Le Museum de Toulouse propose un nouveau dispositif de médiation mobile, avec le wifi, mais sans application

Testé depuis août 2017 mais lancé officiellement le 24 janvier 2018, le Muséum de Toulouse propose une nouvelle forme de visite mobile. Sans application, avec une simple connexion wifi, les visiteurs peuvent avoir accès à un grand nombre d’informations complémentaires, textes, audio, images d’archives et vidéos. Une innovation numérique qui accompagne les dix ans de la réouverture du Muséum et qui pourrait faire tâche d’huile dans la métropole de Toulouse.

Après 6 mois de test grandeur nature, le 24 janvier 2018, le Muséum de Toulouse a officiellement lancé un nouvel outil de visite mobile innovante sur smartphone, « Visite Museum Mobile ». Grace à une simple connexion wifi mais sans télécharger d’application, le visiteur est dorénavant accompagné par un nouveau guide mobile, riche en contenus et en découverte.

Cette nouvelle offre accompagne les 10 ans de la réouverture du Muséum de Toulouse, après un « dépoussiérage de grande ampleur ». Une « refondation » qui aura duré dix ans mais qui en valait la peine : le musée vient de franchir le cap des deux millions de visiteurs !

« Cette nouvelle visite correspond parfaitement aux usages du moment, car elle permet de picorer, de zapper, de fractionner, on peut s’informer sur un sujet puis remettre son téléphone dans sa poche » explique Maud Dahlem, Chargée de projets multimédia au Muséum d’histoire naturelle de Toulouse .

Vidéo de présentation du Museum Mobile:

Une alternative simple aux applications

Le guide de visite Museum Mobile offre à l’utilisateur une alternative aux applications classiques. En effet, ce dispositif de médiation ne nécessite aucun téléchargement, ce qui est souvent un frein pour les autres dispositifs de médiations mobile, notamment lorsque l’application est trop lourde et demande un espace considérable. De plus, ce système règle certains problèmes liés à l’utilisation du réseau 3G/4G, qui est parfois limité selon les utilisateurs, notamment étrangers.

in-situ_mur des squelettes

Pour être guidé, les visiteurs doivent simplement se connecter au réseau wifi « Visite Museum Mobile » déployé spécifiquement. Ainsi connecté, le visiteur est géolocalisé et accompagné par des contenus qui s’affichent automatiquement sur l’appareil mobile.

Le guide mobile est disponible en français, anglais et espagnol et permet une consultation sur le mode « je picore ce qui m’intéresse ».

Il est alors possible de choisir parmi les vidéos, les images d’archives, les contenus les plus appropriés selon l’envie. Il existe également un mode de consultation plus classique avec des visites thématiques qui partent d’un point A à un point B.

De plus, le guide de visite Museum Mobile offre une médiation accessible avec des contenus adaptés aux publics sourds et malentendants.

Reportage sur le nouveau guide mobile (Dépêche du Midi):

Un dispositif qui répond aux attentes du visiteur

Le nouveau guide de visite doit répondre à plusieurs objectifs poursuivis par le Museum:

– répondre à la sollicitation du public : « une belle scénographie mais les objets sont peu documentés »

– rendre accessible les fonds de la photothèque

– communiquer sur les objets, sur les dernières recherches, sur des notions à comprendre

– le Muséum n’est pas que pour les enfants. Nourrir aussi les adultes.

– répondre aux usages et attentes des visiteurs.

micro-contenus & medias2 RHINOCEROS LAINEUX

Ce nouveau dispositif doit enrichir l’interaction avec le public et la médiation. Il permet de proposer librement des informations sur les différentes pièces exposées dans le musée, et de pouvoir communiquer sur les objets, les dernières recherches ou les notions à comprendre. Autant de nouveaux contenus  qui s’adressent avant tout à un public adulte, sans oublier les visiteurs plus jeunes.

Le nouveau guide offre également une médiation mobile simplifiée, et règle certains problèmes techniques.

Comme l’explique Maud Dahlem, chef de projet digital au Museum: « Quand nous allons à la rencontre des visiteurs pour leur présenter la visite, avant même d’avoir le temps de s’exprimer, 90 % du temps leur réaction est  « Non, je ne veux pas télécharger d’app », « mon téléphone est plein », « je n’ai pas la 3G. Une fois que nous les tranquillisons à ce sujet, ils écoutent. Le mur des squelettes est un bon déclencheur de prise en main de la visite. Il répond à un besoin immédiat d’information et incite à engager  une discussion entre compagnons de visite. »

in-situ_mur des squelettes2

Ce type d’interface permet également aux visiteurs moins technophiles et plus réticents à l’usage des nouveaux outils, notamment les applications d’y trouver leur compte :

« Nous avons des visiteurs frileux à l’idée d’être sur un écran dans un muséum. Nous tâchons de répondre par un « modèle » d’usage. C’est à dire ponctuel, uniquement quand on le veut, et sans être contraint par un parcours tracé de A à Z , ou un jeu qui demanderait un suivi. On a plutôt cherché à provoquer des aller-retours entre les objets physiques et les contenus de la visite mobile », poursuit Maud Dahlem.

Des contenus courts, mais enrichis

« on zappe d’une info à l’autre », « on picore ce qui nous intéresse sans lire dans l’exhaustivité ». Le format des contenus a été choisi pour être en phase avec les nouveaux usages.

Le museum a donc construit des micros-contenus titrés avec des mini-questions interpellantes « Quels ont été les choix de naturalisation ? » , « Comment le squelette a-t-il été remonté ? » « Comment l’animal est-il mort ? » « Est-il dangereux pour l’homme ? ». Et les contenus sont illustrés par des images et des vidéos.

museum toulouse guide Made in Muséum_cladogramme

Les contenus ont été produits par le Museum. Les vidéos et nombreuses photos ont été réalisées en interne avec un équipement très léger.

« Elles sont de moins bonne qualité que si nous étions passés par des professionnels. L’avantage est économique mais aussi de pouvoir se caler au fil du temps et des dispos des uns et des autres, d’être plus réactifs, de tester des entretiens et de recommencer si besoin après évaluation avec le public » explique Maud Dahlem.

Les équipes médiation et collections se sont fortement impliquées. « La médiation a la connaissance du public : quelles sont les questions qui reviennent, sur quels objets les visiteurs aimeraient avoir des médias d’explication »

L’équipe logistique a préparé le terrain pour les installations techniques, et notamment le déploiement du réseau wifi.

L’équipe d’accueil est également impliqué dans le projet puisque le Museum propose quelques tablettes en prêt, équipées du même outil. L’idée est surtout de répondre aux besoins éventuels des visiteurs qui ne sont pas équipés de smartphone.

museum toulouse guide usage

Un nouvel outil facile à actualiser et à dupliquer

Le nouveau guide mobile a été développé par la société Livdéo, sur la base de la solution technique GEEDdans le cadre d’un appel d’offre et d’un partenariat complémentaire. 

Le montant du marché est de 82 000 euros TTC d’équipement hardware, de logiciel, d’installation et de maintenance sur 3 lieux : Muséum d’histoire naturelle (3 500 m² équipés), jardin botanique ( 6 400 m² équipés) et Jardin du Muséum (autre quartier de la Ville – 1 ha équipé). Le museum a bénéficié d’une subvention de la Région.

Le guide mobile s’appuie sur une interface permettant la modification facile des contenus par les administrateurs, afin de répondre le plus vite aux besoins des publics. « Nous pourrons ainsi adapter nos contenus en fonction des retours des visiteurs ».

Le Museum travaille d’ores et déjà à l’enrichissement de son nouvel outil. « Nous travaillons à un module Post Visite et de partage sur les réseaux sociaux. L’année 2018 sera une année de communication, d’évaluation et d’amélioration, ainsi que d’étude de partenariats pour 2019 (ajout de 3D, de réalité augmentée…) » explique Maud Dahlem.

Suivi et testé par les autres services culturels (musée, centre sciences et techniques, archives, bibliothèque publique) de la ville et par l’Office du tourisme du début du projet à aujourd’hui, le guide de visite pourrait prochainement être adopté par d’autres lieux de la Métropole de Toulouse, et notamment son voisin le Quai des Savoirs. La Visite Mobile est également intégrée à la démarche Smartcity de Toulouse.

Contact : Maud Dahlem, Chargée de projets multimédia au Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, mail

Sources: Muséum de Toulouse, Dépêche du Midi

Date de première publication: 30/01/2018

Toulouse est membre du CLIC France

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. Le musée Saint-Raymond de Toulouse partage gratuitement ses modèles 3D d’oeuvres sur Sketchfab

. Les élus de Toulouse décident à l’unanimité de faire passer les données publiques de leurs institutions culturelles en Open Data

. Pour naturaliser une nouvelle girafe, le Museum de Toulouse va faire appel au financement populaire

. Le Museum de Toulouse diffuse ses photos sur Wikipédia

. Concours de souvenirs au Museum de Toulouse

Laisser un commentaire