme la caractéristique la plus instagrammée du MCA – l’escalier nord en forme d’amande – en un vortex serein. Le filet surdimensionné de couleur aquatique s’étend vers le ciel, du rez-de-chaussée à l’oculus du quatrième étage de l’immeuble. Le public peut monter à l’intérieur, se reposer sur les coussins parfumés et regarder en haut.

Le miroir de la sorcière de Chris Ofili au restaurant Marisol

Situé en face du théâtre, la fresque colorée et les fenêtres vaporeuses de Chris Ofili donnent au restaurant un air de fantaisie, ce qui en fait l’endroit idéal pour profiter des boissons et des conversations avec ses amis les plus proches avant un spectacle au MCA Stage.

Étant donné la proximité avec le théâtre, il n’est pas surprenant de voir un clin d’œil espiègle aux décors théâtraux, et notamment aux couleurs audacieuses et lignes dansantes des costumes et décors de Marc Chagall. L’artiste est également inspiré par la peinture florale de Georgia O’Keeffe.

Chris Ofili, Le miroir de la sorcière , 2017. Photo: Kendall McCaugherty - Les photographes Hall + Merrick  © MCA Chicago
Chris Ofili, Le miroir de la sorcière , 2017. Photo: Kendall McCaugherty – Les photographes Hall + Merrick © MCA Chicago

Murales de l’atrium

Les peintures murales commandées pour les murs du deuxième étage du MCA sont une idée du conservateur en chef Michael Darling pour transformer la montée de l’escalier en expérience. La fresque actuelle, Untitled de Lorna Simpson, est en place jusqu’en juillet 2018. Simpson a collé et peint des clips du magazine Ebony, basé à Chicago , créant un sublime paysage d’iceberg.

SOURCE: MCA Chicago

Date de première publication: 24/10/2017

 À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

L’Art Institute of Chicago fait la promotion de ses nouveaux outils numériques dans une nouvelle campagne publicitaire

Le Chicago History Museum propose sa première exposition interactive dont le thème a été choisi par le public

Avec Picasso, Monet et Renoir, le MoMA et l’Art Institute of Chicago se lancent dans l’édition scientifique numérique

A Jerusalem, le musée de la Tour de David héberge 21 start-ups dans son nouveau laboratoire dédié à l’innovation numérique

8 start-up françaises sélectionnées pour la « tournée américaine » du French-American Creative Lab 2017

Laisser un commentaire