Avec la généralisation de l’usage des réseaux sociaux et la démocratisation des smartphones, les selfies sont désormais pratiqués par tous, à tout moment et dans tous les lieux. Certains se posent même aujourd’hui la question : le selfie est-il une forme d’art? Pour y répondre, un musée entièrement dédié à cette pratique, The Museum of Selfies, ouvrira à Los Angeles, durant l’hiver 2018.

museumoselfies

Au cours de l’hiver 2018, les visiteurs auront donc l’occasion de découvrir et de visiter The Museum of Selfies

Tommy Honton et Tair Mamedov, cofondateurs du musée, espèrent surprendre et faire réagir les visiteurs, créer le débat et susciter des questions autour du selfie.

Ils expliquent au site Mashable: « Nous voulons vraiment que les gens soient surpris par l’intégralité de l’exposition. Nous espérons qu’ils rient, qu’ils soient surpris ou amusés, et qu’ils ne puissent pas s’empêcher de vouloir prendre des photos avec ce qu’ils voient. »

L’enjeu du musée est de combiner art et technologie, et de faire comprendre avec humour « cette nouvelle culture » des selfies.

Le nouveau musée peut être suivi sur ses comptes instagram et tumblr.

By @grillenfaenger Paulus Emerita, 1647 by Jusepe de Ribera #museumofselfies

A post shared by Museum Of Selfies (@museumofselfies) on

Histoire et phénomène de société

Ce nouvel espace d’exposition, installé dans une banlieue de Los Angeles, ouvrira sur une partie historique, retraçant l’histoire de l’autoportrait (dans l’Antiquité, la Renaissance ou aux débuts de la photographie).

Le musée compte également évoquer des sujets plus sérieux comme celui des décès causés par les accidents de selfie. D’octobre 2011 à septembre 2017, trois cent cinquante-huit personnes seraient mortes pour cette raison.

museum of selfies tumblr_ntqr81VEL41u2ktuio1_500

Image extraite du tumblr The Museum of Selfies

The Museum of Selfies « accrochera » également sur ses murs des oeuvres mettant en avant le thème du selfie. Le musée annonce par exemple un portrait d’un Voldermort en train de se photographier, et même une reproduction de Mona Lisa. Les fans de la série Game of Thrones pourront également reconnaître le célèbre trône de fer, mais re-composé de perches à selfies.

Ce musée dédié aux selfies est en fait le deuxième au monde, après celui de l’Art in Island Museum de Manille, qui propose à ses visiteurs des reconstitutions de lieux  ou d’oeuvres devant lesquels ils peuvent prendre un selfie. (Lire l’article du CLIC France: A Manille, le nouveau musée des selfies incite les visiteurs aux autoportraits interactifs)

Façade de la Color Factory à San Francisco

Façade de la Color Factory à San Francisco

La vague des « musées » à selfies aux Etats-Unis

Inspiré par le musée Philippin, des entrepreneurs américains ont bien compris l’importance des selfies et du partage sur les réseaux sociaux pour faire du buzz.

Nés à New-York et à San Francisco, le Museum of Ice Cream et la Color Factory ont créé des espaces attirant les visiteurs avec la promesse d’un selfie réussi. Ces « musées » sont vus comme des temples ou machines à selfie, dans lequel les visiteurs se mettent en scène devant un décor, afin d’obtenir le meilleur cliché possible, qui sera par la suite partagé sur Instagram.

Rivalisant d’imagination, ces lieux proposent les décors les plus décalés: un bar à milk-shakes, une salle revêtue d’un sol recouvert de paillettes dorées, une console de jeux vintage, un studio de dance agrémenté de ventilateurs en forme de cornets de glace​, une salle bac à sable, une licorne, une piscine de vermicelles multicolores ou encore des bonbons géants. Et le succès est au rendez-vous.

Pour vivre l’expérience du Museum of Ice Cream, les visiteurs sont prêts à débourser 38 dollars, un prix d’entrée 50 % plus élevé que l’entrée au Moma. Pourtant, les tickets pour les six premiers mois ont été vendus en une heure et demie lors de l’ouverture de la billetterie à San Francisco, début septembre 2017. La société avait déjà rencontré un succès similaire à New York lors de son premier ‘pop-up’ durant l’été 2016, vendant 300.000 tickets en cinq jours. L’exposition a ensuite été déclinée à Los Angeles, attirant de nombreuses célébrités comme Beyoncé et Kim Kardashian, dont les selfies sur les réseaux sociaux n’ont fait qu’accroître la popularité et l’audience du lieu. Après avoir vendu plus d’un demi-million de billets, la société a ouvert son quatrième espace à Miami début décembre 2017. Maryellis Bunn, sa cofondatrice de 25 ans, annonce vouloir décliner le concept dans 180 villes aux Etats-Unis et à l’étranger. Elle a confié au ‘New York Magazine’ l’ambition de devenir le « nouveau Disneyland pour les Millennials ».

À New-York, Los Angeles et maintenant Miami, le Museum of Ice Cream installe donc ses salles et décors éphémères, imaginés pour que les visiteurs puissent se mettre en scène. Ce succès s’appuie sur un nom qui est lui même un double malentendu. L’expérience n’est pas dédiée à la crème glacée et n’est certainement pas un musée.  

moic

(c) Museum of Ice Cream

Les dérives des selfies au musée

La pratique du selfie au musée peut très vite rimer avec dérive. On se souvient des incidents de selfie et des oeuvres endommagées dans certains musées, qui ont conduit à l’interdiction des perches par la majorité des grandes institutions.

On peut même atteindre parfois le mauvais gout. Le musée de Yogyakarta en Indonésie a ainsi exposé une statue de cire représentant Hitler, représenté devant l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz. De nombreux visiteurs se sont mis en scène, au côté de la statue afin de se prendre en photo et certains ont même posé en faisant le salut nazi. Le musée s’est défendu en évoquant la portée pédagogique de l’installation. Suite à l’émotion suscitée et à la réaction de nombreux internautes et de certaines ONG, le musée, spécialisé dans les effets spéciaux, a retiré l’installation.

Sources: The Museum of Selfies, Mashable, Fredzone, Numerama, Courrier International

Date de première publication: 23/01/2018

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. A Manille, le nouveau musée des selfies incite les visiteurs aux autoportraits interactifs

. Grace à la reconnaissance faciale, l’application Google Arts & Culture permet d’associer un selfie à des oeuvres d’art

. Saatchi Gallery et Huawei coproduisent une expo sur le selfie et lancent la compétition mondiale #SaatchiSelfie

. Après le Moma de NY et la National Gallery de Londres, le château de Versailles bannit à son tour la perche à selfie

.Pour son exposition d’art russe, le Grimaldi Forum propose aux visiteurs de composer et partager leur accrochage numérique

. Avec ses expositions d’automne Fantin-Latour, Hergé et le Mexique, la RMN joue la carte de l’humour et des selfies