Le musée national d’Histoire et d’Art (MNHA) de Luxembourg se visite virtuellement en 3D

Le musée national d’Histoire et d’Art (MNHA) de Luxembourg a été entièrement modélisé en trois dimensions. Depuis le 23 mars 2018, il est désormais possible d’explorer ses nombreuses salles et de découvrir ses collections en 3D sur internet, via un pc, une tablette ou un téléphone mobile.

Le vendredi 23 mars 2018, le MNHA est entré dans le 21ème siècle en lançant sur son site internet l’option «Visites en 3D».

Comme l’explique le musée sur son site web: « Conscient de la complexité de son bâtiment et soucieux d’illustrer l’étendue de ses salles ainsi que la richesse de ses collections, le Musée national d’histoire et d’art a pris l’initiative d’ajouter sur son site Internet un onglet « Visites 3D » permettant une exploration en détail de l’intérieur de son bâtiment ».

Grâce à de multiples outils technologiques, le musée a été entièrement modélisé en haute résolution, offrant à chacun l’opportunité d’admirer depuis chez soi la complexité architecturale du bâtiment et l’étendue de ses collections.

« Ce projet s’inscrit dans la stratégie numérique du ministère de la Culture. Je suis très fier que l’on soit le premier musée à présenter un modèle en 3D, d’autant que la réalisation d’un tel modèle n’était pas simple au vu de la complexité de l’architecture », a déclaré Michel Polfer, directeur du MNHA.

Le MNHA devient ainsi le premier musée du Luxembourg à avoir été complètement modélisé en 3D. Tout visiteur muni d’un ordinateur, smartphone ou tablette peut donc désormais admirer le musée, en s’y baladant virtuellement via le site internet du musée.

« Malgré d’excellentes prises de vue, il nous était difficile de communiquer sur la richesse de nos collections. Ce n’est plus le cas avec le modèle 3D, qui propose une vue interactive, immersive et en haute résolution. L’expérience est fluide et agréable, on ne saute pas de point en point comme c’est le cas avec Google Street View par exemple », a précisé au site journal.lu Gilles Zeimet, assistant scientifique en charge de la digitalisation du musée, lors de la présentation de la visite 3D, le vendredi 23 mars 2018.

Une modélisation « maison de poupée »

Baptisée «Dollhouse» (maison de poupée), la visite 3D propose un point de vue qui permet de prendre conscience de la complexité du bâtiment.

À la différence de simples prises de vue des salles d’exposition, le modèle 3D permet non seulement de mieux comprendre l’architecture du bâtiment mais également de donner aux visiteurs une expérience immersive incitant à la découverte des lieux.

En plus de permettre l’exploration du bâtiment, le modèle 3D offre une expérience augmentée de son accessibilité:
. il permet aux personnes à mobilité réduite de se déplacer sans entrave à travers des espaces qui, de par leur architecture historique, leur sont difficiles d’accès.
. il donne la possibilité à ceux qui ne peuvent se rendre au Luxembourg de découvrir la richesse de son patrimoine.
. il permet d’anticiper une visite au musée et de mieux préparer celle-ci en ciblant un parcours
. curiosité non négligeable, il « autorise » un accès virtuel à des espaces inaccessibles pour des raisons de sécurité et de conservation.

« Grâce au modèle 3D, le grand public peut aussi accéder à des espaces qui lui sont généralement interdits pour des raisons de sécurité ou de conservation », a précisé Gilles Zeimet. « Il devient ainsi enfin possible de gravir cet escalier en colimaçon en grès coquillier de 1580, situé entre l’aile Wiltheim et le cabinet des médailles, et surplomblé d’un vitrail de Bert Theis ».

 

Une production luxembourgeoise avec des outils californiens

La société luxembourgeoise In-Visible a été chargée de modéliser le musée, à partir d’outils de la société californienne Matterport.

La caméra en train de numériser une salle d’exposition

Ceux-ci consistent d’une part en une caméra spécialisée et d’autre part en un service d’hébergement ainsi que d’un logiciel de visualisation en ligne. La caméra Matterport est un hybride combinant un module infrarouge avec une caméra à haute résolution. Le module infrarouge permet de calculer la profondeur d’un espace et la caméra sert à générer des panoramas 360°. Un modèle 3D détaillé est formé en associant une multitude de panoramas 360° avec les informations obtenues par le module infrarouge.

« Généralement, le matériel est utilisé pour réaliser environ 200 points de numérisation. Pour le MNHA, nous avons réalisé plus de 800 scans! », a indiqué la société In-Visible.

Luc Schengen, directeur de la société In-Visible ajoute: « Un tel nombre de panoramas nécessite de disposer d’une carte graphique puissante. Mais la technologie évolue sans cesse et nous adapterons constamment le système aux événements, l’accès sera donc de plus en plus facilité. »

Ceux qui ne possèdent pas un ordinateur récent ou un smartphone de dernière génération, pourront accéder à la visite 3D du musée par département (archéologie, art au luxembourg, art moderne et contemporain, art ancien, arts décoratifs et populaires, cabinet des médailles…) afin de faciliter le chargement.

Le musée en réalité virtuelle

Les adeptes de la réalité virtuelle, dotés de lunettes VR telles que Google Cardboard ou Occulus Gear VR  pourront aussi explorer le MNHA en plus grande immersion, en cliquant sur la petite icone «lunettes» qui s’affiche sur le téléphone.

« La résolution est telle que l’on peut voir les œuvres, a précisé Michel Polfer. Dans un avenir proche, nous enrichirons le parcours avec des informations sur les différents objets. »

La visite 3D s’enrichira également prochainement de liens vers la plateforme numérique des collections, la banque de données des objets et des œuvres qui sera prochainement mise en ligne.

Le modèle 3D tel qu’il se présente aujourd’hui sera développé au fil du temps. Il sera régulièrement mis à jour afin qu’il reflète au mieux l’évolution de la présentation des collections. Il s’adaptera également aux
avancements des technologies 3D.

Le directeur du MNHA envisage ainsi « des rescans si les salles changent, afin de rester à jour ». « Nous pouvons aussi envisager d’archiver les anciennes expositions, au moins les plus importantes. Cependant leur mise en ligne reste une problématique à clarifier du fait des droits d’auteur. Tout ceci n’est en tout cas qu’un début ».

La prochaine étape dans ce vaste chantier de modélisation et de diffusion numérique du musée portera sur les souterrains du musée Dräi Eechelen.

SOURCES: musée national d’Histoire et d’Art (MNHA), journal.lu, lequotidien.lu

Date de première publication: 26/03/2018

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Robots et drone au service des visiteurs au Musée d’Art moderne du Luxembourg

Avec l’application « Vivez Versailles », le Château teste pour la première fois la réalité virtuelle

Le Centre national des arts plastiques propose une visite virtuelle de ses réserves actuelles et futures

Le projet français UMA ambitionne de créer le premier musée virtuel, universel et accessible pour tous

70 chefs d’oeuvres de Rembrandt et d’autres maîtres hollandais peuvent maintenant être admirés dans le cadre d’un musée virtuel

Les nouveaux musées virtuels de Thaïlande ambitionnent d’attirer 11 millions de visiteurs dès l’année 2018

Le MuCEM révèle ses espaces et ses collections de manière virtuelle sur Google Arts & Culture

Laisser un commentaire