Expositions, nouveaux espaces, engagements …. les musées de science et d’art britanniques se mobilisent pour la planète

Partager :

Alors que la conférence mondiale CP26 s’ouvre dans la ville écossaise de Glasgow, les deux institutions muséales scientifiques britanniques, Natural History Museum et Science Museum Group, mais également la Tate Modern rivalisent d’imagination et d’annonces de projets pour renforcer leur engagement au service de l’environnement. Des initiatives combinant expositions, programmation, engagement citoyen, mais qui se heurtent parfois aux contradictions de leur fonctionnement et aux réactions du public. 

La conférence internationale COP 26 se déroule au Glasgow Science Centre du 31 octobre au 12 novembre 2021. Elle a conduit les musée de la ville à fermer leurs portes mais elle a incité les deux institutions muséales scientifiques britanniques, Natural History Museum et Science Museum Group, à multiplier les annonces de projets pour renforcer leur engagement au service de l’environnement.

  • Science Museum Group

Nouvelle galerie, exposition, programmation … le Science Museum Group a lancé plusieurs initiatives.

Tout au long de 2021, le programme public d’expositions et d’événements du Science Museum Group a mis l’accent sur la durabilité et le changement climatique, « renforçant ainsi l’engagement à impliquer le public physique et numérique des musées avec la science et les solutions aux défis urgents auxquels notre planète est confrontée ». Cela comprend l’exposition Our Future Planet au Science Museum (du 19 mai au 4 septembre 2021), le Manchester Science Festival organisé par le Science and Industry Museum, du contenu en ligne explorant les objets environnementaux et leurs histoires incroyables de la Science Museum Group Collection, une série d’événements du groupe Climate Talks autour de la science climatique. Le programme s’est terminé à l’approche de la COP26 de Glasgow avec une annonce et une exposition majeure.

. Le 19 octobre 2021, le Science Museum a annoncé l’ouverture d’une nouvelle galerie historique examinant « comment le monde peut subir la transition énergétique la plus rapide de l’histoire pour freiner le changement climatique ». 

La galerie explorera les dernières sciences du climat et la révolution énergétique nécessaire pour réduire la dépendance mondiale aux combustibles fossiles et atteindre les objectifs de Paris visant à limiter le réchauffement climatique à environ 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Les visiteurs de la nouvelle galerie verront comment les visualisations de données et les projections futures sont essentielles pour générer des connaissances, éclairer les décisions sur notre mode de vie et stimuler des solutions créatives et innovantes. (ARTICLE CLIC: En 2023, le Science Museum de Londres ouvrira une nouvelle galerie sur le changement climatique)
La nouvelle galerie remplacera Atmosphere, qui a accueilli plus de six millions de visiteurs depuis son ouverture il y a dix ans. sciencemuseum.org.uk/energy-revolution. Depuis le 13 octobre 2021,les visiteurs du Musée des sciences de Londres peuvent découvrir la dernière exposition à succès du célèbre photographe brésilien Sebastião Salgado, qui explore la riche diversité de l’Amazonie.  Avec plus de 200 images en noir et blanc, dont la plupart n’ont jamais été vues au Royaume-Uni, et qui ont été capturées au cours de 7 années passées à voyager dans la région, Amazônia offre un regard de première main sur certains des lieux et des peuples les plus exposés au changement climatique. L’exposition comprend une bande-son immersive qui fait entrer les sons de la forêt tropicale à l’intérieur et des entretiens vidéo avec des dirigeants autochtones qui se battent pour protéger leur maison.

Avant d’entrer dans l’exposition, les visiteurs seront initiés au rôle vital de l’Amazonie dans le climat mondial, et au risque qu’elle approche d’un point de basculement irréversible, à travers un court métrage commandé par le Science Museum. Dans le film, un climatologue et des dirigeants autochtones discutent des principales menaces pour la forêt posées par la déforestation, les incendies et le changement climatique, qui risquent de faire basculer définitivement l’Amazonie de la forêt tropicale luxuriante à la savane sèche. Tout au long de l’exposition, les visiteurs entendront une bande-son immersive spécialement conçue par Jean-Michel Jarre qui fait entrer les sons de la forêt en Amazonie.Amazônia  a été initiée et conçue par Lélia Wanick Salgado.

Sebastião Salgado, a déclaré: « En tant que Brésilien, l’Amazonie avec ses couleurs incroyables, ses textures riches et ses panoramas grandioses a toujours occupé une place particulière dans mon cœur. Au cours de sept années de voyage à travers la région, j’ai été témoin des dommages causés par la surconsommation à ses paysages et à ses habitants. J’espère que les visiteurs de l’ Amazonie se sentiront inspirés par sa beauté, mais comprendront également le besoin urgent d’agir pour empêcher la perte de cette biodiversité unique. »

Amazônia fait partie d’une tournée internationale d’expositions qui a débuté à la Philharmonie de Paris et comprend le MAXXI à Rome, le SESC à Sao Paulo et le Museum of Tomorrow à Rio de Janeiro. Amazônia ouvrira également ses portes au Science and Industry Museum de Manchester en 2022.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Science Museum (@sciencemuseum)

Comme à Paris et à Rome, l’exposition a été accompagnée d’un concert live ponctuel inspiré des thèmes explorés dans l’exposition, interprété par la Britten Sinfonia au Barbican le 14 octobre 2021.

L’étape Londonienne de l’exposition est soutenue par Zurich Compagnie d’Assurances SA (Principal Sponsor) et Natura &Co (Major Sponsor).

Exposition Amazonia

13 octobre 2021 – mars 2022, au Science Museum, Londres

Les billets coûtent 10 £ pour les adultes, 9 £ pour les personnes âgées, 8 £ pour les concessions, 4 £ pour les groupes scolaires et les moins de 11 ans sont gratuits.

www.sciencemuseum.org.uk/see-and-do/amazonie

. Le 29 juillet 2021, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair s’est joint à l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, pour discuter de la crise climatique et explorer certaines des solutions possibles, de l’économique à la technologique et à la politique.

L’événement en présentiel et en ligne était organisé en collaboration avec le Tony Blair Institute for Global Change et faisait partie de la série de discussions sur le climat du Science Museum Group, qui se déroule tout au long de 2021.

Tony Blair en conversation avec John Kerry

Ces initiatives s’inscrivent dans le cadre de la stratégie globale du Science Museum Group en faveur de l’environnement et de l’écologie. (ARTICLE CLIC: Le Science Museum Group se fixe l’objectif zéro émission d’ici 2033 et intensifie sa programmation sur la crise climatique)

sciencemuseumgroup.org.uk/our-work/sustainability-approach/

. Le 2 octobre 2021, un membre du conseil d’administration du musée des sciences a annoncé sa démission à cause du parrainage de l’institution par une entreprise du secteur pétrolier. Le professeur Chris Rapley, l’un des plus éminents climatologues du Royaume-Uni critique ainsi les relations commerciales en cours entre le Science Museum Group et la société énergétique mondiale Shell. « Je ne suis pas d’accord avec la volonté continue du musée d’accepter cette forme de parrainage », a-t-il déclaré.

La démission est d’autant plus ennuyeuse pour le musée que le professeur Rapley a été directeur du groupe de musée de 2007 à 2010. En outre, des protestations d’activistes et de militants critiquent régulièrement la décision du musée de travailler avec des entreprises associées à l’exploitation des combustibles fossiles, telles que Shell.

Le 29 octobre 2021, un groupe de jeunes militants pour le climat du UK Student Climate Network London (UKSCN London) a occupé le Science Museum de Londres et organisé une veillée à l’extérieur. Cette manifestation fait suite à celle de septembre 2021, durant laquelle des militants d’Extinction Rebellion ont occupé le Science Museum pour exprimer leur opposition au parrainage des combustibles fossiles du musée, qui comprend des liens avec Shell, BP, Equinor et plus récemment une filiale d’Adani.

  • Natural History Museum

Le Natural History Museum a également consacré une parte de son activité et de ses programmes 2021 à l’environnement et à l’écologie.

. À l’approche des conférences mondiales des Nations Unies COP15 sur la biodiversité et COP26 sur le changement climatique, le Natural History Museum propose de démontrer pourquoi et comment notre relation avec le monde naturel doit changer avec son initiative « Our Broken PLanet ».

Jusqu’au 18 avril 2022, ce programme comprend une exposition gratuite au Musée, des événements en ligne et des articles qui « approfondissent les problèmes auxquels nous sommes confrontés ».

« Le monde naturel est en crise. Alors que notre demande de nourriture, de matériaux et d’énergie monte en flèche, les forêts deviennent des terres agricoles, le plastique remplit nos océans et le climat se réchauffe rapidement » explique le Museum de Londres.

L’exposition fait partie d’une saison d’activités d’un an qui vise à lancer un débat public avec les visiteurs des galeries du Musée et son vaste public mondial en ligne sur le pourquoi et le comment de notre relation avec le le monde naturel doit changer.

Ce programme est soutenu par un contenu approfondi sur le hub Anthropocène du musée sur le site Web du musée, qui a reçu plus de 16 millions de visites en 2020, dont 48% ont eu lieu en dehors du Royaume-Uni.

L’exposition gratuite au Musée

Cette exposition gratuite et évolutive explore la façon dont les humains ont transformé le monde naturel. À travers plus de 40 objets choisis par les scientifiques du Musée, elle révèle « les conséquences de nos actions et examinons certaines des solutions qui pourraient aider à réparer notre planète brisée ». Elle explore des thèmes tels que la nourriture que nous mangeons, les produits que nous utilisons et l’énergie que nous consommons.

L’exposition s’ouvrira en trois étapes tout au long de l’année, chaque section explorant un nouveau thème. « Eating the Earth » (21 mai 2021 – 18 avril 2022), « Nature for sale » (23 juillet 2021 – 18 avril 2022) et « Climate emergency » (10 septembre 2021 – 18 avril 2022).

Les événements en ligne

Le programme d’événements numériques « Our Broken Planet » a déjà inclus une gamme d’orateurs engageants et de haut niveau: de l’envoyé spécial des Nations Unies pour l’action climatique Mark Carney donnant la conférence scientifique annuelle du musée à Jane Fonda ou l’animateur principal de Youth Advocates for Climate Action des Philippines, Mitzi Jonelle Tan dans le cadre d’un événement, United Against the Climate Crisis, dédié à l’activisme climatique.

Des contenus en ligne « sur les problèmes auxquels nous sommes confrontés »

nhm.ac.uk/visit/our-broken-planet.html 

. Le 29 octobre 2021, l’activiste climatique Greta Thunberg a visité l’exposition « Our Broken Planet: How We Got Here and Ways to Fix It » au Natural History Museum et rencontre un scarabée nommé en son honneur, Nelloptodes gretae.

Le coléoptère Greta, cette nouvelle espèce de coléoptère a été officiellement nommée en l’honneur de Greta Thunberg en 2019. Nelloptodes gretae, qui mesure moins de 1 mm de long, appartient à la famille des coléoptères Ptiliidae qui comprend certains des plus petits insectes du monde. Le coléoptère a été collecté pour la première fois dans des échantillons de sol et de feuilles mortes à Nairobi, au Kenya, par le Dr William C. Block dans les années 1960.

. Le 25 octobre 2021, le Natural History Museum a annoncé son dispositif spécial CP26 et sa collaboration avec le New York Times Climate Hub et Voice for Nature.

. À Glasgow : le musée collabore avec le New York Times Climate Hub, « un espace physique et virtuel où des leaders et des penseurs influents unissent leurs forces à celles de la communauté au sens large pour débattre, discuter et découvrir des stratégies climatiques exploitables ». Certains des 300 scientifiques du Musée possédant une expertise couvrant la perte de biodiversité, la biodiversité des grands fonds marins, l’agriculture verte et l’approvisionnement en minéraux et métaux nécessaires à l’économie verte, participeront à des tables rondes avec des leaders et des penseurs influents pour débattre, discuter et découvrir des stratégies concrètes pour faire face à l’urgence planétaire. Ces sessions seront également diffusées en direct sur les chaînes numériques du New York Times Climate Hub et dans les salles du musée, pour que les visiteurs puissent assister aux conférences depuis Londres.

. À Glasgow, le museum s’est également associé à son ambassadeur David de Rothschild et à son organisation Voice for Nature  pour gérer un espace événementiel au sein du New York Times Climate Hub, offrant aux visiteurs une autre opportunité de se connecter avec la science axée sur les solutions du musée et une ligne stellaire. d’activistes, d’explorateurs, d’artistes et de chefs d’entreprise. Ouvert du 4 au 7 novembre, le Nature Bar donnera aux visiteurs du Hub une autre occasion de se connecter avec la science axée sur les solutions du Musée et fournira une plate-forme pour un large éventail de conférenciers de haut niveau couvrant les sciences de l’environnement, l’activisme, la conservation et les grandes entreprises.

. Numériquement, la section actualités du site Web du museum éditera un blog en direct, rendant compte des principaux développements de la COP26 au fur et à mesure qu’ils se produisent, avec des dossiers approfondis sur certains des grands problèmes

. Le Musée a créé le Biodiversity Trends Explorer  pour aider les négociateurs des COP26 et COP15 à comparer l’état de la biodiversité des écosystèmes locaux entre les pays. Cela leur permet également de comparer les impacts de différents futurs économiques sur la nature dans les pays développés et en développement au cours de la prochaine décennie.

Par ces initiatives, le Muséum d’histoire naturelle entend souligner que « la perte de biodiversité est tout aussi potentiellement catastrophique pour les personnes et la planète que le changement climatique – et que les solutions sont liées ».

Le directeur du Natural History Museum a ajouté : « Notre mission est de créer des défenseurs de la planète, qu’ils soient des décideurs politiques ou des chefs d’entreprise, des écoliers ou des familles. C’est donc fantastique de s’associer au New York Times et à Voice for Nature pour impliquer les décideurs et les délégués sur le terrain à Glasgow face au double défi du changement climatique et de la perte de biodiversité – tout en gardant notre public numérique informé et fournir un espace dédié à ces thèmes à Londres à travers l’exposition Our Broken Planet ».

Ces actions d’inscrivent dans la stratégie globale du Museum de Londres en faveur de l’environnement.

nhm.ac.uk/about-us/governance/environmental-policy.html

  • La Tate également engagée

D’autres musées britanniques ont souhaité accompagné la CP26 par des programmes et activités spécifiques. La Tate de Londres propose ainsi une programmation artistique axée sur le thème de l’environnement.

. L’exposition « PHOTOGRAPHIE & ENVIRONNEMENT » propose de découvrir des photographies qui retracent l’impact environnemental et humain de l’activité industrielle sur le monde naturel.

« La photographie a été inventée au début du XIXe siècle. Dès le début, il a été utilisé pour enregistrer les paysages et leur évolution dans le temps. Certains ont fait des enregistrements photographiques pour mesurer, contrôler et revendiquer la propriété des terres. L’expansion industrielle et le développement de la technologie ont transformé la façon dont les gens vivaient et travaillaient. Cela a suivi le développement de la photographie. Les changements technologiques ont déclenché la croissance démographique, l’extraction massive de ressources naturelles, la destruction de l’environnement et la pollution. Les effets destructeurs de l’industrie à grande échelle continuent d’avoir un impact sur le monde entier. Les causes et les conséquences interdépendantes de la crise environnementale sont complexes. La photographie peut montrer, ou nous aider à imaginer, comment le capitalisme mondial affecte la planète et ses habitants«  explique le musée.

Photographes et artistes ont réagi de différentes manières. En 30 photos de 12 artistes, cette exposition permet d’explorer ces points de vue parfois divergents.

. L’institution de Londres organise également un week-end spécial COP26 et donne la parole aux militants. Durant le week-end du 30-31 octobre 2021, l’œuvre #HURTEARTH 🌍de Jenny Holzer illumine ainsi la Tate Modern, avec des phrases de dirigeants et de militants projetées sur la cheminée de la Tate Modern au crépuscule. La création de Jenny Holzer fait la promotion du week-end gratuit #PowerToChange qui coïncide avec la COP26. Des ateliers aux conférences, des films à la nourriture, tout le programme du week-end de la Tate Modern « se concentre sur la durabilité et sur la façon d’avoir un impact positif sur notre avenir ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Tate (@tate)

https://www.tate.org.uk/about-us/tate-and-climate-change

SOURCES: Natural History Museum de Londres, Science Museum Group, Tate Modern, presse

PHOTOS: Natural History Museum de Londres, Science Museum Group

PHOTO du carousel: visuel de la COP26

Date de première publication: 01/11/2021

Partager :

Leave a Comment