[#museeapres] Michel Rouger (Muséoparc d’Alesia): «la question d’une visite virtuelle du site, digne de ce nom, se pose aujourd’hui»

Pour le quatrième épisode de la nouvelle série d’interviews et de points de vue sur le thème « le musée après », le CLIC France donne la parole à Michel Rouger, Directeur général du MuséoParc Alésia, depuis septembre 2016, après avoir dirigé pendant 10 ans le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux.

Découvrez chaque semaine les nouvelles interviews de la série du CLIC France Consultation #museeapres: le CLIC France donne la parole aux membres de sa communauté !

  • Quel impact a eu la crise du coronavirus et le confinement sur votre institution ? sur son fonctionnement et son organisation ? 

Comme pour tout le monde, nous avons subi la fermeture du MuséoParc Alésia au public dès le 15 mars 2020 (alors que nous avions rouvert pour la saison, le 15 février !!).

Pour l’ensemble de l’équipe (permanents et saisonniers), confinement chacun chez soi et répartition entre télétravail, activité partielle ou garde d’enfants.

Nous faisons une réunion de service et un comité de direction hebdomadaires en visioconférence.

Nous avons, là aussi, comme beaucoup d’autres structures, mis en ligne des ressources qui n’existaient pas : coloriages, recettes de cuisine, podcast de chroniques radio notamment.

Nous continuons d’animer nos réseaux sociaux avec des rendez-vous attendus (vidéo du mois, objet du mois…).

  • Parmi les nouveaux contenus et nouvelles activités proposées en ligne ou sur les réseaux sociaux depuis le confinement quel est celui qui a généré la meilleure audience ou le meilleur engagement ?

Les coloriages sur le site Internet sont les grands gagnants puis la visite virtuelle des vestiges en second. Sur les réseaux sociaux, les recettes de cuisine antique ont eu un bel impact.

  • Quelle a été l’évolution de l’audience du site web et des abonnés aux réseaux sociaux avant le confinement et maintenant ?

Etonnamment, nous n’avons pas observé d’évolution flagrante sur la fréquentation du site entre le début du confinement et aujourd’hui, mais des pics réguliers selon les publications faites depuis la mi-mars.

En revanche, sur un mois et demi, nous avons récupéré plus de 30% d’abonnés sur nos réseaux sociaux par rapport à une période normale.

  • Cette expérience de confinement vous a t elle donné de nouvelles idées de médiation dans la vie réelle après la réouverture? 

Nous avons mis en place avec les médiateurs des top-chrono depuis quelques saisons : des rendez-vous à horaire fixe dans les salles pour aborder un thème particulier pendant 15 minutes et les visiteurs participent selon leur bon vouloir.

C’est une formule légère qui rassemble entre 10 et 15 personnes maximum et qui pourrait s’avérer être une bonne alternative à la visite guidée classique en appliquant facilement les nouvelles règles sanitaires.

Mais toutes les idées ne s’affranchiront pas d’un retour sur le terrain indispensable pour prendre la mesure des nouveaux comportements des visiteurs et envisager alors de nouvelles formes de médiation.

© Christian Richters
  • Quelles transformations durables cette crise apportera t elle à votre organisation ?

Nous savons que le télétravail est possible et nous savons comment l’améliorer sur le plan technique maintenant que nous l’avons testé. Cependant, ça reste pour moi un outil à utiliser de manière ponctuelle et au cas par cas.

Les réunions en visioconférence avec les partenaires se sont mises en place naturellement et je souhaite que ça soit intégré dans nos organisations futures : cela évite des déplacements qui peuvent être chronophages, surtout quand on est en zone rurale.

  • Et à votre stratégie d’innovation, notamment numérique ?
Bien évidemment, la question d’une visite virtuelle du site, digne de ce nom, se pose… La perspective des 10 ans du centre d’interprétation en 2022 pourrait être une belle occasion de créer quelque chose d’original et de décalé. 
  • Quels sont les premiers projets que vous souhaiteriez lancer à la sortie du confinement ?

Nous travaillons depuis plusieurs mois sur la nouvelle scénographie permanente qui sera présentée en 2021, c’est donc la priorité des mois à venir (un nouveau parcours qui abordera le siège d’Alésia, mais aussi l’Alésia gallo-romaine avec plus d’interactivités avec les visiteurs).

Autre sujet, l’application de visite des vestiges gallo-romain en 3D, créée par Ohrizon et Salisbury Archéologie, qui était notre grande nouveauté 2020 et qui ne va pas pouvoir s’épanouir comme nous l’avions espéré ! Il faudra donc poursuivre son lancement et faire connaître l’existence de ce nouvel outil de découverte. (Lire l’article du Clic France: DOSSIER / Tour de France 2020 des nouveaux dispositifs innovants muséaux et patrimoniaux permanents)
  • Le musée d’Après sera t il différent du musée d’Aujourd’hui ? si oui, pourquoi ? comment ?

Si la société change, le musée changera !

Pour autant, cette crise conforte que notre métier c’est d’accueillir des visiteurs et de leur faire vivre une expérience de découverte associée à un bon moment passé en famille ou entre amis.

Visite vidéo du Muséoparc par Michel Rouger (mars 2019:

On aura beau proposer toutes les applications numériques possibles ou les visites à distance, c’est cette visite « sur le terrain » qui est la plus importante et la plus forte en termes d’impact.

En outre, il y aura surement de nouvelles mesures sanitaires qui vont changer nos habitudes, mais nous saurons nous adapter !

Autre conséquence, je pense, c’est la prise de conscience de la place des équipements culturels dans l’économie touristique. Nous devons donc poursuivre toutes les démarches de mise en réseau territoriale pour que tous les acteurs de la filière (sites et monuments, parcs, offices de tourisme, hébergements, restauration…) bénéficient de la dynamique globale.

Le Muséoparc d’Alesia a « pour objectif d’ouvrir à la mi-juin ».

PHOTOS: Muséoparc d’Alesia

Image carousel : Atrium du centre d’interprétation du Muséoparc d’Alesia ©Iwan Baan

Date de première publication: 12/05/2020

Le Muséoparc d’Alesia est membre du Clic France.

Prochaine épisode de la série #museeapres, le vendredi 15 mai 2020

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Consultation #museeapres: le CLIC France donne la parole aux membres de sa communauté !

[#museeapres] Bruno Girveau (PBA Lille): « les expositions devront  être encore plus attractives et expérientielles qu’elles ne sont aujourd’hui »

[#museeapres] Philippe Guillet (Muséum Nantes): « La notion de musée engagé devient évidente pour nous. C’est la force des musées de sciences dans le contexte actuel »

DOSSIER / Tour de France 2020 des nouveaux dispositifs innovants muséaux et patrimoniaux permanents (21/02/2020)

Laisser un commentaire