Nouveau site web, immersion, écran géant … le digital innonde le Musée océanographique de Monaco

Depuis un an, le Musée océanographique de Monaco s’offre une cure de jouvence en misant sur le numérique pour surprendre ses visiteurs. Un nouveau site Internet, un outil immersif Google et un écran géant pour dévoiler les mystères des requins visent à enrichir l’ expérience de visite.

Musée océanographique monaco general

  • Un nouveau site web

Le Musée océanographique  a repensé son site Internet (www.oceano.mc), pour faciliter la « navigation » de ses internautes. Son ergonomie est plus moderne et intuitive ; son esthétique colorée invite à plonger dans le monde marin. La page d’accueil regroupe tous les éléments nécessaires à la préparation de la visite : l’internaute y retrouve les horaires, les tarifs, l’accès au musée, les informations sur le restaurant,  la billetterie en ligne qui lui permettra d’éviter la longue file d’attente lors de sa visite, etc.

Ce site fait la part belle aux réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Trip Advisor, Pinterest, You Tube et FlickR. Il est disponible en sept langues.

musee oceano monaco liquid 1367845093 (1)

  • Le Google Liquid Galaxy révèle les fonds marins de Monaco

Le Liquid Galaxy est un simulateur qui permet de découvrir Google Earth grâce à sept écrans placés en arc de cercle autour de l’utilisateur, pour une immersion optimale. Grâce à un partenariat établi entre Google et le Musée Océanographique, Monaco est le premier site sous-marin européen à proposer au public l’expérience du Liquid Galaxy. Le Musée présente les 2 000 clichés panoramiques d’une équipe de photographes et de scientifiques subaquatiques d’ « Underwater Earth », réalisés dans la réserve marine du Larvotto et les eaux de la Principauté de Monaco.

Les visiteurs du musée peuvent ainsi découvrir les fonds marins, leur faune et leur flore, à travers une dizaine de spots référencés.

Robert Calcagno, Directeur général de l’Institut océanographique de Monaco, précise que l’ambition de ce projet est de révéler «aux visiteurs notre environnement sous-marin immédiat. Les photos seront présentées en avant-première aux visiteurs du Musée pour les vacances de Noël [2013], via le Google Liquid Galaxy qui est aujourd’hui l’appareil le plus utilisé au monde». 

Par la suite, les images seront également rendues disponibles dans la galerie Google Maps. Il s’agit également de réaliser un état des lieux photographique de référence de sites de grande qualité pour suivre leur évolution dans le temps.

Cette opération de mécénat est née de la rencontre entre le Prince Albert II de Monaco, Google, la Fondation Prince Albert II de Monaco et l’Institut océanographique.

Reportage présenté sur France 3 Côte d’Azur au moment de l’installation du Liquid Galaxy de Google (en décembre 2012)

Monaco oceano big screen

  • Requins, « l’expo-sensation » qui fait appel au numérique

Pour cette exposition événement lancée en juin 2013, le Musée de Monaco a déployé les grands moyens numériques. Cette exposition sensorielle, présentée durant deux ans,  invite ses visiteurs à (re)découvrir les requins.

Une fresque digitale

Au-delà des aquariums où évoluent les squales, le musée a commandé une gigantesque fresque digitale à vocation ludique mais également instructive. Sur 20 mètres de long par 3 mètres de hauteur, elle dévoile les caractéristiques d’une dizaine d’espèces. Comme dans un aquarium imaginaire, les animaux, représentés dans leur taille réelle, nagent face aux visiteurs qui les animent au moyen d’un tapis interactif. Par une pression sur des repères indiqués au sol, l’esquisse d’un requin se colore et s’anime pour révéler ses caractéristiques biologiques et comportementales.

Stéphane Bezombes, Directeur de Création de l’agence Réciproque à l’origine de cette fresque précise «La production multimédia de cette exposition vise à proposer toute une gamme d’interactions avec les animaux ou leurs représentations, pour que les visiteurs puissent se constituer une véritable expérience personnelle et sensorielle, suscitant un basculement dans la perception des requins comme animal menaçant».

Un hublot de simulation permet également de réaliser l’importance de ces prédateurs dans l’équilibre de la biodiversité, grâce à une immersion dans un monde sans requins.

 Monaco oceano big screen 3 Monaco oceano big screen 2

Des écrans et un jeu-vidéo

La rencontre sensorielle avec les squales passe aussi par le toucher réel d’une mâchoire de requin tigre ou une caresse de la main sur le dos d’un requin Pyjama dans un aquarium dédié, le « bassin caresse ». Autour de celui-ci, deux écrans géants de 7 mètres de haut diffusent des images du film Océans de Jacques Perrin et des reportages de Jérôme Espla, dans une ambiance sonore qui vient compléter l’immersion.

Egalement à proximité du bassin Caresse, six tablettes interactives sont dédiées au jeu AccroShark. Celui-ci propose aux visiteurs, notamment le jeune public, de se glisser dans la peau d’un requin de leur choix et de partir à la recherche d’une aire marine protégée. Dans cette aventure où l’objectif est la survie, les joueurs réalisent les difficultés que peuvent rencontrer les animaux et leur durée de vie parfois limitée.

A la fin de leur visite, les visiteurs sont invités à répondre à un quizz ludique, disponible en français et en anglais, pour tester leurs connaissances sur les squales. Selon leur score, ils peuvent ensuite soit approfondir les points sur lesquels ils ont commis des erreurs, soit devenir ambassadeurs de la cause des requins. Ils reçoivent alors un diplôme qui leur est envoyé par e-mail. Un écran comptabilise le nombre de personnes engagées pour la protection de ces animaux.

SOURCES: Musée océanographique de Monaco

Auteur: Carole Heulin

Date de première publication: 15/01/2014

Laisser un commentaire