Dès son ouverture, le nouveau Centre de la Photographie du V&A de Londres mise sur l’innovation

Le vendredi 12 octobre 2018, le nouveau centre de photographie du V & A Museum a ouvert ses portes, avec une exposition d’ouverture Collectionner la photographie: du daguerréotype au numérique , qui explore la photographie comme un moyen de « collecter le monde », de l’invention du support au XIXe siècle jusqu’à nos jours. Ce nouvel espace du musée de Londres s’appuie largement sur le numérique et d’autres formes d’innovation.

S’appuyant sur une collection de plus de 800 000 photographies, le nouveau Centre de la Photographie du V&A présente pour son ouverture des images de pionniers de la photographie couleur, ainsi que de récentes acquisitions. Les visiteurs peuvent également admirer des travaux photographiques historiques ou des oeuvres des photographes modernes et contemporains les plus influents au monde. Les galeries présentent aussi les empreintes des pionniers William Henry Fox Talbot, Julia Margaret Cameron et Roger Fenton, aux côtés de négatifs, d’appareils photographiques, de publications photographiques et de documents originaux racontant une histoire encore plus vaste de l’histoire de la photographie internationale.

Une surface plus que doublée

Conçu par le cabinet d’architecture David Kohn, le nouvel espace qui représente la phase 1 du centre de la Photographie, est composé de 4 galeries et permet de plus que doubler la surface dédié à cet art au sein du V&A.

Cet agrandissement a été rendu nécessaire par le fait que le Science Museum Group a transféré au V&A en 2017 la propriété et la gestion de la Royal Photographic Society (RPS) et ses trésors. Une acquisition rendue possible par le soutien financier du Heritage Lottery Fund et du Art Fund. La RPS est venue enrichir la National Collection of the Art of Photography, gérée par le V&A. Une collection construite par le musée depuis sa fondation en 1852 et constamment enrichie par des acquisitions et des dons.

Des outils innovants répartis dans les galeries

Les visiteurs entrent dans le nouveau Centre de la photographie à travers une installation spectaculaire de plus de 150 caméras couvrant 160 ans.

A proximité, une caméra interactive explique aux visiteurs comment les photographes découvrent le monde par le biais de leur équipement.

À l’intérieur de la Galerie, différentes sections sont consacrées à des collections et des collectionneurs. Cela comprend notamment une série de caméras et tirages de William Henry Fox Talbot; des photographies beaux-arts des années 1850 rassemblées par Chauncey Hare Townshend, amie de Charles Dickens; une partie de la collection personnelle du photographe Alvin Langdon Coburn, prises par ses prédécesseurs et contemporains ; et une sélection de quelques oeuvres majeures du photojournalisme du XXe siècle collectées par les agents britanniques de Magnum Photos, John et Judith Hillelson.

Un peu plus loin, une visionneuse stéréoscopique offre une expérience 3D immersive de Crystal Palace et une exploration de certaines des premières photos jamais prises au Japon.

La Modern Media Gallery (anciennement Galerie 99) présente une sélection actualisée fréquemment de nouvelles acquisitions, un « mur de lumière » pour l’affichage sur écran de travaux photographiques numériques ainsi que la « Tente Noire ».

© Will Pryce

 

Cette salle flexible de projection multimédia et de conference est inspirée par les chambres noires itinérante des photographes du 19ème siècle. Ici seront diffusés des films spécialement commandés révélant des premiers procédés photographiques, y compris le daguerréotype, ainsi qu’un diaporama de diapositives rarement vu issues des lanternes magiques, révélant notamment les premières tentatives pour atteindre le Sommet du Mont Everest en 1921 et 1922.

Une exposition inaugurale sur le thème des collectionneurs

Plus de 600 objets fabriqués en Europe, aux Etats-Unis, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie sont réunis pour l’exposition inaugurale « Collectionner la photographie: du daguerréotype au numérique ». Sur les murs sont également accrochées les images des premiers pionniers de la photographie couleur, Agnes Warburg, Helen Messinger Murdoch et Nickolas Muray et des dernières acquisitions d’oeuvres signées Hiroshi Sugimoto, Cornelia Parker, Linda McCartney, Marco Breuer, Pierre Cordier et Mark Cohen.

Cette même salle présente un cyanotype botanique révolutionnaire d’Anna Atkins, les images de la première femme photographe de musée dans le monde, Isabel Agnes Cowper et des études sur le mouvement d’Eadweard Muybridge, ainsi que des photographies de certains des plus influents photographes modernes et contemporains du monde, y compris Eugène Atget, Man Ray, Bill Brandt, Walker Evans, Edward Steichen, Cindy Sherman et Martin Parr.

Deux créations numériques

Pour marquer cette ouverture, le V&A a chargé deux artistes de renommée internationale de produire de nouvelles œuvres majeures.

. Le photographe allemand Thomas Ruff, connu pour son approche critique et conceptuelle de la photographie, a créé une série monumentale librement inspirée des négatifs sur papier des photographies de Linnaeus Tripe, en Inde et en Birmanie datant des années 1850.

. Parallèlement à cette série, l’artiste américaine Penelope Umbrico a créé 171 nuages ​​de la collection en ligne du V & A, 1630 – 1885, la première œuvre à figurer sur le «Light Wall». Pour créer cette vidéo, elle a examiné la collection en ligne de peintures de V & A et en a extrait les détails des nuages. Le travail explore « la transition des nuages ​​fugaces à la peinture matérielle, puis du code numérique à l’écran physique ».

Un mois de la photographie au musée

L’ouverture du centre de photographie donne le coup d’envoi d’un mois de la photographie à travers le musée. Les points culminants incluent les conférences avec les grands photographes Mary McCartney, Rankin et Chris Levine; la première d’une performance collaborative Last Evenings de l’artiste Garry Fabian Miller et du musicien et compositeur Oliver Coates; une projection de Love Cecil de Lisa Immordino Vreeland; et des performances spéciales, des événements, des cours, des ateliers et un vendredi soir spécial sur le thème de la photographie qui se tiendra le 26 octobre 2018.

Dans sa phase deux (ouverture en 2022), le Centre de la Photographie s’enrichira d’une bibliothèque de photographies et d’études, deux espaces d’apprentissage et d’événement flexibles, ainsi qu’un studio et une salle obscure pour accueillir des artistes photographes en résidence.

Le Centre de la Photographie a bénéficié du soutien de la fondation de la famille Bern Schwartz, du groupe média Modern et de la fondation artistique du collectionneur chinois Shao Zhong et de nombreux autres donateurs généreux.

FuturePlan

Le centre de La Photographie s’inscrit dans le cadre de FuturePlan, le programme ambitieux de développement qui transforme le V & A. Comme l’explique le musée sur son site web: « Les meilleurs designers contemporains sont invités à recréer les galeries et des installations pour les visiteurs, tout en révélant et restaurant la beauté de l’édifice original. Au cours des 15 dernières années, plus 85 % des espaces publics du Musée ont ainsi été transformés, permettant ainsi d’améliorer l’accès et l’accueil et de valoriser les collections en les accrochant avec plus d’élégance et d’intelligence. FuturePlan vise à ravir et mieux inspirer les visiteurs et poursuivre la tradition du Musée de promouvoir les nouveaux talents »vam.ac.uk/info/futureplan

Le centre de photographie V & A se trouve au niveau 3, salles 99, 100, 101 et 108.

SOURCE: V&A Museum

Photos: © Victoria and Albert Museum, London

Date de première publication: 13/10/2018

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Après son atelier avec Samsung, le Victoria & Albert Museum annonce vouloir explorer le potentiel de la réalité virtuelle

Le Victoria & Albert Museum accueille son premier game designer en résidence

Etude du Victoria & Albert Museum : visiteurs et smartphones, équipements et usages

Sur une nouvelle plateforme web, le musée Nicéphore Niépce met en ligne 20 000 photographies libres de droit

20 000 photographies numérisées et mises à disposition du public par le Norman Rockwell museum

Laisser un commentaire