Les musées d’art de Harvard publient une visite virtuelle de l’exposition Painting Edo sur Google Arts & Culture

Partager :

Le 20 mai 2020, les musées d’art de Harvard ont lancé une collection de visites en ligne de l’exposition spéciale « Peinture Edo: Art japonais de la collection Feinberg ». La série est rendue possible grâce au partenariat des musées avec l’Institut culturel de Google et est disponible sur la plateforme Google Arts & Culture. Les quatre courtes visites immersives présentent des exemples uniques de rouleaux suspendus, de paravents, de portes coulissantes, de peintures en éventail et de livres imprimés sur bois, appartenant à la collection Robert S.et Betsy G.Feinberg.

L’exposition Peinture Edo: Art japonais de la collection Feinberg présentée au Harvard Art Museums, du 14 février au 26 juillet 2020, offre « une fenêtre sur la culture visuelle extrêmement riche du début de l’ère moderne du Japon et explore comment la période Edo (1615–1868) et la ville d’Edo (aujourd’hui Tokyo) se sont exprimées à une époque d’efflorescence artistique ». L’exposition présente une large gamme d’œuvres et d’objets – parchemins suspendus, paravents, portes coulissantes, peintures d’éventail et livres imprimés sur bois, entre autres – racontant une histoire complète de la peinture Edo.

Fermeture physique, ouverture numérique

Pour faire face à la fermeture de l’exposition Peinture Edo: Art japonais de la collection Feinberg pour cause de covid-19 (les musées restent fermés et tous les programmes publics ont été annulés jusqu’au 7 septembre 2020), le Harvard Art Museums et Google on décidé de coproduire et mettre en ligne sur Google Arts & Culture un dispositif numérique gratuit, constitué notamment de visites virtuelles et de discussions vidéo.

Les visites virtuelles sont organisées en quatre sections:

• La première partie donne un aperçu de l’exposition, y compris une vidéo d’introduction avec la co-commissaire Rachel Saunders;

• La deuxième partie visite le «monde flottant» des quartiers de plaisir sous licence d’Edo et explore les peintures riches en graphismes de l’école de Kōrin;

• La troisième partie invite les lecteurs à voyager à travers les paysages d’encre évocateurs des «savants-peintres» japonais et à découvrir l’étrangeté suprême des soi-disant excentriques d’Edo; et

• La quatrième partie retrace l’expansion de la culture picturale vers de nouveaux marchés, examine de près la complexité du pliage des peintures en éventail et entre dans le XXe siècle avec des œuvres fascinantes qui continuent d’informer les images contemporaines et la compréhension du «Japon».

D’autres contenus en ligne liés à l’exposition Painting Edo comprennent deux « Art Talks » :

. une visite générale des galeries guidée par la co-commissaire de l’exposition Rachel Saunders, la conservatrice de l’art asiatique Abby Aldrich Rockefeller;

. et une deuxième visite guidée axée sur un ensemble unique de peintures zen dans l’exposition, dirigée par Leah Justin-Jinich, Ph.D. candidat au Département des langues et civilisations de l’Asie de l’Est de Harvard et stagiaire diplômé de la Division des musées d’art asiatique et méditerranéen.

La gamme complète de vidéos liées à l’exposition est également disponible sur Vimeo.

harvardartmuseums.org/paintingedo pour en savoir plus sur l’exposition.

Longue coopération avec Google

Les musées ont rejoint l’Institut culturel de Google en 2015 et ont jusqu’à présent contribué avec plus de 1 100 images haute résolution d’œuvres d’art à la plateforme mondiale.

Cette contribution permet aux utilisateurs d’explorer des exemples de peintures, de sculptures, de dessins, d’estampes, de photographies, de pièces de monnaie, d’arts décoratifs et d’autres objets des collections des musées, y compris des œuvres du 2e millénaire avant notre ère au XXe siècle, des Amériques, d’Europe Afrique du Nord, Méditerranée et Asie.

Les musées d’Harvard diffusent leurs collections depuis environ 15 ans sur leur propre site internet, y compris des images haute résolution et des informations détaillées sur les objets. En complément, la participation à la plate-forme de Google « permet l’interconnexion avec les collections d’autres institutions, permettant un meilleur accès et une plus grande découverte à l’échelle mondiale ».

En outre, la visionneuse de Google permet de zoomer dans les images à plus haute résolution, une pratique déjà encouragée sur la base de données des collections en ligne des musées.

À propos des musées d’art de Harvard

Les musées d’art de Harvard abritent l’une des collections d’art les plus importantes et les plus renommées des États-Unis, et comprennent trois musées (les musées Fogg, Busch-Reisinger et Arthur M. Sackler) et quatre centres de recherche (le Straus Center for Conservation et études techniques, le Centre d’étude technique de l’art moderne, les archives des musées d’art de Harvard et l’exploration archéologique de Sardes). Le musée Fogg comprend l’art occidental du Moyen Âge à nos jours; le Musée Busch-Reisinger, unique parmi les musées nord-américains, est dédié à l’étude de tous les modes et périodes d’art de l’Europe centrale et septentrionale, en mettant l’accent sur les pays germanophones; et le musée Arthur M. Sackler se concentre sur l’art asiatique, l’art de la Méditerranée antique et du Proche-Orient, et l’art islamique et plus tard indien. Ensemble, les collections comprennent environ 250 000 objets sur tous supports. Intégrés à l’Université de Harvard et à la communauté au sens large, les musées et les centres de recherche servent de ressources aux étudiants, aux universitaires et au public. Depuis plus d’un siècle, ils ont été le premier terrain de formation du pays pour les professionnels des musées et sont réputés pour leur rôle déterminant dans le développement de la discipline de l’histoire de l’art aux États-Unis. harvardartmuseums.org

SOURCES: musées d’art de Harvard, Google Arts & Culture

PHOTOS: musées d’art de Harvard, Google Arts & Culture

Date de première publication: 01/06/2020

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Visites virtuelles et « art transfer » … le Getty Museum renforce son partenariat avec Google Arts & Culture

UMA, le CLIC France et 64 institutions culturelles s’associent pour créer et diffuser la plus grande exposition virtuelle française

Covid-19 / Le MoMA propose chaque semaine une nouvelle « exposition virtuelle » et valorise ses contenus numériques

Harvard Art Museum publie la principale collection numérique consacrée à l’école Bauhaus

Harvard Art Museums lance une version numérique de son magazine

Partager :

Laisser un commentaire