Le musée Louis Armstrong a numérisé et mis en ligne toute sa collection

Le musée Louis Armstrong House installé à Corona, dans le Queens, est le plus grand musée consacré à un seul artiste de jazz. Depuis le 16 novembre 2018, chaque élément de la collection du musée Louis Armstrong peut désormais être consulté par quiconque dans le monde entier via le site Web du musée. Grace à la numérisation, l’histoire d’Amstrong se résume plus que jamais en un titre de chanson « what a wonderful world » ! 

Louis Armstrong a vécu les 25 dernières années de sa vie à la maison Corona où se trouve aujourd’hui le musée Louis Armstrong House: 34-56 107th St, ouvert au public en 2003. Les archives sont devenues numériques à l’occasion du 75e anniversaire du déménagement du couple Armstrong à Corona, en 1943.

« S’il y avait un homme qui définissait le 20ème siècle, c’était Louis Armstrong » estime le directeur des collections de recherche au Louis Armstrong House Museum et spécialiste de la recherche au musée, Ricky Riccardi. « Toutes les tendances de la musique populaire découlent d’Armstrong, qui a perfectionné le solo improvisé et l’a transformé en une forme d’art. De Charlie Barker à Jimi Hendrix, ils créent tous des sons directement issus d’Armstrong ».

Cet héritage et influence formidables transparaissent très souvent dans les archives du musée Louis Armstrong House. Constituée de quelque 60 000 articles, la collection comprend des photographies et pochettes d’albums, des extraits de journaux, des lettres mais également des meubles, accessoires et effets personnels.

Jusqu’à maintenant, ceux qui souhaitaient avoir accès aux archives étaient tenus de se rendre en personne aux Archives de Louis Armstrong au Queens College.

Mais grâce aux archives numériques, les fans d’Armstrong peuvent désormais rechercher, parcourir – et dans certains cas acheter – des copies numériques de chaque élément d’archive en ligne.

L’accès à ces archives en ligne est gratuit, mais les utilisateurs doivent néanmoins s’inscrire pour créer un compte.

Deux ans de numérisation et un mécène

Selon Ricky Riccardi, il a fallu deux ans pour numériser chaque élément de la collection Armstrong.

Le processus a commencé en novembre 2016, lorsque l’investisseur et philanthrope Robert F. Smith – le plus riche afro-américain du monde – a demandé au musée de rendre ses archives accessibles en version numérique et a souhaité aider le musée à concrétiser cette vision.

En 2016, le musée a donc sollicité une subvention de la Fondation Fund II de Smith et a reçu une allocation de 3 millions de dollars, dont 2,7 millions destinés à la numérisation complète des collections. Les 300 000 dollars restants faciliteraient l’embauche de deux boursiers à temps plein issus de collèges et d’universités traditionnellement noirs, qui ont travaillé aux côtés de Riccardi, de Sarah Rose, gestionnaire des collections de recherche, et de stagiaires, pour sélectionner chaque objet et en créer les métadonnées individuelles.

Disponibles sur le site Web du musée, les archives numériques comprennent environ 5 200 transcriptions d’enregistrements musicaux et audio, ainsi que plus de 100 albums restaurés numériquement. Le musée a également collaboré avec la société Deluxe Media pour numériser des milliers de photographies rares et des heures de tournage. Même les objets tridimensionnels du musée (meubles et accessoires) ont été photographiés et numérisés.

« Ainsi, qu’il s’agisse du canapé de Louis Armstrong, de ses cendriers ou de ses embouchures et trompettes, ces objets sont tous devenus des photos rassemblées dans la base de données », explique Riccardi« Au total, nous avons plus de 17,2 téraoctets de données. »

La collection rendue aujourd’hui plus accessible donne une perspective intime sur les coulisses d’Armstrong, en studio d’enregistrement, à la maison et en concert. La diffusion numérique des archives de Louis Amstrong va ainsi contribuer a affiner le portrait du musicien légendaire, qui a grandi dans la pauvreté à la Nouvelle-Orléans et , combattu le racisme au cours de sa carrière. L’équipe du musée ne compte pas s’arrêter là.  

Un musée bientôt agrandi

La collection en ligne fait partie du plan plus ambitieux du musée consistant à s’étendre en construisant une annexe avec des expositions expérientielles plus grandes et de meilleure qualité.

Ce nouveau bâtiment devrait ouvrir ses portes à l’automne 2019 dans la maison mitoyenne de la voisine du couple Amstrong, Selma Heraldo. Dans les années qui ont suivi la mort du jazzman et de sa femme – en 1971 et 1983, respectivement – Selma Heraldo a souvent fréquenté le musée Louis Armstrong House. À la mort de Selma Heraldo en 2011, la maison a été léguée au musée.

Le gala annuel du musée de la maison de Louis Armstrong, qui s’est tenu le mercredi 28 novembre 2018 à Manhattan, a permis de collecter des fonds pour soutenir les efforts d’extension du musée.

Et surtout, le département des affaires culturelles et le musée de la ville de New York ont ​​annoncé que la ville avait alloué 1,9 million de dollars à la rénovation de la maison blanche à deux étages, connue sous le nom de Selma’s House, un projet qui avait déjà reçu environ un million de dollars de dotation de la ville en juillet 2017.

Le second bâtiment en cours de rénovation accueillera notamment une nouvelle galerie d’exposition, un club de jazz, un espace éducatif et une boutique du musée.

M. Riccardi pense que les archives numériques et l’agrandissement du musée vont susciter un nouvel intérêt critique et populaire « pour la marque unique de génie artistique d’Armstrong »« Au cours des 20 dernières années, nous avons commencé à avoir une image plus complète d’Armstrong. Nous apprenons toujours à propos de cet homme et nous ne sommes qu’au début ». Et M Ricardi d’imaginer que Louis Armstrong « rejoigne définitivement les autres géants Mozart et Shakespeare ! ».

SOURCES: Louis Armstrong House Museum, fund2foundation.org, jazziz.com, nytimes.com

Photos: Louis Armstrong House Museum

Date de première publication: 30/01/2019

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

A l’occasion des 60 ans de Motown, son musée révèle ses trésors avant d’emmenager dans un nouvel espace flambant neuf

Pour ouvrir sa programmation 2019, le musée virtuel de la Sacem offre une exposition consacrée à l’histoire du punk français

Le 8 janvier 2019, l’exposition « David Bowie Is » devient une application mobile en 3D et en réalité augmentée

Laisser un commentaire