À New-York, un musée dédié à l’espionnage propose une expérience de visite très interactive

Situé sur la 55ème avenue de New-York, non loin du MoMa , un musée dédié à l’espionnage vient d’ouvrir ses portes. Inauguré, le 16 février 2018, ce musée propose une expérience de visite high-tech interactive, entre détecteur de mensonge et découverte de messages secrets.

musee-spyescape-1

Entre musée et espace interactif, le musée Spyscape s’est installé dans des locaux de plus de 5 000 m2, près de Central Park.

Entre le musée et l’escape game

Durant la visite, les visiteurs peuvent, entre autres, tester leur résistance au détecteur de mensonges, s’essayer aux techniques de piratage et de cyberattaque et même évaluer leur agilité en évitant de toucher les lasers de la salle du “Ops Challenge ».

Les utilisateurs sont équipés d’un bracelet connecté, permettant au musée de leur créer un profil d’espion sur mesure, au fil des différentes étapes. Ce système de tracking a été conçu en coopération avec un ancien responsable de la formation des agents britanniques du renseignement.

Le système délivre en fin de visite le profil de l’agent double: un officier traitant, analyste, hacker ou agent spécial.

spyescapeny

Pensé par l’architecte David Adjaye, le musée s’étend sur trois niveaux et quelques 5 500 mètres carrés.

L’espace principal du musée abrite un gigantesque pavillon d’acier dans lequel le public peut regarder des vidéo de caméra de surveillance à 360 degrés et résoudre une enquête. On accède au lieu via un ascenseur dans lequel un dispositif sonore et visuel briefe les espions en herbe sur leurs missions.

Vidéo de présentation du musée (City Sliqer):

De l’histoire à l’actualité

L’histoire de l’espionnage est également mise à l’honneur, notamment à travers une rétrospective interactive sur le destin d’Alan Turing. Ce mathématicien britannique est célèbre pour avoir aidé à décrypter le code de la machine allemande Enigma durant la Seconde Guerre mondiale. En parallèle, différentes anecdotes d’espionnage vous sont racontées sous différents formats.

Le musée propose également des documents liés à l’agent double américain Robert Hanssen, passé à la solde des Soviétiques en 1979, et confondu en 2001 seulement. Une salle est aussi consacrée à la résistante d’origine américaine Virginia Hall, qui a réalisé de nombreuses missions sur le territoire français durant la Seconde Guerre mondiale, et une autre à la crise des missiles de Cuba.

spyescapeee

« Skyscape est également un musée ayant une portée éducative », précise Shelby Prichard, manager du musée. « Nous voulions que les gens viennent ici pour en apprendre davantage sur l’histoire de l’espionnage mais aussi pour qu’ils se rendent compte de la façon dont l’espionnage affecte leur vie de tous les jours. Nous prenons notre rôle très au sérieux en aidant les gens à comprendre comment ils peuvent appliquer ce qu’ils apprennent ici dans la vraie vie. »

En prise avec l’actualité, le musée souhaite également permettre aux visiteurs d’acquérir des compétences pratiques, ainsi que des connaissances sur les enjeux actuels, tels que la protection des données en ligne.

Reportage sur le musée (AP):

Musée privé, Skyscape offre une nouvelle expérience qui a son prix, 39 $ américains, soit 31.7 euros. Un tarif d’entrée qui se rapproche beaucoup plus de celui des expériences d’escape game.

Sources: Skyscape, RTS, SwissInfo

Date de première publication:

Laisser un commentaire