Le musée d’Histoire de l’art de Vienne expose la collection idéale aux airs de cabinet de curiosités du réalisateur Wes Anderson

Le réalisateur américain Wes Anderson et son épouse Juman Malouf ont plongé dans les collections du prestigieux musée d’Histoire de l’art de Vienne et picoré parmi des millions d’oeuvres pour composer leur exposition idéale. Une exposition originale et subjective, en forme de cabinet de curiosités à découvrir du 6 novembre 2018 au 28 avril 2019.

En 2012, le Kunsthistorisches Museum Vienna a lancé une nouvelle série d’expositions au cours desquelles « des personnalités créatives remarquables sont invitées à présenter leurs sélections personnelles d’objets issus des collections historiques du musée ». Les collections du musée représentent plus de quatre millions d’objets et couvrent une période de cinq mille ans. La première exposition, intitulée Les anciens ont volé toutes nos grandes idées , a été sélectionnée et organisée par le peintre et dessinateur Ed Ruscha. Une exposition suivie en 2016 par l’exposition During the Night , sélectionnée et organisée par le céramiste et écrivain britannique Edmund de Waal.

Carte blanche au réalisateur et son épouse

Pour le troisième volet de cette série, carte blanche a été donnée au cinéaste Wes Anderson et son partenaire, l’écrivain et illustrateur Juman Malouf.

« Nous pensions que ce serait facile parce que nos goûts pour les couleurs, les formes, la lumière et les ombres dans l’art sont identiques, presque interchangeables. Et bien sûr nous avions tort », a plaisanté Wes Anderson lors de l’inauguration de l’exposition, décrivant un processus de sélection fait de « patience et de négociations frustrantes » entre les deux artistes.

Le KHM de Vienne est connu pour sa collection de Bruegel, ses tableaux de Raphaël, Vermeer, Rubens, Rembrandt, Dürer ou ses collections d’antiquités, mais le duo s’est affranchi de tout critère d’époque, de lieu, de style et de prestige pour faire sa sélection.

Wes Anderson et Juman Malouf devant un tableau de Brueghel © KHM-Museumsverband
Photo: Rafaela Proell

Avec l’aide des conservateurs et des conservateurs du musée, Anderson et Malouf ont choisi plus de 400 objets provenant des quatorze collections historiques du musée. Parmi celles-ci figurent des antiquités égyptiennes, grecques et romaines, des tableaux de maîtres anciens, des sélections du Kunstkammer et du trésor impérial, des pièces de l’arsenal impérial, de la collection de pièces de monnaie et de la collection d’instruments de musique historiques, ainsi que des pièces du Theatermuseum, du Weltmuseum, le musée impérial des calèches et le château d’Ambras à Innsbruck. Des « invités spéciaux » du Natural History Museum sont également inclus.

Une attention particulière a été accordée aux réserves du musée: plus de 350 objets ont été importés des dépôts, et de nombreuses oeuvres sont ainsi exposées au public pour la toute première fois.

Le résultat est intitulé « Momie de musaraigne dans son sarcophage et autres trésors ».

Bande annonce de l’exposition:

Un accrochage à la manière d’un cabinet de curiosités

Le choix et l’accrochage de ces trésors – des plus anciens, un collier de perles en céramique de l’Égypte ancienne, au plus récent, un singe en bois sculpté en Indonésie près de 5 000 ans plus tard – suggèrent « l’ampleur spectaculaire, la profondeur, l’histoire et la complexité de les collections du Kunsthistorisches Museum ».

Comme dans ses films, le réalisateur de « La famille Tenenbaum », « The Grand Budapest Hotel » ou dernièrement « L’île aux chiens » a imaginé dans les huit salles d’exposition une atmosphère très personnelle, une identité visuelle forte grâce à la mise en scène très réfléchie des pièces, où l’on retrouve notamment son obsession de la symétrie.

« L’accrochage donne le sentiment d’être dans la collection d’un comte excentrique, quelque part dans la campagne tchécoslovaque il y a des siècles », explique Jasper Sharp, l’un des commissaires du KHM. « Wes Anderson et Juman Malouf, 49 et 43 ans, ont conçu l’exposition « dans un esprit enfantin, qu’il s’agisse de la sélection des objets ou de leur présentation »

Présentation de l’exposition par Jasper Sharp :

De Vienne à Milan

L’exposition est une collaboration entre le Kunsthistorisches Museum Vienna et la Fondazione Prada. L’exposition sera présentée à la Fondazione Prada, à Milan, à partir de l’automne 2019.

Elle est organisée par Wes Anderson et Juman Malouf, avec l’aide de Jasper Sharp (Kunsthistorisches Museum) et de Mario Mainetti (Fondazione Prada).

L’exposition est accompagnée d’un catalogue entièrement illustré avec des contributions textuelles de Sabine Haag, Jasper Sharp et Wes Anderson.

Un audioguide en allemand et en anglais est également proposé aux visiteurs. Dans les deux versions, Wes Anderson, Juman Malouf et l’acteur Jason Schwartzman parlent de l’exposition en langue anglaise originale.

Exposition « Momie de musaraigne dans son sarcophage et autres trésors », jusqu’au 28 avril 2019 au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

www.khm.at

SOURCES: Kunsthistorisches Museum de Vienne, weekend.levif.be

Photos: © KHM-Museumsverband

Date de première publication: 11/11/2018

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

« Chambre des visiteurs » dans les musées de Rouen : le public est à nouveau invité à choisir ses oeuvres préférées

Avec une application escape game, Valenciennes sort « le grand jeu » pour son exposition « une histoire du monde en 100 objets » du British Museum

A Varsovie et à Poitiers, les jeunes visiteurs deviennent commissaires d’une exposition temporaire

DOSSIER / Et si le public devenait (co)commissaire d’exposition ?

Pour sa prochaine exposition « Mon sosie a 2000 ans », le Musée de la Civilisation invite le public à prêter son visage

S. Amic (MBA Rouen) : « Faire choisir par le public les œuvres que l’on va sortir des réserves est le prolongement de notre mission de service public »

Laisser un commentaire