La National Gallery commercialise la visite virtuelle vidéo de son exposition consacrée à Artemisia

Partager :

Le 20 novembre 2020, la National Gallery de Londres a annoncé le lancement d’une visite vidéo payante de son exposition en cours, mais non accessible pour cause de covid, Artemisia. Une expérience numérique facturée 8£ pour 30 minutes qui suscite des réactions assez négatives de la part du public et des observateurs.

Cette nouvelle offre de visite virtuelle emmène les visiteurs dans une visite vidéo de 30 minutes de l’exposition «Artemisia» dans les salles de la National Gallery, guidée par la commissaire Letizia Treves. Une manière alternative de visiter l’exposition alors que le musée est fermé et que l’exposition est programmée jusqu’au 24 janvier 2021.

« Cette exposition et le moment où Artemisia était sous les feux de la rampe ont tardé à venir – l’événement a été reporté d’avril à décembre 2020, en raison du premier confinement, puis temporairement fermé en raison du reconfinement », a expliqué Letizia Treves. « Bien que ce film ne puisse pas remplacer l’expérience de voir l’exposition en personne à la National Gallery, il nous permet de partager l’histoire et les peintures d’Artemisia avec autant de personnes que possible, en particulier celles qui ne peuvent pas se rendre à Trafalgar Square pour le moment. »

  • Une première monétisation de visite virtuelle d’exposition

L’institution franchit un nouveau pas en monétisant une visite d’exposition, sous la forme de cette vidéo de 30 minutes, permettant de découvrir les œuvres les plus célèbres d’Artemisia, dont deux versions de «Judith décapitant Holopherne». Ce film présente également des autoportraits d’Artemisia, des héroïnes de l’histoire et de la Bible, ainsi que ses lettres personnelles récemment découvertes, vues pour la première fois au Royaume-Uni.

« Je suis très fier que la National Gallery soit l’un des premiers musées à répondre à la situation actuelle et à proposer un film dirigé par un conservateur pour ceux qui ne peuvent pas accéder à la galerie et voir cette exposition exceptionnelle en raison du verrouillage, des barrières internationales et nationales à voyage et pour ceux qui préfèrent attendre un peu plus longtemps avant de revenir en personne », a déclaré le Dr Gabriele Finaldi, directeur de la National Gallery. « Grâce à nos initiatives numériques, le Musée des beaux-arts continuera d’être ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, avec des œuvres d’art pour tous, n’importe où, en ligne. »

La décision de facturer cette vidéo, en VOD, a été prise par le musée, dans le prolongement de déclarations du ministre britannique de la culture, durant l’été 2020, qui avait annoncé une aide de 100 millions de livres sterling (111 millions d’euros) aux 15 musées nationaux, fragilisés par la pandémie de Covid-19 mais invitant ces institutions à « adopter une approche aussi commerciale que possible, en recherchant toutes les opportunités pour maximiser les sources de revenus alternatives ».

Dans une lettre divulguée par le magazine The Art Newspaper, Oliver Dowden ajoutait, en forme de menace, « dans le cas contraire, je ne serai pas en mesure de plaider en faveur d’un soutien financier supplémentaire pour le secteur ».

La commercialisation de cette vidéo a suscité un tollé dans le public, mais également de la part de journalistes et même de certains membres du parlement qui considèrent que la National Gallery ne « respecte pas son identité et ses principes » en vendant sa vidéo de visite. (Voir les réactions en chaine sur twitter après le post de Bendor Grosvenor, journaliste à la BBC)

Le site Web de la galerie indique que les billets sont en vente pour les visites à partir du 3 décembre 2020 et que la visite vidéo est gratuite pour les membres de la National Gallery.

Début novembre 2020, la National Gallery avait annoncé un partenariat avec Nikon pour financer ses contenus numériques, pendant la fermeture du musée. (Article Clic France: Covid-19 / La National Gallery London et Nikon s’associent pour enrichir l’expérience visiteur pendant le confinement)

La manière dont les musées monétisent leur contenu numérique était un thème récurrent de la conférence numérique Louvre Abu Dhabi / NYU Abu Dhabi Reframing Museums, qui a eu lieu du 18 au 20 novembre 2020. Lors d’une table ronde intitulée « L’avenir des expositions dans un monde post-pandémique », Chris Dercon, le président de la Rmn-Grand Palais, a posé la question: « Continuons-nous à télécharger des contenus numériques sans fin sans système de monétisation? ».

SOURCES: National Gallery, The Art Newspaper

PHOTOS: National Gallery 

Date de première publication: 22/11/2020

Atelier webinar Clic France N°5: «Peut-on monétiser les contenus et activités numériques ?» – jeudi 10 décembre 2020

Atelier webinar Clic France N°2: «Virtualiser une exposition existante» – compte-rendu et captations

En complément des visites virtuelles 360 gratuites, les musées du Vatican lancent des cours et des expériences numériques payantes

Covid-19 / Le mémorial de Verdun met en ligne une nouvelle visite virtuelle, en partie payante

Après un outil in-situ en réalité augmentée, le MuséoParc Alesia propose sa première visite virtuelle

Nouvelle Zélande: la Auckland Art Gallery lance une visite virtuelle enrichie de son exposition Edo en langue Māori

Partager :

Laisser un commentaire