Les musées et lieux culturels doivent-il se lancer sur l’application Clubhouse ?

Partager :

Alors que les musées du monde restent dans leur majorité fermés, ils continuent à étoffer leur offre de contenus et activités numériques, notamment sur les réseaux sociaux. Et parfois sur de nouvelle plateformes telles que Tiktok ou Twitch. Doivent-elles aller plus loin et investir par exemple sur le nouveau réseau social qui a le vent en poupe, Clubhouse ? L’application centrée sur les contenus sonores a déjà été adoptée par quelques artistes ou des organisations culturelles. Mais cette nouvelle destination numérique mérite-elle le voyage ? 

Encore jeune pousse du monde numérique, Clubhouse n’a évidemment pas la même audience qu’Instagram, Facebook et Twitter, et n’a pas encore généré la vague mondiale de TikTok, mais l’accent qu’elle met sur le son pourrait avoir un intérêt et une cohérence pour les musées, les conservateurs, les collectionneurs, les artistes qui souhaitent entretenir voire enrichir la relation avec leur public, dans ce contexte de pandémie durable.

  • Clubhouse en quelques mots et chiffres

Née en avril 2020, Clubhouse est une application mobile de réseautage social fonctionnant aujourd’hui uniquement sous le système d’exploitation iOS qui permet via des chambres privées et sur invitation, de converser à plusieurs.

Pour l’heure, Clubhouse compte une dizaine d’employés et a collecté plus de 100 millions de dollars lors de sa seconde levée de fonds menée par Andreessen Horowitz. Le réseau social a également reçu le soutien de 180 investisseurs et serait valorisée, selon Axios, à 1 milliard de dollars. Ce qui en fait la première licorne technologique de 2021.

Comme elle n’a pas été censurée et bloquée par la Chine jusqu’au début de février 2021, Clubhouse a attiré un certain nombre d’internautes chinois qui souhaitaient discuter librement de divers sujets, notamment politiques. Le 8 février 2021, l’application a été bloquée en Chine.

Evolution du nombre de téléchargements de l’application Clubhouse sur l’Ap Store (Source: Venture Beat)

Clubhouse est rapidement devenue l’une des applications sociales les plus populaires de l’Apple Store. Le 25 février le site web Venture Beat annonçait le cap des 8 millions d’utilisateurs (téléchargements) iOS dans le monde, dont environ 50 en France et 100 000 dans les pays francophones, un chiffre encore modeste par rapport à d’autres géants des médias sociaux.

(c) Venture Beat

L’application occupait le 3ème rang des téléchargements « réseaux sociaux » en février 2021 dans le monde.

Et même le 1er rang dans des pays comme le Brésil, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, la Corée du Sud et la Turquie.

En se focalisant sur la voix, Clubhouse surfe sur la mode  de la communication sonore popularisée par les podcasts, les applications et les services de messageries audio et plus récemment les nouveaux Spaces de Twitter.

Ne diffusant que du contenu sonore, et principalement des discussions, Clubhouse encourage l’écoute, un niveau d’attention différent des autres plateformes basées sur l’image, et favorisent une socialisation plus spontanée et de nouveaux types d’engagement.

 

« Clubhouse est un nouveau type de réseau basé sur la voix. Lorsque vous ouvrez l’application, vous pouvez voir des « salles » pleines de gens qui parlent, toutes ouvertes pour que vous puissiez entrer et sortir, en explorant différentes conversations. Vous entrez dans chaque salle en tant que membre du public, mais si vous voulez parler, vous n’avez qu’à lever la main et les orateurs peuvent choisir de vous inviter. Ou vous pouvez créer votre propre pièce. C’est un endroit pour rencontrer des amis et de nouvelles personnes du monde entier – pour raconter des histoires, poser des questions, débattre, apprendre et avoir des conversations impromptues sur des milliers de sujets différents », précise les co-fondateurs sur le blog de Clubhouse.

  • Un fonctionnement très simple

Son fonctionnement est très simple: après avoir reçu une invitation par SMS d’un membre (les nouveaux utilisateurs reçoivent deux invitations), un nouvel utilisateur crée un compte et peut ensuite entrer dans «Salles», où il peut écouter ou participer aux conversations en cours. Les salles varient en taille de quelques membres à plus de 100. Plusieurs utilisateurs peuvent se joindre pour former des «clubs», qui peuvent organiser des événements ponctuels et des rassemblements réguliers. Dans une salle, les visiteurs peuvent lever la main pour parler, «applaudir» les commentaires avec lesquels ils sont d’accord ou quitter la discussion. Les hôtes ont le pouvoir de modérer et de donner la parole.

Précisons qu’à ce jour, une réunion n’est pas enregistrée, ce qui favorise son écoute en direct. Clubhouse se positionne ainsi en « contre-podcast ».

Les sujets traités dans les différentes chat rooms de Clubhouse sont particulièrement variés. On peut ainsi assister à une conversation sur la polémique autour de GameStop, sur le bitcoin, le télétravail, la bio-éthique ou encore l’entrepreneuriat. On y trouve également des émissions d’humour, de culture, de politique, de cuisine, des performances en live délivrées par des artistes, ou des débats sur la tech, le divertissement, la religion, les sports … et les arts.

  • Les premières utilisations dans le contexte artistique

Les créateurs de la plateforme ont très vite convaincus des personnalités publiques américaines telles que Tyler Perry, Drake, Oprah Winfrey, Ashton Kutcher ou Elon Musk de rejoindre la plateforme et d’en devenir des « ambassadeurs ».

Mais après les stars de la télévision, de la mode, de la musique ou de l’industrie, Clubhouse vise aujourd’hui les acteurs de l’art et de la culture.

Plusieurs institutions du secteur culturel ont ainsi déjà franchi le pas: SFMOMA, la galerie d’art moderne et contemporain de Bergame, ou le portail Artsy, qui utilisent Clubhouse pour pour organiser des sessions de questions-réponses, des tables rondes et des réunions informelles entre les experts (commissaires, conservateurs, directeurs, collectionneurs) et leur public.

. «Museum Tea» avec SFMOMA

Sur Clubhouse, le musée de San Francisco SFMOMA propose de participer à «Museum Tea», une séance de questions-réponses hebdomadaire animée par Tsugumi Maki, responsable des expositions et des collections de SFMOMA et l’historien de l’art basé à New York, Kerry Gaertner Gerbract, sur des sujets liés à la conservation, à la médiation ou à la relation avec les publics.

image1.png

. Radio GAMeC sur Clubhouse

La Galerie d’Art Moderne et Contemporain de Bergame (GAMeC-Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea) est le premier musée italien proposant un programme sur le nouveau réseau social. Mais c’est le prolongement naturel d’une initiative originale lancée pendant le confinement de 2020.

Après 66 jours de retransmissions quotidiennes en direct sur le profil Instagram de la Galerie d’Art Moderne et Contemporain de Bergame, Radio Gamec a été ensuite lancée sur les fréquences FM de Radio Popolare en tant que Radio GAMeC PopUp, avec notamment 16 épisodes itinérants enregistrés dans des lieux symboliques de Bergame et de sa province depuis un studio mobile installé à bord d’un camping-car.

En attendant de devenir bientôt une véritable web radio, ce projet, reconnu par l’UNESCO comme l’une des meilleures initiatives muséales au monde lors du confinement, s’est installé sur la plateforme Clubhouse.

« L’idée de la radio – qui a toujours été dans ma tête, mais que pour une raison ou une autre nous n’avions jamais trouvé le temps de réaliser – est devenue une possibilité concrète aussi grâce à l’engagement de Lara Facco avec son studio, de Leonardo Merlini et d’autres amis et professionnels qui se sont joints à eux pendant la construction« , a déclaré le directeur du musée Lorenzo Giusti. « Nous voulions un outil simple pour diffuser l’information, créer des passerelles de communication, poser les bases créatives d’une refonte de demain et surtout donner de la force à notre campagne de soutien à l’hôpital Papa Giovanni XXIII« .

Sur Clubhouse, dans le programme quotidien de 30 minutes – du lundi au vendredi de 8h30 à 9h -, Lorenzo Giusti et Lara Facco « invitent de nombreuses personnalités du système artistique à s’entretenir ouvertement et de manière participative sur des questions d’actualité ».

Le premier programme diffusé le lundi 15 février était consacré aux nouvelles manières de parler de l’art directement sur Clubhouse. Les thèmes des jours suivants étaient les foires d’art, l’art à la télévision, l’enrichissement d’une collection, l’art par la radio …

. Un « club » avec Artsy

Le Club Artsy a déjà organisé plusieurs discussions sur Clubhouse. L’un des derniers événements suivait la première du documentaire de HBO, Black Art: In the Absence of Light , avec une discussion animée sur l’art noir contemporain.

. Des groupes artistiques non institutionnels

Des collectionneurs ou artistes organisent également des discussions sur Clubhouse.

. Chaque jeudi, à 18.00, Anna Lowe, fondatrice de Smartify et membre du Board of Trustees de la Tate co-anime une discussion sur le thème « musées et technologie ».

. Le collectionneur californien Stefan Simchowitz a ouvert son propre club-house à l’intérieur du Clubhouse Simco’s Art Club, en 2020. Il y propose des discussions sur l’art, suivies de questions du public.

« Je pense que cela fournit une communauté et la capacité de partager et de converser à grande échellAnna Lowee », dit-il. « Il est sûr que Clubhouse sera le prochain phénomène des médias sociaux, dit-il, bien qu’il admette qu’il n’entre que le mardi pour son propre événement parce qu’il est un utilisateur d’Android – Clubhouse ne fonctionne que sur iPhone pour le moment – il doit donc emprunter l’appareil de son partenaire ».

. Le 12 février 2021, un groupe de conservateurs et d’artistes a organisé un événement intitulé «Immersion: créer des expériences pour les visiteurs», qui posait des questions telles que «Est-ce que c’est de l’art ou est-ce un spectacle?» et « Comment la technologie façonne-t-elle les attentes des visiteurs? »

. Le 18 février 2021, le PDG d’Artnet Jacob Pabst est intervenu sur Clubhouse, avec le collectionneur allemand Niklas Bolle et le journaliste Sebastian Späth pour répondre aux questions sur le marché de l’art.

  • De nouvelles institutions culturelles sur Clubhouse

Plusieurs institutions culturelles ont d’ores et déjà annoncé leur arrivée sur Clubhouse ou au moins des réflexions en cours à ce sujet.

Mirjam Baitsch, responsable du marketing et du développement au Kunstmuseum Basel, a ainsi déclaré récemment à Artnet News qu’elle envisageait de créer un compte pour le musée suisse.

« Les professionnels des musées et d’autres sont tous là-bas, mais notre public l’est aussi – cela décompose les hiérarchies que vous auriez normalement entre eux », dit-elle. « C’est une réelle chance pour le monde de l’art d’avoir un dialogue avec les autres. » 

  • Quel avenir pour Clubhouse ?

Critiqué en Allemagne pour non respect des règles RGPD et ailleurs dans le monde pour des questions de modération et d’enregistrement « fantôme » des conversations, la plateforme doit encore gagner en crédibilité.

Elle réfléchit déjà à des évolutions techniques et d’usage. Les fondateurs déclarent qu’ils finiront par supprimer la contrainte obligatoire d’invitation pour assister aux discussions et qu’ils prévoient déjà de trouver de nouvelles façons pour les créateurs de monétiser le contenu de l’application.

De par sa jeunesse, Clubhouse n’est pas encore « encombrée » et polluée. Elle peut donc apporter aux musées et institutions culturelles un moyen créatif, attractif et original de maintenir le lien avec le public et d’expérimenter de nouvelle formes de médiation numériques.

Quelle sera la première institution française à se lancer ? 

SOURCES: Clic France, presse

PHOTOS: Clubhouse

Date de première publication: 01/03/2021

. « ‘I Miss Gossiping!’: How the Invite-Only Social-Media App Clubhouse Is Making the Art World Fun Again (Even Without the Parties) » (Artnet, 01/02/2021)

. « From Unesco to Clubhouse: GAMeC’s road to success » (speakart.it, 02/2021)

. « Clubhouse : tout savoir sur le réseau social audio » (BDM, 04/02/2021)

. « Clubhouse : effet de club, oralité numérique… ce que dit le nouveau réseau de notre rapport au web » (ADN, 23/02/2021)

. « Avec Clubhouse, le son tient (enfin) sa revanche » (etourisme.info, 26/02/2021)

. « Ils passent leurs journées sur Clubhouse : pourquoi le nouveau réseau rend déjà accro ? » (ADN, 25/02/2021)

. « Clubhouse hits 8.1 million downloads » (Business of Apps, 22/02/2021)

. « CLUBHOUSE : 45000 TÉLÉCHARGEMENTS EN FRANCE » (CB News, 22/02/2021)

. « Clubhouse, l’étrange réseau social où la parole est reine » (le Temps, 14/02/2021)

. « Tout comprendre à Clubhouse, la dernière étoile montante des réseaux sociaux » (Le Monde, 10/02/2021)

. « Clubhouse et ses échanges audio inspirent les autres réseaux sociaux » (Stratégies, 27/02/2021)

. « Dans le sillage de Clubhouse, les réseaux sociaux misent sur l’audio » (La Croix, 28/02/2021)

. « 25 astuces sur Clubhouse » (BDM, 26/02/2021)

. « Clubhouse : comment ça marche et comment obtenir une invitation ? » (JDN, 26/02/2021)

Partager :

Laisser un commentaire