Scénographie numérique, accessibilité, immersion …. la nouvelle vie du Museon Arlaten d’Arles

Partager :

Après onze ans de fermeture, le Museon Arlaten d’Arles a rouvert ses portes en mai 2021. Créé à l’initiative du poète Frédéric Mistral, le musée totalement rénové propose « une véritable traversée du temps en Provence ». Sa collection composée de plus de 38 000 objets et documents raconte la vie quotidienne de la fin du 18e siècle à nos jours. Ouvrant sur les mises en scène de ce qui fut l’un des premiers musées d’ethnographie régionale, le nouveau parcours fait entrer le Museon Arlaten dans le 21ème siècle en s’appuyant sur les outils d’aujourd’hui. 56 dispositifs multimédia permettent d’ores et déjà désormais de contextualiser les objets exposés, d’entendre des textes et de la musique, de se familiariser avec le provençal, de replacer dans le grand bain de l’histoire globale et locale les coutumes, rites, traditions, chansons, sculptures et tableaux proposés aux visiteurs. Dans les salles, des outils favorisent l’accessibilité universelle en attendant la mise à disposition prochaine d’une application mobile, avec contenus audioguide et musicaux.

[EVENT CLIC] Vous pouvez explorer en vidéo le nouveau parcours du Museon Arlaten et découvrir sa scénographie numérique en compagnie de Françoise David, responsable du secteur recherche, muséographie et expositions. 

Liens vers Vimeo:

Etape 1  (10 min)

Etape 2 (16 min)

Etape 3 (11 min)

(Séquences vidéo enregistrées dans les conditions du direct le jeudi 14 octobre 2021)

Le Museon Arlaten est une combinaison unique de riches éléments architecturaux rendant palpables 2 000 ans d’histoire, des vestiges du forum romain dans la cour intérieure à l’hôtel particulier de la fin du Moyen-Âge, en passant par la Chapelle jésuite du 17e et les aménagements muséographiques des 20e et 21e siècles.

« Ce projet structurant est représentatif de la volonté de notre collectivité de mettre la culture à la portée de tous. Moderne, lumineux et spacieux, le nouveau musée va toucher un public plus large et plus nombreux et contribuer pleinement au développement économique, touristique et culturel de notre territoire. Frédéric Mistral aurait été fier de voir son Museon Arlaten rénové et magnifié pour que la culture populaire de Provence continue de rayonner » se réjouit le Département des Bouches du Rhône.

  • Un musée de société 

Plus de cent vingt ans après sa création, le Museon Arlaten, musée de Provence fait sa mue. S’il veille à restituer toute l’histoire et toute l’ambiance de l’ancien musée ethnographique imaginé par Frédéric Mistral, le nouveau Museon, revisité par l’architecte Michel Bertreux (agence Tetrarc), interroge la Provence d’aujourd’hui et les traditions dont elle hérite.

Ces traditions, comment sont-elles apparues ? Comment les interpréter ? Quels usages en fait-on aujourd’hui ? Comment s’expriment les mémoires ? Comment se donnent à voir les identités ? Comment se fabriquent de nouvelles façons de vivre en Provence ?

En phase avec la société, le Museon Arlaten interroge son environnement et son public, se nourrit d’enquêtes ethnologiques de terrain. Et comme au temps de Mistral, il a recours aux technologies de son temps (le numérique, la vidéo, le son, l’image, l’interactivité…) pour donner une nouvelle profondeur et un nouvel éclairage aux 3 600 objets présentés.

« Puisant dans ses riches réserves (on ne pourra pas tout présenter en même temps !), s’appuyant sur l’expertise de spécialistes et fort d’une nouvelle muséographie, le Museon du 21e siècle n’a jamais aussi bien été équipé pour entretenir, restaurer et “faire parler” ses collections. »

  • Un parcours repensé 

Dans le cadre de la rénovation, un nouveau parcours de visite a été imaginé pour l’exposition permanente. Véritable musée de société, le Museon Arlaten restitue aujourd’hui les présentations successives des collections ethnographiques, tout en ajoutant les questionnements actuels et en intégrant un patrimoine contemporain, issu d’enquêtes-collectes ethnologiques menées sur le terrain.

Deux fils rouges sous-tendent le parcours et ce sont presque deux musées en un qui sont proposés à la visite : tout d’abord, le visiteur est invité à suivre un parcours à caractère ethnologique, où l’on interroge les objets pour en saisir leur sens et leurs usages.

Ensuite, les mêmes salles peuvent être regardées autrement avec, en filigrane, l’histoire du musée, et même généralement, celle des musées d’ethnographie sous l’angle de leur muséographie (l’art de mettre en scène les collections) : c’est l’axe de visite appelé “le musée du musée”.

Ce double parcours dans les salles permanentes du Museon Arlaten se déroule au fil de cinq Temps, depuis ses fondations jusqu’à aujourd’hui.

  • Immersion et interactivité

Le Museon Arlaten, musée de Provence, propose aujourd’hui aux visiteurs une nouvelle approche de ses collections, plus conforme aux pratiques contemporaines des publics. Le numérique est ainsi fortement mis à contribution.

« Cependant, il ne s’agit pas de faire disparaître les richesses patrimoniales derrière des écrans de toutes sortes. L’image, le son, l’interactivité sont utilisés pour magnifier les objets, en révéler quelques secrets et enrichir l’expérience du visiteur. Celui-ci peut ainsi plus facilement interpréter ce qu’il a sous les yeux, grâce à des mises en perspective inédites et attrayantes. Un des objectifs du Museon Arlaten rénové est de permettre à ses visiteurs de se poser des questions plutôt que de leur apporter des réponses toutes faites ».

. Des cartels numériques

Le dispositif récurrent tout au long de l’exposition est constitué d’une version numérique des traditionnels cartels “papier”. Si certains d’entre eux sont conservés pour des raisons historiques et patrimoniales, par exemple parce qu’ils sont de la main de Frédéric Mistral, la plupart des nouveaux cartels sont numériques et interactifs.

Prenant la forme d’écrans tactiles au format tablette, ils permettent non seulement de donner le nom des objets sélectionnés sur l’écran, mais aussi de cerner leurs usages au travers de vidéos de courte durée, de comprendre ce qui lie les objets les uns aux autres et d’explorer les thématiques auxquelles ils sont associés.

En outre, ils sont accessibles en plusieurs langues (français, anglais, espagnol), ce qui offre au public touristique la possibilité d’accéder à l’ensemble des contenus. Ce multilinguisme était d’autant plus nécessaire que la fréquentation internationale (non francophone) du musée pouvait atteindre 50% des visiteurs avant la fermeture.

Dans la salle dite “Frédéric Mistral” par exemple, ces cartels numériques permettent d’écouter des extraits des œuvres du poète en langue provençale et de faire découvrir la musicalité du texte. Dans la salle “Festadiero” (fête), grâce à eux on peut écouter les instruments de musique présentés dans la vitrine.

Il existe également une version étendue du cartel numérique : les “tables” numériques intégrées à certaines vitrines. Grâce à un écran beaucoup plus grand, trois personnes peuvent découvrir simultanément les thématiques proposées, ouvrir des documents et se les échanger. « De cette façon, le côté ludique de la recherche est complété par la convivialité de cette possibilité d’échange et de discussion ».

. Des espaces d’interprétation

Les salles d’interprétation qui ponctuent le parcours de visite sont équipées de dalles interactives verticales. Une image grand format est projetée sur une paroi de verre et l’on peut interagir avec cet écran tactile pour découvrir au choix, des jeux et des thématiques qui reflètent le Temps parcouru, et propose des contenus sur l’histoire des musées d’ethnologie, les déclinaisons contemporaines de certaines traditions.

Un film linéaire de quelques minutes avec sous titrages en anglais et espagnol complète le contenu de ces salles d’interprétation.

. Suppléments d’âme

Par ailleurs, deux autres dispositifs, plus poétiques, viennent compléter l’expérience du visiteur, comme des clés pour s’ouvrir à un nouveau regard sur le patrimoine du Museon Arlaten :

. une projection immersive en introduction, composition d’images d’hier et d’aujourd’hui qui évoquent la Provence (en début de parcours)

. et une fresque murale en conclusion, kaléidoscope de paysages provençaux contemporains (en fin de visite).

« L’approche globale est conçue comme un “système” entre les visuels projetés en début et en fin de parcours de visite. Ils se complètent, se répondent et utilisent un langage commun : le fractionnement de l’image vidéo en mouvement ».

La projection du début, dans la salle Prélude, éveille la curiosité, déjoue les stéréotypes, surprend l’amateur éclairé ou enchante simplement le visiteur qui entre sans attentes. La projection en fin de parcours incite à porter un regard nouveau sur la Provence contemporaine dont la diversité des paysages traduit la diversité des activités humaines et l’entremêlement des appartenances à un même territoire.

Mais il y a plus poétique encore…

Numérique et audiovisuel
Applications interactives : Mazedia
Projections immersives : Cinemagraphic
Montages et productions audiovisuelles : Mardi 8
Navigateurs de réalité augmentée : On-Situ
Enregistrements sonores (musique, parlers régionaux) : La Compagnie de la Hulotte

  • La cabane camarguaise revisitée

Le nouveau parcours n’a pas oublié la cabane camarguaise installée à la fin des années 1940 au Museon Arlaten. Bien au contraire ! 

Cette cabane située sur la commune de Salin-de-Giraud, abandonnée après avoir vraisemblablement servi de logement pour les ouvriers saliniers de l’entreprise Péchiney, avait été remontée au musée à la fin de l’année 1947 et complétée par du mobilier, divers accessoires et un mannequin de gardien de taureaux, pour donner l’illusion d’un habitat temporaire de gardian.

Le choix fait pour sa nouvelle présentation au public est tout autre, mêlant histoire et poésie. Grâce à un travail méticuleux associant peinture, animation, projection sur volumes et bande son immersive, la cabane du Museon Arlaten semble reprendre vie.

Cette création visuelle et sonore permet d’appréhender les divers usages des cabanes qui, depuis le 19e siècle, émaillent le paysage camarguais : à l’origine habitats temporaires de saliniers, de vanniers, de pêcheurs ou de gardians, elles ont commencé à être réinvesties dans les années soixante-dix comme résidences secondaires pour les vacanciers.

Réalisation : Éric Bernaud & Valery Faidherbe
Peinture des animations : Éric Bernaud,
Pascale Lefebvre-Bernaud, Marcel Bernaud
Musique originale : Nicolas Dick
Production : Cinemagraphic

  • Accessibilité universelle

Le nouveau museon arlaten propose 10 “dispositifs tactiles” conçus pour faciliter, grâce au toucher et aux couleurs contrastées, la visite de personnes en situation de handicap visuel.

Dès le début du projet de rénovation, il était évident pour les équipes du musée qu’il fallait rendre le Museon Arlaten accessible à tous, ceci dans le droit fil de la loi sur le handicap de 2005.

C’est dans cette démarche que s’inscrit la réalisation de ces “dispositifs tactiles”, confiée à la société Tactile studio. Ils ont été conçus en étroite collaboration avec l’architecte, Michel Bertreux (de l’agence TETRARC), le Service des Publics et le Service Recherche et Muséographie du Museon Arlaten.

Ils composent un véritable “parcours tactile” tout au long des 5 Temps de l’exposition permanente. Ils permettent à ceux qui les manipulent de se créer une « image tactile » de certains objets emblématiques…

Pour les malvoyants et pour les autres

Des textes en braille et en gros caractères accompagnent les dispositifs tactiles à chaque étape. Accessibles sans nécessité de “s’adapter”, ces dispositifs sont également manipulables par tout un chacun ; les enfants y trouvent un moyen ludique d’entrer dans la visite. Ils offrent enfin la possibilité de toucher du bout des doigts les collections pour découvrir autrement certains des objets emblématiques du musée, d’une reproduction en bas-relief du diorama de la veillée calendale à des motifs de rubans de tête.

Les dispositifs sont conçus avec des matériaux de qualité et adaptés comme le Corian, le Plexiglas, les résines de synthèse, le bois et le métal afin de préserver leur esthétique et de garantir leur pérennité.

  • Bientôt une application mobile 

Le musée proposera prochainement une application mobile, téléchargeable gratuitement.

Développée par Smartapps, elle donnera accès à deux parcours:

. une visite audioguidée de 45 minutes, en une douzaine d’étapes

. une visite musicale.

  • Un musée ouvert à tous les publics

Au-delà d’une rénovation architecturale qui permet aujourd’hui à tous les publics d’accéder physiquement à l’ensemble des collections par un jeu subtil de rampes et d’ascenseurs, le Museon Arlaten se veut accessible à tous, quels que soient l’âge, l’origine, les spécificités, les particularités physiques, permanentes ou temporaires.

Le musée peut se visiter seul ou accompagné, en autonomie ou en suivant une activité, ou encore en composant un projet avec un médiateur.

. Pour les familles

La programmation culturelle permet aux enfants d’amener leurs parents ou grands-parents, plusieurs fois dans l’année, en visite libre ou accompagnée.

Des outils d’exploration sont disponibles sur demande à l’accueil et des jeux sont à découvrir dans les dispositifs numériques tout au long du parcours dans le musée. Une série de jeux, comme le “Quizz de l’Antiquité provençale”, “Game Of Rhône”, “Cerco que Cercaras” (Cherche toujours), “Des habits et nous”, “Planète Mas”, “Mistral vs Rivière, le match des muséographes”… vient ainsi agrémenter le parcours de visite.

Aux événements qui ponctuent le calendrier sont associées des activités à suivre dans l’agenda : stages, ateliers, visites thématiques…

Les familles peuvent aussi retirer à l’accueil un sac Muséojeux, sac à malice grâce auquel les parents, enfants, ados, grands-parents, nounous et les autres sont mis au défi de mimer, chantonner, imaginer sans avoir peur de se tromper, pour une exploration et une découverte ludique du musée.

. Pour les scolaires

Pour les scolaires, le service des publics du Museon Arlaten propose des activités éducatives et ludiques adaptées à l’âge des élèves et aux programmes scolaires. Un médiateur accompagne les classes pour des visites, des ateliers ou des projets à l’année pour traiter d’ethnographie, d’histoire régionale et des mutations culturelles de la société actuelle.

L’élaboration de ces visites et programmes est conduite de concert avec les enseignants.

. Pour les chercheurs

Pour les chercheurs et les curieux, l’espace de consultation du CERCO (Centre d’Étude, de Restauration et de Conservation des Œuvres), lieu de conservation et de gestion des collections, des bibliothèques patrimoniales et des archives historiques du Museon Arlaten (voir plus bas), accueille sur rendez-vous toute personne ayant un projet d’étude ou de documentation sur le patrimoine écrit du Museon Arlaten (bibliothèques, archives) et son patrimoine immatériel (fonds sonores et audiovisuels issus des enquêtes-collectes réalisées sur le territoire des Bouches-du-Rhône).

. Pour les publics et acteurs du champ social 

Lieu de mémoire, mais aussi reflet de la société, le Museon Arlaten est aussi un lieu de réflexion et de partage. L’équipe du service des publics tient à travailler en collaboration avec les travailleurs sociaux et les responsables de groupes issus du champ socioculturel pour associer ces publics au dialogue autour des questionnements sur les cultures et les identités.

. Pour les personnes en situation de handicap

Un parcours tactile est proposé pour une visite de l’exposition permanente en toute autonomie pour les visiteurs malvoyants ou non-voyants.

L’audiodescription de ce parcours sera téléchargeable via une application.

Des installations sonores jalonnent le parcours et des activités adaptées sont régulièrement programmées au musée.

Le musée propose également une variété d’activités et de dispositifs adaptés aux personnes sourdes
et malentendantes. Des visites en LSF sont régulièrement programmées.

L’accueil comme la salle de conférence sont équipés d’une boucle à induction magnétique. Un système de microcasques avec Position T est utilisé pour les visites.

  • La création du centre d’étude, de restauration et de conservation des œuvres (CERCO)

L’ouverture en 2013 du Centre d’étude, de restauration et de conservation des œuvres (CERCO) a marqué un jalon capital dans le processus de rénovation du Museon Arlaten.

Installé dans les anciens ateliers ferroviaires d’Arles datant du 19ème siècle (plus précisément dans l’Atelier des roues et ressorts, à 100 mètres du nouveau complexe culturel LUMA), le CERCO a été conçu par le cabinet d’architectes Anne Lévy et Nicolas Magnan pour accueillir 40 000 objets et œuvres du Museon Arlaten ainsi que des centaines de mètres linéaires d’archives et de bibliothèques patrimoniales.

Bien plus qu’un simple lieu de stockage, il s’agit d’un centre technique innovant et d’un outil au service du territoire : c’est un lieu de conservation, d’étude, de restauration, bénéficiant d’équipements de haute technicité avec ses trois ateliers de dépoussiérage, d’encadrement et de restauration légère, sans oublier son fleuron, une salle dédiée à la désinsectisation par congélation et par anoxie (privation d’oxygène).

Le CERCO permet aux équipes du musée de procéder à l’inventaire, au conditionnement des œuvres, livres et archives, et à la préparation des expositions dans des conditions optimales. 

Originalité de ce projet, ce sont les anciens agents d’accueil du musée, formés à cet effet à la conservation préventive, qui ont contribué au conditionnement pointilleux des collections en vue de leur transfert vers ce lieu sécurisé, et conçu pour une conservation optimale.

Le CERCO est ouvert au public de manière événementielle.

Les acteurs du chantier de rénovation

Maitrise d’ouvrage:

Département des Bouche-du-Rhône; Direction de l’Architecture et de la Construction – Service Construction et Patrimoine, Museon Arlaten, Direction de la Culture

Maitrise d’œuvre:
Architecture : Agence Tetrarc, Michel Bertreux

Muséographie et installation du parcours permanent

L’ensemble de l’équipe du Museon Arlaten
Assistance Muséographie numérique : Pierre Lavoie
Assistance Muséographie : Frédéric Ladonne

Les fresques numériques du Prélude et de la Séquence 5, passerelles innovantes entre la vie économique et sociale d’hier et celle d’aujourd’hui, ont été réalisées grâce au mécénat de la Fondation Crédit Agricole Alpes Provence, pour un montant de 100 000 euros.

Le chantier du Museon Arlaten en quelques chiffres 

Coût de la rénovation : 22,5 millions d’euros
Budget production numérique: 900 000 euros
Architecte : Michel Bertreux, agence TETRARC
1 765 m² ouverts au public (hors escaliers), dont 345 m2 pour la chapelle
56 dispositifs multimédia

Les collections du musée

40 000 objets dont 3 600 exposés dans le parcours permanent
2 786 bijoux, monnaies et médailles
2 934 tableaux
324 naturalia (animaux naturalisés ou en bocaux)
2 984 pièces de textile
305 objets de grande taille (meubles, maquettes, statues…)
120 objets aux formats exceptionnels (toiles tendues, charrettes, …)
8 386 objets divers en 3D (outils, instruments, objets de dévotion…)
157 manuscrits
416 mètres linéaires de bibliothèques patrimoniales, ouvrages et périodiques
178 mètres linéaires d’archives historiques, dont une soixantaine issue de fonds privés
70 000 images numérisées.

SOURCE: Museon Arlaten (dossier de presse)

PHOTOS: Museon Arlaten. Séquence 5 et écrans : ©Rémi Bénali, Cd13-Coll. Museon Arlaten-musée de Provence. Cabane  et prélude : ©Sébastien Normand, Cd13-Coll. Museon Arlaten-musée de Provence et Sinapses Conseils

Date de première publication: 14/10/2021

Le Museon Arlaten et le département des Bouches du Rhône, Mazedia et Smartapps sont membres du CLIC France 

Partager :

Leave a Comment