Le musée de l’Hermitage récolte 440 000 $ via une vente aux enchères d’oeuvres en NFT

Partager :

Révélée en juillet 2021, le musée d’État de l’Hermitage de Russie a mis en vente une collection NFT de cinq œuvres de sa collection sur la plateforme NFT Binance. Les cinq NFT, reproductions numériques d’œuvres de de Vinci, Monet et d’autres grand maitres de la peinture ont été mis aux enchères du 31 aout au 7 septembre 2021. Ils ont rapporté plus de 440 000 $ au musée de St Petsrbourg.

La plateforme Binance NFT a mis en vente une collection NFT basée sur les chefs-d’œuvre les plus emblématiques conservés au Musée de l’Hermitage. Cette nouvelle collection de jetons non fongibles (NFT) basés sur des œuvres d’art célèbres était composée de cinq chefs-d’œuvre d’artistes célèbres qui ont été numérisés en ultra haute résolution, accompagnés d’une signature numérique du directeur général du musée de l’Ermitage, Mikhail Piotrovsky.

Le communiqué de presse de Binance indique que « la signature associée à une image ultra-haute résolution, numérisée et symbolisée, est une combinaison unique à la jonction du monde de la technologie et de l’art. Nous associons les chefs-d’œuvre sélectionnés des époques passées, les autographe du directeur et le statut de l’Ermitage d’État, à la tendance moderne de l’art numérique reflétée dans les jetons NFT »

  • 2 exemplaires NFT par chef d’œuvre

Deux NFT ont été produits pour chaque œuvre d’art, dont l’un sera conservé par le Musée de l’Ermitage aux côtés des œuvres d’art originales.

Les enchérisseurs gagnants de chaque NFT obtiennent non seulement une œuvre d’art numérique unique, mais recevront également une vidéo unique dans laquelle Mikhail Piotovsky présente le processus de certification des copies du tableau en les dédicaçant avec un horodatage exact.

La collection, intitulée « Votre jeton est conservé à l’Ermitage », présente des reproductions ultra haute définition de certaines des pièces les plus remarquables de la collection du musée.

La série d’œuvres comprend des reproductions de « La Vierge à l’enfant » de Léonard de Vinci, « Lilac Bush » de Vincent van Gogh, « Le coin du jardin de Montgeron » de Claude Monet, « Composition VI » de Wassily Kandinsky et « Judith » par Giorgione.

Chaque vente aux enchères avait une offre de départ de 10 000 BUSD (une crypto-monnaie qui suit le cours du dollar américain).

La vente aux enchères a eu lieu sur Binance NFT Marketplace pendant une semaine du 31 août au 7 septembre 2021.

  • 440 000 $ de recettes

Comme prévu, l’œuvre de Da Vinci a reçu l’enchère la plus élevée à 150 500 BUSD lors de la vente aux enchères NFT de l’Hermitage sur Binance.

La Vierge à l’Enfant, peinture qui aurait été réalisée à Milan vers 1482, est l’une des œuvres qui ont contribué à une nouveau période de l’histoire de l’art, la Haute Renaissance. La peinture représente une femme nourrissant un jeune enfant et a été décrite comme «la quintessence de la maternité et de l’amour maternel».

Selon les données de la plate-forme Binance NFT, la vente aux enchères de l’Hermitage a généré un total de plus de 444 000 $ de Binance USD (BUSD), et donc la même valeur en dollars américains.

L’enchère la plus élevée de la vente aux enchères est allée à « La Vierge et l’ Enfant » avec le soumissionnaire retenu plaçant une offre de 150 500 BUSD pour acheter la représentation numérique de la célèbre œuvre d’ art.

Source : Binance NFT

Un porte-parole de l’Ermitage a déclaré à Cointelegraph que tous les revenus des enchères NFT iront au musée, « à l’exception des dépenses convenues dans le contrat dans le cadre de ce projet ».

Il faut préciser que ces recettes novelles contreviennent totalement à la politique du gouvernement russe, alors même que le musée est un institution d’état.

Les paiements en crypto-monnaies comme le Bitcoin sont loin d’être légalement acceptés en Russie. Très récemment, Dmitri Peskov – le représentant officiel du président russe Vladimir Poutine – a réitéré que la Russie n’avait aucune raison de reconnaître Bitcoin comme monnaie légale, car cela nuirait au système financier du pays. La Russie a même officiellement interdit aux résidents d’effectuer des paiements dans des crypto-monnaies comme Bitcoin dans le cadre de sa loi sur la cryptographie, « sur les actifs financiers numériques », en janvier 2021.

  • Un musée rebelle ? 

Dans une annonce faite en juillet 2021, le musée basé à Saint-Pétersbourg avait annoncé que son initiative autour des jetons non fongibles (NFT) « aidera le musée à offrir une meilleure disponibilité de la collection Hermitage, à démontrer l’importance de la numérisation dans la collection d’art et à générer de nouveaux revenus »

Dans une déclaration faite en même temps, Piotrovsky a déclaré que la technologie NFT rend « les choses de luxe plus disponibles, mais en même temps exclusives ». Il avait ajouté que l’Ermitage continuera à explorer ce que la numérisation peut faire pour le musée. « Sur ces nouvelles technologies, nous fonderons nos nouvelles expérimentations », avait-il précisé.

  • Une exposition NFT en novembre 2021

En novembre 2021, l’Hermitage museum organisera sa première exposition d’art numérique – « Etherial Aether ». L’exposition est préparée par le département d’art contemporain du musée.

Fondé en 1764 et installé dans l’ancienne résidence d’hiver de la famille impériale de Russie, l’Hermitage abrite plus de trois millions d’œuvres d’art.

SOURCES: beincrypto.com, coinspeaker.com, cointelegraph.com

PHOTOS: wikimedia commons

Date de première publication: 08/09/2021

Partager :

Laisser un commentaire