Ce musée virtuel met à disposition gratiuitement des milliers de spécimens numériques imprimables en 3-D. MorphoSource , cette base de données de scans numériques que chacun peut télécharger et imprimer en 3-D a été lancée en 2013 par un paléontologiste de Duke University (Etats Unis, Caroline du Nord), Doug Boyer. C’est aujourd’hui la plus grande et la plus ouverte base de données numérique de ce genre.

Dernier membre de l'arbre de la famille humaine, maintenant en 3-D

Scan 3-D du crâne fossilisé d’Homo naledi, un être humain antique dont les restes ont été découverts dans une caverne en Afrique du Sud. MorphoSource.org . Reconstitution par Peter Schmid et Ashley Kruger, Université de Witwatersrand.

Scan 3-D du crâne fossilisé d’Homo naledi, un être humain antique dont les restes ont été découverts dans une caverne sud – africaine. La créature est l’ un des plus de 500 espèces éteintes dont balayages fossiles sont disponibles pour quiconque de télécharger à http://MorphoSource.org . Reconstitution par Peter Schmid et Ashley Kruger, Université de Witwatersrand.

« Sur le site MorphoSource.org, les visiteurs du site peuvent faire un zoom avant ou arrière et faire pivoter les scans de fossiles, les télécharger et même faire leurs propres copies physiques pour les tenir dans leurs mains en utilisant l’impression 3-D » annonce Doug Boyer.

MorphoSource_homepage_5LSIlob.focus-none.width-600

L’initiative numérique s’inscrit ainsi en opposition aux pratiques passées dans le domaine des origines humaines. « La paléoanthropologie est traditionnellement un réseau fermé où les recherches terrain sont faites en secret et les résultats tenus encore plus secrets. Les chercheurs sont souvent assis sur les fossiles pendant des années et des années avant de publier, puis même après la publication, il peut être difficile de voir les fossiles ou même voir des moulages d’entre eux », a déclaré Duke évolutionnaireun autre professeur d’anthropologie de Duke Steven Churchill, un membre de l’équipe qui a découvert et décrit Homo naledi.

Rendre les découvetes les plus visibles et disponibles

L’équipe de recherche autour de Naledi Homo a ainsi profité de MorphoSource pour rendre leurs découvertes les plus accessibles. Lorsque la découverte a été annoncée en Septembre 2015, les chercheurs ont diffusé de manière entièrement libre et en haute résolution les numérisations de plus de 80 spécimens dans le référentiel MorphoSource. Durant les trois mois suivant la mise en ligne des fichiers numériques, les scans 3D Homo Naledi ont été consultés 43.000 fois et téléchargé 7.600 fois.

Présentation vidéo de la plateforme:

L’imagerie 3-D de fossiles n’est pas une pratique nouvelle. Une technique appelée micro-tomographie par ordinateur utilise les rayons X pour créer un modèle 3-D d’un fossile depuis une dizaine d’années. De nombreuses institutions se sont précipitées pour scanner et numériser leurs collections de fossiles, mais MorphoSource est l’un des seuls efforts visant à consolider les données résultantes et les mettre en ligne dans un seul endroit.

Au cours des trois années écoulées depuis le lancement de la plateforme, les chercheurs et les éducateurs de plus de 70 institutions à travers le monde ont téléchargé près de 9 000 fichiers images. À ce jour, la collection représente plus de 500 espèces, dont un crâne de Neandertal de 40 000 ans touvé en Israël, les coléoptères d’eau de Nouvelle Guinée, et les os d’un dinosaure appelé telmatosaurus. Les visiteurs peuvent également trouver plusieurs dizaines de dents d’un requin préhistorique nommé Megalodon, les vertèbres du plus grand serpent jamais découvert appelé Titanoboa, et les os bizarres d’une grenouille de Madagascar.

La plupart des numérisations de fossiles sont accompagnées de fiches pédagogiques que les enseignants peuvent utiliser en classe à travers une intiative appelé PaleoTEACH.

La base de données continuent à s’enrichir. En février 2016,  plus de 400 crânes ainsi que des os supplémentaires de 59 espèces de singes, des singes et lémuriens du Musée de zoologie comparée de Harvard on rejoint MorphoSource.

morphosource sdata20161-f1

Le projet MorphoSource est piloté et financé par l’université de Duke, soutenu par des subventions de la National Science Foundation.

Présentation de MorphoSource sur le site physanth.org

SOURCES: Duke University, MorphoSource, phys.org

Date de première publication: 07/03/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Détruite par Daech, l’arche de Palmyre sera bientôt reconstruite en 3D taille réelle et exposée à Londres et NY

Oeuvres en 3D pour enrichir l’expérience des visiteurs aveugles et malvoyants: un nouveau projet finlandais

Le Musée National de la Science et de la Technologie de Taïwan imprime en 3D une réplique fidèle de Mammouth

L’impression 3D pourrait accélérer la fin du chantier de la Sagrada Familia

3D Systems s’associe à 100 bibliothèques et musées de sciences américains pour développer les usages de l’impression 3D

Le public peut maintenant imprimer chez lui en 3D et gratuitement des oeuvres de la collection du British Museum