Le musée Saint-Raymond de Toulouse cherche à séduire les visiteurs muséophobes

Vous n’aimez pas les musées ? Devenez testeurs ! cette annonce très incongrue a été passée par le musée Saint-Raymond, à Toulouse début décembre 2016. Le musée des Antiques et de l’archéologie de Toulouse recherche ainsi des Toulousains qui n’aiment pas les musées, afin de les faire tester un nouveau type de visite qui serait lancé en 2017.

Le 7 décembre 2016, un casting a été lancé sur les réseaux sociaux pour recruter six candidats plutôt réfractaires aux musées. « Ces personnes seront reçues dans un contexte privilégié et recevront un cadeau de la boutique exclusive du musée Saint-Raymond » annonçait alors le musée.

Et six allergiques -âgé de 18 à 45 ans- à l’art antique ont ainsi été recrutés pour une visite « crash-test » sous la forme d’une nouvelle expérience. En 2017, le musée Saint-Raymont fait le pari de proposer une visite pour ceux qui n’aiment pas les musées, en espérant, bien entendu, les faire changer d’avis.

Le musée dresse ce constat: « On reproche souvent aux musées d’Antiques d’être des lieux froids, austères, scolaires, où le silence règne, de même que la poussière. Plusieurs témoignages traduisent les phénomènes d’angoisse ou de lassitude du musée, face à des cartels qui donnent parfois l’impression d’être bête. Des visiteurs pensent que le contenu culturel ne s’adresse pas à eux ou qu’ils risquent de ne pas le comprendre ; ou qu’ils vont être obligés de subir un cours magistral sur un sujet pour lequel ils n’éprouvent que peu d’intérêt. Peut-être parce qu’ils s’estiment laissés à l’abandon s’ils visitent le musée sans guide, parfois les visiteurs ressentent une grande fatigue et ne sont plus capables de profiter et d’apprécier les expositions. »

toulouse-musee-st-raymond-wanted-12-2016

Cette visite guidée expérimentale spécialement conçue pour eux a été organisée le 23 décembre 2016 avec pour objectif de vérifier l’efficacité de cette nouvelle expérience avant de l’ouvrir au public en 2017.

A leur arrivée, les visiteurs « cobayes » ont annoncé la couleur: « Ça m’évoque la pluie. Ce sont des endroits où on va quand il pleut et vraiment quand on n’a pas autre chose à faire », « Une petite demi-heure ça va, […] mais après je me lasse assez rapidement ».

Une visite plus ludique

Pour séduire ses visiteurs récalcitrants, le musée a choisi la carte du ludique en imaginant deux heures de découverte sous le signe de l’amusement au sein de ses collections. La visite se compose notamment des « boîtes mystère », une chasse à la statue et même des jeux de pêche à la ligne.

Et la visite spéciale « anti-musées » semble avoir passé son crash-test.

« C’est interactif, c’est beaucoup plus plaisant ! ». « Je m’éclate, je m’amuse comme une gamine, et au moins je retiens les informations », a confié l’une des participantes tandis qu’une autre ajoutait « c’est un amusement, on est plus impliqués et on a plus envie de savoir des choses, donc pour ça je dis bravo ! »

Reportage vidéo sur France 3:


Visite guidée pour « anti-musées » à Toulouse

Une prochaine étape est déjà calée avec une « vraie » première visite, programmée le 29 janvier 2017. Lors de cette visite, « un médiateur va raconter aux visiteurs une histoire afin qu’ils découvrent les collections sans effort. Anecdotes, découvertes, objets de la plus grande rareté surprendront le public afin de raviver l’intérêt et de faire des rencontres. »

SOURCES: Musée Saint-Raymond, Côté Toulouse, Culturebox

Laisser un commentaire