En janvier 2021, le Natural History Museum de Londres sera la vedette d’une nouvelle série documentaire sur Channel 5

Partager :

Le Musée d’histoire naturelle de Londres sera la star d’une nouvelle série en quatre épisodes diffusée en prime time sur Channel 5 en 2021. « Natural History Museum: World of Wonder », sera diffusé chaque jeudi à partir du 7 janvier 2021, à 20h et pourra être visionné en replay sur la plateforme vidéo à la demande My5.

La rédactrice en chef des contenus documentaires de Channel 5, Lucy Willis, a chargé la société de production primée à plusieurs reprises The Garden Productions de réaliser la série.

Un des scientifiques du NHM London interrogés par la série de Channel 5

Lucy Willis a déclaré: « Dans cette série, nous ouvrons les portes de l’un des plus grands musées du monde. Chaque année, plus de 5 millions de visiteurs viennent voir son incroyable collection: des dinosaures extraordinaires aux baleines géantes, des fossiles rares aux roches spatiales aussi vieilles que le système solaire lui-même, le tout soigné par son personnel passionné. Mais les visiteurs ne voient qu’une fraction des 80 millions d’articles de la collection. Pour cette série, nos caméras ont été autorisées a pénétrer non seulement dans le musée mais aussi dans ses coulisses, pour présenter des spécimens incroyables et révéler les pièces uniques et rares trop précieuses pour être exposées ».

La série, filmée pendant plusieurs mois durant l’année 2020, documente le travail de quelques 300 scientifiques du Musée et les découvertes révolutionnaires qu’ils font ainsi que les coulisses de la préparation de ses expositions.

Les 4 épisodes de 60 minutes explorent presque chaque centimètre carré du musée, des spectaculaires galeries publiques, laboratoires et salles de numérisation aux espaces de réserves abritant des dizaines de milliers de spécimens, aux salles de dissection et au jardin animalier (et à ses habitants!).

Trailer vidéo de la série « Natural History Museum: World of Wonder »:

  • Portraits et enquêtes scientifiques

La série propose des portraits de scientifiques permettant également de mettre la lumière sur un métier ou sur un projet majeur du museum.

Ainsi par exemple:

. La série suit Richard Sabin, conservateur principal des mammifères, qui travaille sur Hope, le squelette impressionnant de baleine bleue du Musée qui plonge du plafond de Hintze Hall, depuis près de 30 ans. le documentaire explique comment une analyse détaillée de minuscules échantillons des plaques buccales de Hope permet d’en révéler plus sur la vie de Hope et de faire de nouvelles découvertes fascinantes, y compris le fait qu’elle avait porté un bébé.

Le conservateur principal des mammifères, Richard Sabin

. Le Dr Selina Brace, chercheuse en ADN, réexamine les restes humains découverts dans la grotte du Somerset. Elle examine les preuves qui suggèrent que ces premiers habitants du Royaume-Uni étaient des cannibales. Cela comprend les marques de dents humaines sur les os et les récipients à boire rituels fabriqués à partir de crânes humains.

. La paléontologue Dr Susie Maidment, qui est l’un des experts en charge des milliers de traces de dinosaures du musée, ouvre une caisse d’une célèbre fouille au Lesotho, en Afrique qui n’a jamais été déballée. Elle découvre un rocher qui pourrait contenir un crâne de dinosaure rare et vieux de 199 millions d’années. Les caméras suivent les processus techniques qui permettent de révéler ce qui est caché dans la roche ancienne.

. La directrice des collections des sciences de la Terre et spécialiste des planètes, la professeure Caroline Smith, révèle un objet contenant certains des fragments les plus anciens conservés dans le musée. Une météorite qui contient des particules vieilles de sept milliards d’années, plus anciennes que le système solaire lui-même. La série suit son travail sur la mission du rover Mars 2020 de la NASA pour ramener des échantillons de la planète rouge.

La conservatrice principale des insectes Dr Erica McAlister

. Le Musée entreprend actuellement un programme ambitieux d’ouverture de ses collections par la numérisation et diffusion massive, afin de pouvoir partager des données sur les 80 millions d’articles de sa collection. La conservatrice principale des insectes, Dr Erica McAlister, numérise certains des spécimens les plus bizarres de la collection dont elle s’occupe, et présente dans la série des puces vêtues de costumes de mariage, créées par des religieuses au Mexique.

  • Excursions scientifiques

Les caméras suivent les scientifiques du Musée alors qu’ils entreprennent des visites sur le terrain dans le cadre de leurs recherches. Les paléontologues Dr Susie Maidment et le professeur Paul Barrett se dirigent vers la plage de Penrith au Pays de Galles à la suite d’une alerte donnée par le public qui pense avoir repéré un ensemble rare de traces de dinosaures. Une image fascinante commence à émerger lorsque l’équipe découvre des marques régulières sur la plage et pense pouvoir voir des empreintes d’orteils et de pouces faites il y a des dizaines de millions d’années – dans la roche.

Ailleurs, des experts en insectes du musée se rendent au château de Hever, dans le Kent, pour trouver des insectes dans le cadre du projet multi-instituts, l’arbre de vie de Darwin. Le Musée est l’un des dix centres scientifiques qui vise à collecter, stocker des échantillons et lire l’ADN de 60 000 espèces qui vivent dans et autour des îles britanniques pour mieux comprendre et protéger la précieuse biodiversité.

Dippy, le diplodocus itinérant du NHM london
  • Expositions à succès

Le responsable de la conservation Lorraine Cornish se rend à Rochdale pour une inspection de Dippy, le Diplodocus mondialement connue du Musée. Dippy a battu des records d’audience dans tout le Royaume-Uni dans le cadre de sa tournée de trois ans. Rochdale est l’avant-dernière étape de la tournée et Lorraine Cornish veut vérifier que tout va bien avant que Dippy s’installe à la cathédrale de Norwich en 2021.

La série suit et raconte la préparation de la nouvelle exposition à succès du Musée, « Fantastic Beasts: The Wonder of Nature ». Créée en collaboration avec Warner Bros et la BBC, l’exposition explore les liens entre les animaux du monde naturel, les créatures mythiques et leurs homologues fictifs du monde sorcier. La responsable de la conservation Lorraine Cornish fait une course contre la montre pour s’assurer que les 120 objets de l’exposition sont prêts à être installés, des accessoires de film tels que la valise du personnage principal Newt Scamander à la pièce maîtresse de l’exposition, une réplique complète du squelette d’un dinosaure récemment découvert – Dracorex hogwartsia (Dragon Roi de Poudlard).

La série suit également la responsable du programme annuel « Photographe animalier de l’année », le concours mondial du Musée qui récompense chaque année depuis 1965 la meilleure photographie de la nature au monde. Sélectionnés parmi plus de 49 000 candidatures du monde entier, les gagnants du concours Photographe animalier de l’année sont présentés chaque année à le musée. Soraia Salvador rencontre l’un des gagnants, le photographe londonien Matt Maran, pour une séance photo. Après avoir participé à la compétition pendant 18 années consécutives, de dernier a finalement reçu une reconnaissance pour une photo remarquable de renards prise, non pas dans un endroit éloigné, mais dans son lotissement de Tottenham.

  • D’autres découvertes étonnantes

La série offre d’autres découvertes étonnantes:

. le directeur de service Jack Evans qui a la tâche de s’assurer que le musée est prêt pour ses milliers de visiteurs chaque jour, ainsi que les ingénieurs Glen Moore et Alex Phillips, appelés à réparer les rapaces populaires du musée et un T.rex dans le Galerie de dinosaures.

. le conservateur principal en charge des collections de mollusques Jon Ablett, qui travaille dans la salle du réservoir du Musée au sous-sol où se déroulent des dissections et des recherches de pointe. Cette salle contient des spécimens spectaculaires tels que le calmar géant de 8,62 mètres de long du musée, Archie ainsi que la pieuvre domestique de Charles Darwin.

. Le conservateur principal, le Dr Blanca Huertas, supervise la plus grande collection de papillons et de mites au monde,  et ajoute un ou deux nouveaux spécimens dans une collection de plus de cinq millions de spécimens.

La conservatrice principale des crustacés, Miranda Lowe, dans son bureau

. La conservatrice principale des crustacés Miranda Lowe sélectionne des créatures marines parmi les modèles en verre Blaschka exceptionnellement fragiles de la fin du XIXe siècle pour la prochaine exposition, Our Broken Planet: How We Got Here and Ways to Fix It.

Ninder Billing, responsable des programmes documentaires chez The Garden Productions et producteur exécutif de la série, a déclaré: « Ce fut un privilège de bénéficier d’un accès aussi extraordinaire aux trésors du Musée d’histoire naturelle. Nous avons adoré présenter à un public les collections spectaculaires et le travail révolutionnaire qui se déroule dans les coulisses du Musée, surtout lorsque nous avons été privés de le visiter pendant une si grande partie de cette année. Nous espérons que la série sera un régal au cœur de l’hiver. »

À propos du musée d’histoire naturelle

Le musée d’histoire naturelle est à la fois un centre de recherche scientifique de premier plan au monde et le musée d’histoire naturelle le plus visité d’Europe. Il est le dépositaire de l’une des collections scientifiques les plus importantes au monde comprenant plus de 80 millions de spécimens. Le Musée accueille plus de cinq millions de visiteurs chaque année et sa production numérique atteint des centaines de milliers de personnes dans plus de 200 pays chaque mois. Ses expositions itinérantes ont été vues par environ 30 millions de personnes au cours des 10 dernières années.

SOURCE: Natural History Museum London

PHOTOS: Natural History Museum London, Channel 5

Photo du carousel: La paléontologue Dr Susie Maidment, l’une des experts responsables des milliers de fossiles de dinosaures au Musée

Date de première publication: 29/12/2020

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

[Covid-19] Quand les musées du monde recherchent de nouvelles sources de revenus dans le contexte de pandémie (02/11/2020)

Le projet Urban Nature du Museum d’histoire naturelle de Londres reçoit un permis de construire pour transformer les jardins du musée

Covid-19 / Les infographies du Museum d’histoire naturelle de Londres présentent l’impact du confinement sur l’environnement

Doug Gurr, actuel directeur d’Amazon UK, est choisi comme nouveau directeur du Museum d’histoire naturelle de Londres

Le Musée d’histoire naturelle de Londres met en ligne une visite virtuelle 3D de ses espaces principaux

Partager :

Laisser un commentaire