Avec une nouvelle version de son site web et de son application mobile, le Met Museum de New York s’offre un « lifting numérique »

Pour accompagner l’adoption d’un nouveau logo et l’ouverture du nouveau bâtiment  Breuer dédié à l’art contemporain, le Met Museum de New York propose depuis le 29 février 2016  un « nouveau visage numérique » composé notamment d’une nouvelle version de son site web et de son aplication mobile.

Le site web et l’ensemble de son écosystème numérique deviennent le quatrième espace du Met Museum.

Ainsi Thomas P. Campbell, Président du Met, a déclaré: « En tant que quatrième espace, le dispositif numérique du Met est une partie intégrante de notre travail. Il y a tellement de contenus disponibles pour le public qui pourrait ne jamais être en mesure de visiter le Met. Rien ne peut remplacer le fait d’être devant une œuvre d’art, mais il est inspirant de voir les idées et les cultures qui sont portées à la vie grâce à nos contenus et services en ligne qui offrent autant de perspectives sur plus de 5000 ans d’expression visuelle. La présence numérique du Met est une ressource inépuisable qui démontre véritablement la pertinence de notre musée ».

Dans un blog publié le même jour sur le blog du musée Digital UndergroundSree Sreenivasan, Directeur numérique du Met et Loic Tallon, directeur adjoint du numérique expliquent leur démarche et leur méthodologie.

Le Met, qui a ouvert en 1870 et se développe à partir du 18 mars dans son troisième lieu, est dorénavant prêt à utiliser les smartphones comme un autre moyen de metre l’art à disposition du grand public. Pour le Met, cette présence mobile renforcée et rafraîchie non seulement aide à toucher, diffuser et interagir de nouvelle manière avec le public, mais ces développements récents jettent également les bases pour de futurs projets qui permettront de mieux mélanger les espaces mais également les expériences numériques et physiques.

met museum new website fev 2016

Le 29 février 2016, le Met Museum a dévoilé des « mises à jour majeures » de son site web institutionnel,metmuseum.org et de son application mobile App Met, disponible sur iOS et Android. Initialement lancées pour coïncider avec l’ouverture de The Met Breuer nouvel emplacement sur ​​Madison Avenue et 75th Street dédié à art moderne et contemporain et pour soutenir le lancement public du Musée nouvelle identité de marque , ces mises en lignes de nouvelle versions web et app ont également « été utilisé comme une occasion d’offrir une série de nouvelles caractéristiques et fonctionnalités importantes sur ces 2 services »

« Il ne s’agit pas d’un re-lancement mais d’un rafraichissement »

Une des premières évolutions qui peut-être observées sur le « nouveau » site- en plus de notre nouvelle identité- est la mention BETA tout en haut du site. Comme l’explique le musée, cette mention est affichée pour « signaler à la fois au monde extérieur et à nous mêmes que le site est un travail en cours ». « Nous allons supprimer cette mention dans les mois à venir, lorsque le travail de constante amélioration s’achèvera ».

Comme évoqué dans un article du blog du met en octobre 2015 portant sur la stratégie numérique du Met, l’objectif général du musée est de « répartir et décentraliser la gestion et la responsabilité des différents outils numériques du musée entre les différents collaborateurs de la direction du numérique ».

Tout au long du processus récent de développement des évolutions révélées le 29 février, l’équipe numérique du musée a considéré « le projet de site Web comme un refresh par opposition à une refonte. Une refonte implique que nous reconcevions le site à partir de zéro, ce qui n’était pas possible dans le délai de 9 mois entre la création de l’identité de la marque met et aujourd’hui ».

En choisissant de procéder à un rafraîchissement, les équipes ont pu se concentrer sur trois objectifsmajeurs:

  • intégrer les trois lieux du Met dans le site web et l’appli et les placer sur un pied d’ égalité numérique. Auparavant, trouver des informations sur The Met Cloisters n’était pas facile; avec l’ouverture de la Met Breuer, nous donnons maintenant un accès égal à nos 3 sites et à leurs informations respectives.
  • être totalement mobile. Depuis la dernière version de notre site web datant de 2011, le monde est devenu beaucoup plus mobile, « nous avions donc besoin de nous assurer que notre site fonctionnait aussi bien sur les smartphones, les tablettes et les ordinateurs de bureau, sachant que le trafic de notre site est répartir à hauteur respective de 30, 10, et 60 %, sur ​​ces 3 platesformes. Durant les cinq dernières années, nous opérions deux sites, un pour le fixe et un autre pour le mobile. Nous en avons maintenant un, un site unifié et parfaitement responsive ».
  • Incarner la nouvelle identité institutionnelle. Comme l’a déclaré le directeur du Met, Tom Campbell, « nous présentons maintenant une plus grande clarté et cohérence dans l’ ensemble de nos outils de communication ». Cette cohérence inclut évidemment le numérique.

Un site web contenant plus de 500 000 pages

Ces objectifs sont faciles à définir, mais pas si facile à mettre en œuvre sur un site Web composé de plus de 500 000, plus de 3 300 événements par an, et une série d’outils de transaction et d’interaction avec le Met. À cette fin, les équipes de conception et développement du Met ont sélectionné deux société externes, Fantasy Interactive et Velir, pour fournir l’assistance et l’expertise design et technique nécessaire au rafraichissement d’un tel site web. Cette transformation côté utilisateurs a également donné l’occasion de simplifier le back office du site, ce qui profite à la fois à l’utilisateur et à l’équipe interne. En réduisant lenombre de templates, de vingt à environ six modèles, « les pages deviennent plus faciles àactualiser, plus facile à trouver, et plus facile à lire ».

met new website fev 2016 -collections

Le nouveau site, intégralement responsive, comprend quelques fonctionnalités majeures: une navigation simplifiée sur la barre du haut, la section « collections » est désormais appelée simplement « Art», aux côtés des 6 autres sections principales du site « visit », « exhibitions », « events », « learn », « join and give » et « shop ».

L’App Met également rafraichie

Capture d'écran de l'application rafraîchie phare de la Met

L’application Met App, lancée il y a 18 mois sur iOS et un peu plus tard sur Android, a été également rafraîchie pour intégrer la nouvelle marque. « Nous avons également simplifié l’expérience et la structure globale de l’application afin que les utilisateurs puissent accéder au contenu le plus important plus facilement ».

Photo par Thomas Ling

Un mur interactif  en écrans Led de 8.5 m de long

Vue de la paroi de support derrière le bureau d'information dans le hall Met Breuer
(c) Met Museum / Thomas Ling

Enfin, au nouveau Met Breuer, l’une des premières choses que les visiteurs remarquent est un mur interactif et d’informations, de grande échelle (plus de 8m) placé dans le hall, derrière le kiosque d’information. Cet écran géant, utilisant la technologie LED et permettant l’affichage dynamique d’informations, « est une composante essentielle de l’ expérience publique lorsque l’on arrive dans le nouveau batiment Marcel Breuer. Ce mur d’affichage dynamique fournit au Met Breuer un moyen très souple de fournir de l’ information, d’imposer l’ image de marque, et même de diffuser de l’ art numérique aux visiteurs dès leur arrivée ».

Une nouvelle frise interactive histoire Art

met new website timeline

En Janvier 2016, le Met avait déjà mis en ligne une nouvelle version de sa frise interactive Heilbrunn Chronologie de l’ histoire de l’ art. Cette frise est une ressource importante qui raconte l’histoire mondiale de l’art à travers 300 chronologies (« China, 1-500 ans après JC »), 965 fiches thématiques (« The age of Saint Louis ») et 7 000 œuvres d’art de la collection du Met, et génère un peu moins de 40 pour cent du trafic en ligne du musée, avec 1.5 millions de visites mensuelles pendant les périodes scolaires. La nouvelle version de la frise propose une nouvelle navigation et interface, complètement repensées et simplifiées pour fonctionner parfaitement sur ​​le web et sur ​​mobile.

Les leçons apprises de ces développements récents

  • « Un délai court est une chose merveilleuse. Puisque nous devions avoir le site prêt pour l’ouverture du Met Breuer, nous avons dû établir des priorités. Cette hiérarchisation a contribué à renforcer le produit final.
  • la prise de décision fondée sur l’analyse des données. Au cours des deux derniers mois, nous avons utilisé les mesures sur le trafic, les commentaires des utilisateurs, etc., afin de décider où concentrer notre temps.
  • Même en matière de données, à la fin, notre sujet reste l’art. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec tous nos collègues en interne, y compris les conservateurs et restaurateurs, pour nous assurer que nous avons priorisé les bons chantiers ».

Puisque ce chantier numérique n’est pas achevé, le Met propose aux professionnels d’envoyer leurs commentaires sur ces développements et premières réalisations : web.site@metmuseum.org.

Les chiffres clés du Met numérique

Dans une interview au site fastcompany.com, Sree Sreenivasan, directeur numérique du Met déclare « les gens me demandent quel est votre plus grande concurrent ? Est-ce le MoMA? Guggenheim? Je réponds: notre concurrence est Netflix et Candy Crush. C’est la vie de 2016. »

Pour rester compétitif et attractif, le Met doit adopter une approche multidimensionnelle. En plus des applications mobiles et d’un site Web qui touchent des millions de visiteurs à travers de nombreux terminaux, deux personnes de l’équipe des médias sociaux du Met animent les plateformes Facebook, Twitter, Pinterest, Instagram, et SoundCloud.

. Des visiteurs de plus en plus mobiles« L’année dernière, 91% des visiteurs au Met disposait d’un appareil mobile. C’est pour cette raison que l’enrichissement des fonctionnalités mobiles dans le musée vaut bien l’investissement. C’est pour cela que le site Web du Met, qui a acceuilli 33 millions de visiteurs l’an dernier (36 % international; 64 % national), avait besoin d’un design moderne qui fonctionne parfaitement sur les appareils petits et grands ».

. Le rôle croissant des réseaux sociaux. Avec un minimum d’investissement dans des campagnes de publicité ciblée, le Met a réussi à atteindre plus de 101 millions de personnes sur Facebook en 2015. Sur sa page YouTube, les vidéos du musée ont généré près de 7 millions de vues l’année dernière et lemusée a commencé à diffuser une partie de ses événements sur Periscope.Le compte Instagram du musée dispose de 1,1 millions d’ adeptes. « Nous sommes pro-selfie, mais pas pro-selfie bâton », dit Sreenivasan de la décision du musée d’interdire les perches prise l’ année dernière. « Chaque photo partagée du musée est une publicité gratuite pour le Met. »

Proposer bientôt une expérience de géolocalisation

Selon le site fastcompany.com, « dans quelques semaines, le Met va également lancer un vaste chantier de cartographie du musée et de ses nombreuses salles et galeries. Une carte complète et précise du musée qui existera d’abord sur les platesformes numériques avant qu’elle ne soit imprimée et utilisée dans le monde analogique. Ce projet vise à centraliser les données sur les espaces labyrinthes du Met, y compris leurs coordonnées géographiques, avec l’objectif de construire un outil de géolocalisation intérieure et de proposer une expérience de géolocalisation et de guidage des visiteurs ».

Le numérique est il un allié ou un concurrent du Met Museum, institution agée de près de 150 ans ? « Certains de mes collègues étaient inquiets » explique Sree Sreenivasan. « Si vous montrez l’art en ligne, alors pourquoi les gens viendraient au musée. Pourtant le musée a décidé que le nouveau site permetrait aux internautes de télécharger des images haute résolution des oeuvres et de les utiliser gratuitement dans un objectif non-commercial. Je crois que plus vous montrez ces images en bonne qualité, plus les gens voudront venir les admirer en vrai. D’ailleurs, le Met a accueilli un njombre record de visiteurs en 2015, plus de 6,3 millions de personnes ».

Et le Directeur numérique du Met Museum de conclure: « Alors que les visiteurs de tous âges sont souvent collés à leurs appareils mobiles, cela ne signifie pas nécessairement qu’ils sont moins en interaction avec leur environnement. Les nouvelles initiatives numériques du Met visent à assurer que ces écrans mobiles puissent améliorer la jouissance de l’art, plutôt que de lui nuire. Nous vivons dans un monde d’expérience. Les gens veulent des expériences. Nous allons continuer à leur offrir ces expériences ».

SOURCES: Met Museum, fastcompany.com

Date de première publication: 02/03/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le Met projette des animations couleurs sur le Temple de Dendour pour en restituer l’esthétique originel

Met Museum: un nouveau site web jeunesse et une troisième saison de la série vidéo The Artist Project

Avec la 3D et la motion capture, un artiste numérique redonne vie à une statue d’Adam présentée au Met

Le Metropolitan Museum of Art lance une nouvelle série vidéo sur le Web, The Artist Project

Avec facebook, le Metropolitan Museum of Art teste un nouveau service associant réseau social et iBeacon

Le Metropolitan Museum lance son application mobile gratuite pour les terminaux Apple

Le Metropolitan Museum lance la version application iPad de sa série « 82è et cinquième »

Le Metropolitan Museum lance un nouvel outil web interactif en onze langues: « Un Met. Des Mondes »

L’artiste street art Bansky, le Met Museum, Artsy et l’initiative française Graffiti General récompensés par les Webby Awards 2014

Le Metropolitan Museum of Art propose 400 000 images de ses oeuvres en téléchargement gratuit

Laisser un commentaire