Le musée Thomas Henry ré-ouvre ses portes le 19 mars 2016 après une fermeture de quatre années qui a servi à une importante campagne de mise aux normes, de rénovation et de modernisation de ses locaux. A l’occasion de sa réouverture, le musée dévoile son nouveau guide multimédia de visite.

screen322x572screen322x572 (1)

Une réflexion à l’écoute des publics

Troisième musée de beaux-arts de Normandie, de par la richesse historique et thématique de ses collections, le musée Thomas Henry conserve environ 1.300 peintures, dessins et sculptures du XVe au début du XXe siècle, de Fra Angelico à Paul Signac, et un ensemble unique d’oeuvres de jeunesse de Jean-François Millet, natif du Cotentin.

En prévision de sa réouverture au public, le musée avait entrepris une réflexion sur les supports de médiation indirecte à mettre en place au sein de son parcours permanent.

Avant la fermeture du musée en 2012, la médiation indirecte était exclusivement une médiation écrite, par le biais de trois supports : les textes de salle, les cartels et un dépliant d’aide à la visite. Une enquête quantitative de publics menée en mai 2010 auprès de 100 visiteurs a mis en avant que 90% des visiteurs étaient « satisfaits » à « très satisfaits » des informations concernant les œuvres présentées. 52% des visiteurs ont toutefois exprimé le souhait d’obtenir des informations plus détaillées sur les œuvres, et 48% ont répondu favorablement à la proposition de mise en place d’un audioguide.

Pour apporter une réponse à ce besoin, le musée Thomas Henry a souhaité compléter son offre par la mise en place d’un guide numérique d’aide à la visite sur support tactile mobile (smartphones et tablettes tactiles).

« On voulait retrouver d’une part nos fidèles, leur présenter ce musée intégralement relooké et renové et d’autre part, toucher un nouveau public comme les trentenaires, les jeunes et les personnes éloignées du monde des musées », ajoute Louise Le Gall, conservatrice du musée.

Un guide numérique de médiation sur tablette et téléphone

Le guide numérique d’aide à la visite prend la forme d’une application numérique développée sous les systèmes d’exploitation Android et IOS, au format tablette et smartphone. Conçue par la société SmArtpps, l’application pourra être téléchargée gratuitement par le visiteur sur son propre terminal mobile, en amont de la visite ou à l’accueil du musée. Les visiteurs ne disposant pas de terminal mobile pourront emprunter gratuitement à l’accueil du musée une tablette tactile équipée d’un casque audio, sur laquelle l’application aura été pré installée.

L’application pourra donc être utilisée par le visiteur avant, pendant ou après la visite.

screen322x572 (3)screen322x572 (2)

Trente oeuvres explorées en détail

Le musée Thomas Henry a sélectionné trente œuvres phares représentatives de ses collections, soit un ensemble de peintures et sculptures européennes réparties sur un champ chronologique allant du XVe au début du XXe siècle. L’application proposera au visiteur trois modes d’accès aux oeuvres sélectionnées: par liste, par mosaïque d’images et via un plan interactif du musée.

Pour chaque oeuvre, le visiteur pourra explorer les contenus suivants :

. une photographie numérique de l’oeuvre en haute définition
. un commentaire écrit
. un commentaire audio
. une galerie d’images légendées permettant, le cas échéant :

  • de présenter d’autres œuvres du même artiste conservées au musée et ne faisant pas l’objet d’une exposition permanente (dessins, estampes),
  • d’expliciter une iconographie particulière en donnant à voir d’autres œuvres portant sur le même sujet,
  • de reconstituer des ensembles dispersés dans plusieurs collections publiques (retables),
  • de visualiser le cadre architectural d’origine de l’oeuvre, notamment pour les tableaux d’église ou les décors architecturaux sculptés ,
  • de médiatiser une restauration récente et les apports des examens scientifiques à la connaissance de l’œuvre.
Reconstitution virtuelle de la prédelle de La Thébaïde de Fra Angelico, dont le musée Thomas Henry conserve un fragment, La Conversion de saint Augustin (en bas à gauche). Les quatre autres fragments sont conservés au musée Condé de Chantilly, au musée des Beaux-arts d’Anvers, au musée de Philadelphie et dans une collection particulière.

Exemples de contenu accessibles dans la galerie d’images : reconstitution virtuelle de la prédelle de La Thébaïde de Fra Angelico, dont le musée Thomas Henry conserve un fragment, La Conversion de saint Augustin (en bas à gauche). Les quatre autres fragments sont conservés au musée Condé de Chantilly, au musée des Beaux-arts d’Anvers, au musée de Philadelphie et dans une collection particulière.

Une partie Visite fournit au visiteur les informations nécessaires à la préparation de sa venue au musée (accès, horaires d’ouverture, tarifs).

Le musée Thomas Henry accorde une importance particulière à l’ergonomie de l’application. Celle-ci intègre les contraintes liées à l’accessibilité (contraste de l’affichage, description audio, taille des caractères, zoom).

Un outil en devenir

La pérennité et l’évolutivité de l’application font également l’objet d’une attention spécifique. La sélection initiale d’œuvres pourra être amendée par soustraction ou addition en fonction des mouvements d’œuvres (prêts) ou de l’actualité du musée (expositions temporaires).

Dans un avenir proche une fonction interactive offrira au visiteur la possibilité de créer son parcours personnalisé ou de partager ses œuvres favorites sur les réseaux sociaux. Il pourra également consulter la programmation culturelle en cours ou à venir via un agenda synchronisé au site internet du musée (visites guidées, ateliers, manifestations, expositions temporaires).

D’autre part, bien que l’application soit dans un premier temps développée uniquement en langue française en raison de contraintes budgétaires, une version anglaise pourra être intégrée dans les années à venir.

Quand les oeuvres d’art font le mur…

Le musée a également mené une performance originale dans les rues de Cherbourg pour annoncer sa réouverture aux habitants: les comédiens de la compagnie Retouramont ont joué les personnages de plusieurs peintures s’offrant une petite escapade hors des murs du musées. Le résultat est une vidéo très réussie:

SmArtapps est membre associé du CLIC France

SOURCES: musée Thomas Henry, Culturebox

Date de première publication: 16/03/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Sites internet, financement participatif, médiation numérique et projets pédagogiques : le CMN dévoile ses projets numériques 2016

Avec une nouvelle version de son site web et de son application mobile, le Met Museum de New York s’offre un « lifting numérique »

Au Musée National d’Art de Catalogne, GuidiGO présente la première application de visite utilisant la géolocalisation 3D intérieure Tango

Le Musée National des Douanes décline son audioguide en quatre langues dont le mandarin

Les jeunes visiteurs explorent le Musée de l’Homme grâce à une application ludique produite par Orange