Le Musée Munch d’Oslo met en ligne plus de 7 600 dessins de l’artiste, disponibles pour tout usage

Le 5 mars 2018, le musée Munch d’Oslo a publié en ligne plus de 7.600 dessins de l’artiste, utilisable librement même dans un usage commercial. Ce projet triennal de numérisation des œuvres, présenté comme un catalogue raisonné numérique, s’inscrit dans la stratégie croissante des musées de favoriser la diffusion libre des œuvres de leurs collections qui ne sont plus protégées par le droit d’auteur.

Plus de cent ans après une promenade à Ekeburg à Oslo, quand un coucher de soleil rouge sang a donné à Edvard Munch l’inspiration pour ce qui deviendra plus tard « Le Cri », le Musée Munch publie des croquis et des dessins de l’artiste norvégien le plus connu sur la planète.

Les dessins mis en ligne datent de 1873, quand Edvard Munch était un garçon de dix ans, à 1943, l’année avant sa mort.

Plus de 90% des œuvres numérisées appartiennent au musée, mais la base de données en ligne comprend également des objets d’autres collections publiques et privées.

« Munch a dessiné sans cesse et presque partout », explique Stein Olav Henrichsen, directeur du musée Munch. « Il y a surtout deux raisons pour lesquelles nous voulions numériser tous les dessins de Munch: la première raison était que les dessins étaient inconnus, et la numérisation de toute la collection était un rêve pour nous. et nous voulons que Munch soit présent dans un monde numérique « .

Plus de 7 600 dessins déjà disponibles

Les internautes peuvent maintenant parcourir des études pour certaines des peintures les plus célèbres de l’artiste, y compris The Scream. D’autres dessins révèlent un côté plus léger et moins connu de l’artiste: des portraits de chiens, un garçon qui skie et des filles arrosant des fleurs, des natures mortes d’un segment d’orange et même une brosse à dents. L’artiste s’est également inspiré des monuments d’Oslo tels que l’église Old Aker et le Grand Café.

Par la présentation de plusieurs croquis inconnus pour ‘The Scream’, la base de données révèle le travail préparatif de Munch, et plusieurs tentatives avant la version finale.

« Il est très important de rendre ces dessins librement disponibles à 100% », explique Stein Olav Henrichsen. « Cela permet d’offrir une plongée profonde dans les processus créatifs de l’artiste ». 

Un usage sans restriction

Le musée a choisi de publier les dessins pour une utilisation sans restriction des images, y compris pour un usage commercial.

« Nous voulons que l’art soit accessible aux gens partout », a déclaré Stein Olav Henrichsen, à Dagbladet.

Quatre historiens de l’art ont passé quatre ans à systématiser, numériser et numériser les dessins.

A ce jour, ils ont entré 7 644 dessins dans la base de données.

Les œuvres de Munch , y compris les premières versions de «The Scream», peuvent être consultées dans la base de donnée numérique, disponible sur le site Web du Musée Munch.

Pour chaque dessin, une fiche documentaire fournit des informations détaillées sur l’oeuvre ainsi que des liens vers d’autres dessins associés.

L’image de chaque dessin peut être zoomée, partagée, ajoutée à sa collection et téléchargée librement.

Un projet ambitieux et mécéné

La Bergesen Foundation, l’une des plus grandes organisations philanthropiques de Norvège, a consacré 22 millions de couronnes norvégiennes (2,3 millions d’euros) au projet, dans un premier temps pour numériser les dessins, mais d’autres travaux sont attendus.

Sur les 22 millions de couronnes, 12 millions ont été alloués à la numérisation des dessins, et 10 millions serviront plus tard à numériser toutes les autres œuvres d’art, y compris les œuvres graphiques, les photos, les peintures et les sculptures.

« La subvention a été cruciale », explique Henrichsen, et « contribuera également à financer une nouvelle biographie sur Edvard Munch, qui est lancée à l’international ».

Un nouveau musée Munch en 2020

La construction du nouveau musée en front de mer abritant la donation d’Edvard Munch a enfin démarré en 2016. Le projet avait suscité de nombreuses oppositions avant qu’il ne soit stoppé en 2011 puis redémarré et voté en 2013. Le projet a ensuite été retardé à cause du chantier voisin de la nouvelle bibliothèque municipale.

Le nouveau Musée Munch d’Oslo, connu sous le nom de « Lambda », devrait ouvrir en juin 2020. C’est la version initiale et controversée de l’édifice, conçue par l’architecte espagnol Juan Herreros, qui verra le jour. Le nouvel espace devrait permettre de faire passer la capacité d’accueil de 150 000 visiteurs à plus de 400 000 par an.

Une sélection des dessins sera exposée dans le nouveau musée, à côté du fjord d’Oslo en juin 2020. Il est également prévu d’organiser une exposition itinérante des points forts de la collection.

Ce catalogue raisonné numérique va permettre de mieux diffuser l’oeuvre de Munch auprès du grand public mais pourrait également stimuler encore le marché commercial autour du travail de l’artiste.

En 2012, Sotheby’s a vendu la version pastel de The Scream dessinée en 1895 pour près de 120 millions de dollars. En novembre 2016, le tableau intitulé Filles sur le pont a été adjugé chez Sotheby’s à New York pour 54,5 millions de dollars.

Site web du musée   Base de données des dessins

SOURCES: Munch Museet, thelocal.no

Date de première publication: 23/05/2018

Avec le projet « Hidden Treasures of Creativity », Adobe et le Munch Museum offrent une version numérique des pinceaux de l’artiste norvégien

La bibliothèque Newberry de Chicago « offre » 1.7 millions d’images numériques en accès libre, même pour un usage commercial

La Fondation Barnes lance un nouvel outil d’exploration web de sa collection, basé sur les caractéristiques et relations visuelles

Avec le projet Ktiv, la Bibliothèque Nationale d’Israël numérise le patrimoine juif et le rend accessible à tous

Les Archives nationales Françaises optent pour l’ouverture et la gratuité des données

Six mois après le lancement de sa politique Open Access, le Met Museum renforce sa visibilité sur Wikipedia et conclu un nouvel accord avec Google

Laisser un commentaire