[Covid-19] Le Musée de Londres veut sauvegarder les rêves des Londoniens pendant la crise du Covid-19

Le 26 novembre 2020, le Museum of London lance un nouveau projet insolite  : recueillir les rêves des Londoniens. Avec ce projet unique et insolite, le musée de Londres, associé au musée des rêves, souhaite sauvegarder ces contenus qu’il considère comme autant de témoignages de l’impact mental de la pandémie sur le public, mais aussi une manière de faire bouger les lignes des collections muséales.

« Le COVID-19 a apporté de nombreux changements dans la vie des Londoniens, non seulement au jour le jour, mais aussi en ce qui concerne la façon dont nous dormons et rêvons. Selon une enquête menée par King’s College London et Ipsos MORI en juin 2020 , l’anxiété, le stress et l’inquiétude provoqués par la crise mondiale du COVID-19 ne se limitent pas aux heures de la journée, mais ont également affecté notre sommeil et nos esprits rêveurs » explique le Museum of London sur son site web.

En réponse à ce constat, le Museum of London, en partenariat avec le Museum of Dreams basé à l’Université Western au Canada, lance un projet de recherche visant à recueillir les rêves des Londoniens en enregistrant des témoignages de rêves de la pandémie.

Le projet, intitulé Guardians of Sleep, constitue une première mondiale. Le musée de Londres sera la première institution à « collecter des rêves en tant que rencontres brutes et témoignages personnels ». La collecte est ouverte jusqu’au 15 janvier 2021.

L’équipe du projet vise à collecter les rêves sous forme d’histoires orales, mais aussi à « explorer ce que les rêves pourraient offrir sur la santé mentale et les moyens de faire face aux stress externes, en particulier en temps de crise ».

Foteini Aravani, conservatrice numérique au Musée de Londres, a déclaré: « Nous sommes très heureux de participer à Guardians of Sleep. Recueillir les rêves des Londoniens avec leurs propres mots nous permet non seulement de documenter une expérience partagée clé de la pandémie, mais contribue également à élargir la définition d’un « objet de musée », en ajoutant des rêves à notre collection permanente pour le toute première fois. Traditionnellement, lorsque les musées ont recueilli des rêves, c’était sous la forme d’une impression artistique, par exemple des peintures ou des dessins influencés par les événements, cependant, cela peut souvent dissocier le rêve du rêveur. Au lieu de cela, dans le cadre de Collecting COVID, nous collecterons les rêves sous forme d’histoires orales à la première personne dans le but de fournir un récit plus émotionnel et personnel de cette époque aux générations futures ».
  • « Collecte » orale en février 2021

La collecte des témoignages « Guardians of Sleep », aura lieu en février 2021 avec des membres du public invités à parler de leurs expériences de vie et de rêve avec un membre du réseau Museum of Dreams, une équipe internationale de chercheurs appartenant à la communauté psychosociale.

Les conversations d’une durée d’environ une demi-heure et menées virtuellement sur Zoom deviendront des « documents » pouvant entrer dans la collection permanente du Museum of London dans le cadre du programme Collecting COVID.

Pour se porter volontaire pour participer à l’étude ou pour obtenir plus de détails, les membres du public doivent contacter info@museumofdreams.org avant le 15 janvier 2021.

  • En partenariat avec le Museum of Dreams

Le projet « Guardians of Sleep » a été conçu en partenariat avec le Museum of Dreams, une plateforme numérique créée « pour explorer la signification sociale et politique de la vie onirique ». Cette organisation collecte et travaille « de manière créative avec les rêves des archives historiques et fournir une plate-forme pour des projets collectifs de narration »www.museumofdreams.org

Sharon Sliwinski, créatrice du Museum of Dreams, Université Western du Canada, a déclaré: « Ce partenariat avec le Museum of London s’inspire de la description par Sigmund Freud des rêves comme des « gardiens du sommeil » où les rêves sont vus comme des veilleurs de nuit aidant à préserver l’intégrité de notre esprit, gardant notre capacité à articuler les expériences dans nos propres termes. Ici, le rêve est compris comme un processus symbolique qui nous aide à surmonter les luttes auxquelles nous sommes confrontés dans notre vie éveillée. Cette nouvelle recherche avec le Museum of London dans le cadre de leur initiative Collecting COVID, vise à fournir une ressource riche pour mieux comprendre l’importance de la vie de rêve en tant que mécanisme de lutte contre les conflits sociaux et comment la pandémie a affecté la condition humaine ».

  • Dans le cadre du projet global Collecting COVID

Le projet Collecting COVID, #CollectingCOVID, annoncé pour la première fois en avril 2020, est un projet de collecte qui cherche à refléter la vie des Londoniens à l’époque de la crise du COVID-19 afin de « constituer et sauvegarder une mémoire pour garantir que les futures générations de Londoniens pourront en apprendre davantage sur cette période extraordinaire, et mieux la comprendre ».

Le Museum of London espère collecter des objets physiques et numériques, « reflétant les voix et les expériences d’un large éventail de Londoniens. De ceux qui travaillent en première ligne à ceux qui travaillent tranquillement en arrière-plan, des parents transformés en soutien scolaire à domicile aux jeux en ligne pour les jeunes, le musée veut collecter des objets auprès de ceux qui peuvent raconter l’histoire de Londres en confinement ».

  • Souvenirs sonores du confinement

Depuis son lancement, le projet Collecting COVID a diversifié son approche. Le 26 juin 2020,le Musée de Londres a ainsi annoncé qu’il allait collecter des expériences partagées du Ramadan en confinement auprès de la communauté musulmane de la capitale britannique. Le 28 juillet 2020, le musée a publié les premiers « paysages sonores » enregistrés à Londres aux côtés de nouveaux enregistrements sonores dans la ville effectuée pendant le confinement.

Ce premier souvenir jamais enregistré dans 5 lieux de Londres a été capturé en septembre 1928 « dans le cadre d’une campagne menée par le Daily Mail appelant à des restrictions de bruit dans les rues de plus en plus bruyantes de Londres ». Près de 100 ans plus tard, les cinq mêmes lieux ont été recapturés en collaboration avec String and Tins pour enregistrer le son rare d’un Londres extraordinairement silencieux en mode confiné. Les enregistrements historiques et modernes peuvent être écoutés sur le site web du muséeLes enregistrements de 1928, désormais numérisés, sont disponible pour une écoute intégrale pour la toute première fois.

À propos du Museum of London

Le Museum of London raconte l’histoire en constante évolution de cette grande ville mondiale et de ses habitants, de 450 000 ans avant JC à nos jours. « Nos galeries, expositions, expositions et activités cherchent à inspirer une passion pour Londres et à donner une idée du dynamisme qui fait de la ville un lieu si unique« .

Le musée est temporairement fermé en raison du confinement d’un mois à travers l’Angleterre depuis le 5 novembre 2020. Les visiteurs peuvent toujours explorer le musée de Londres de chez eux avec des collections en ligne – qui abrite 90 000 objets et d’autres qui sont ajoutés régulièrement. www.museumoflondon.org.uk

SOURCE: Museum of London

PHOTOS: Museum of London

Date de première publication: 30/11/2020

. Covid-19 / Dans le cadre du dépôt légal du web, la BnF archive le web du coronavirus

Le Musée international de la Croix-Rouge de Genève lance le projet « COVID-19 et nous », avec l’agence Magnum Photos et le public

« Vivre au temps du confinement »: le Mucem lance une grande collecte des « traces de ce moment inédit »

Laisser un commentaire