Le 4 juillet 2017, a l’occasion de la présentation de son rapport annuel 2016/2017, le British Museum a levé une partie du voile sur son plan de transformation pour «les 10 prochaines années et au-delà». Le directeur du musée en a profité pour indiquer que les développements numériques seront utilisés pour mieux maîtriser les flux de visiteurs qui affluent vers ses objets les plus précieux. De nouvelles galeries sur la Chine, le Japon et le monde islamique et la réouverture de la salle de lecture sont également programmées.

british museum-dome

Le directeur du musée, Docteur Hartwig Fischer, a déclaré que « le numérique jouera un rôle beaucoup plus important » en apportant une compréhension accrue des intérêts des visiteurs, permettant des guides sur mesure et une « meilleure gestion des flux à l’intérieur du musée ». Le patron du musée a également exposé sa vision à long terme pour « recalibrer » et rééquilibrer ses collections. Il a déclaré que l’exposition actuelle des objets ne reflétait pas l’ampleur des collections du musée, et que l’hémisphère sud était particulièrement mal représentée.

« Nous voulons une promenade autour de notre collection permanente pour être un voyage de découverte et d’apprentissage pour tous », déclare Hartwig Fischer. « Cela impliquera un nouveau récit pour les collections, l’accent mis sur l’interconnexion des cultures, la rénovation du bâtiment et l’amélioration des installations pour nos millions de visiteurs, et – bien sûr – le déploiement de nouveaux outils numériques ».

Le numérique pour sortir les visiteurs des sentiers battus

Le British Museum a annoncé vouloir développer une technologie « sur mesure » pour lutter contre la congestion dans ses galeries les plus populaires, en permettant d’attirer les visiteurs vers des objets moins connus présentés dans des galeries moins fréquentées.

british museum multiguidesAvec un nouvel outil technologique, le musée souhaite également pouvoir examiner les goûts de ses visiteurs, et leur proposer des oeuvres et des parcours qui correspondent à leurs préférences et leur conseiller d’autres objets moins connus de la collection.

Cette «solution technique de personnalisation» sera conçue pour aider les touristes à sortir des galeries stars présentant la pierre de rosette, les momies et les sculptures du Parthénon, afin de leur faire découvrir les espaces moins visités de ses galeries.

Comme l’explique au quotidien The Telegraph, le directeur du musée, Docteur Hartwig Fischer : « Lorsque vous regardez l’avenir, le numérique jouera un rôle beaucoup plus important lorsqu’il s’agit de sensibiliser les gens aux collections et d’en attirer les gens. Vous pourrez comprendre beaucoup plus précisément ce que les gens recherchent, leur intérêt particulier, combien de temps ils ont, ils viennent avec des enfants ou sans enfants. Vous pourrez ensuite répondre avec une suggestion sur mesure quant à l’endroit où aller et peut-être les conduire à deux ou trois autres endroits qu’ils n’ont pas reconnu. Pour leur faire voir ce qu’ils veulent voir, puis les faire voir encore une autre chose ».

Le musée souhaiterait équiper les visiteurs d’outils qui leur permettraient lors de leur passage devant une exposition ou une oeuvre, de recevoir des informations à ce sujet directement sur leur téléphone, ainsi que des suggestions d’autres oeuvres ou contenus qu’ils aimeraient voir.

En attendant la mise en place d’un tel outil, un porte-parole du musée a déclaré qu’il était déjà demandé au personnel de surveillance des galeries de donner leur avis sur les parties de la collection qui se révélaient les plus populaires et les objets les plus photographiés.

british museum samsung gear vr

Le numérique comme outil de médiation dans les salles

Le musée a également révélé que la technologie numérique jouera un rôle beaucoup plus important dans les futures expositions et accrochages.

. Les visiteurs pourront ainsi admirer en le « dépliant de manière virtuelle » le célèbre rouleau des admissions (Admonitions Scroll), l’un des trésors du musée en matière de peinture chinoise, en utilisant un écran tactile pour visionner des scènes numérisées dans l’oeuvre originale et si fragile.

british museum scroll 3

. Les sculptures d’Amaravati, le plus grand ensemble indien présenté en dehors de l’Asie du Sud, seront présentées dans un nouvel affichage numérique permettant de les replacer dans leur stupa ou temple d’origine.

De nouveaux aménagements des galeries et des collections

Les plans du Dr Fischer pour les prochaines années incluent un engagement à « recalibrer l’équilibre et la présence de différentes cultures » et à «assurer sa pertinence pour les générations à venir». Le musée ouvrira donc trois galeries permanentes nouvelles ou remises à neuf en 2017-18, sur la Chine et l’Asie du Sud, le Japon et sur le monde islamique.

Le musée présente en permanence de 50 000 à 55 000 objets provenant d’une collection de 8 millions d’objets. M. Fischer entend donc révéler au public plus d’objets stockés. Cela passera notamment par des réaménagements d’espaces. Les galeries sur la culture chinoise et japonaise seront rénovées au cours des 18 prochains mois. Un troisième, sur le monde islamique, sera créé à partir de zéro dans un espace inutilisé au premier étage.

. La première des rénovations, la Galerie Sir Joseph Hotung sur la Chine et l’Asie du Sud, permettra une ouverture dès novembre 2017. Pour la première fois, la galerie inclura des textiles et des tableaux aux côtés de ses trésors de céramique, laque et jade. Parmi les nouveaux objets exposés, il y aura une sculpture de Lakshmi du Cachemire du 6ème siècle, et un sitar appartenant à Ravi Shankar, le musicien indien tardif, qui a fait l’objet d’un don par sa famille, en juin 2017.

Les galeries de la Fondation Albukhary du monde islamique ouvriront à l’automne 2018 et montreront la croissance de la foi depuis l’avènement de l’islam jusqu’à nos jours. Les galeries présenteront la gamme complète des collections remarquables du Musée portant sur le Moyen-Orient, la Turquie, l’Asie centrale, l’Asie du Sud et du Sud-Est. Le premier des deux espaces de la galerie examinera la région depuis le début de l’islam jusqu’à environ 1500 av. J.-C., soulignant les arts des grandes dynasties médiévales. Dans la deuxième galerie, les visiteurs découvriront des objets qui représentent le summum de la créativité sous les Ottomans, Safavids et Moghols.

Les galeries japonaises de Mitsubishi Corporation ouvriront à l’automne 2018. Les galeries seront rénovées afin de leur permettre de présenter une vaste plus grande d’œuvres de la collection, rares et sensibles à la lumière.

. Les galeries égyptiennes, divisées entre statues monumentales telles que Ramsès II au rez-de-chaussée et les momies fantaisistes au premier, seront rassemblées dans le cadre des efforts visant à apporter plus de cohérence à l’histoire de chaque culture.

. La célèbre salle de lecture au cœur du site de Bloomsbury redeviendra en permanence un lieu d’exposition des objets de la collection. La salle a été fermée au public depuis une exposition de 2013 sur Pompéi et Herculanum. M. Fischer a déclaré que le musée discutait de la façon dont il pourrait revaloriser cet espace. « La salle, célèbre pour ses rangées de pupitres d’acajou au cœur du bâtiment classé sera une partie étonnante du futur musée ».

. Plus d’espace sera accordé à des zones telles que la Polynésie, zones actuellement sous-représentées dans les accrochages permanents. Plus d’un tiers de cette collection est absente des espaces de la galerie permanente.

Faits saillants 2016/17

Le British Museum reste la principale attraction touristique au Royaume-Uni, avec un touriste sur cinq à Londres visitant le musée. En 2016/17, le Musée a accueilli 6,2 millions de visiteurs qui ont visité sa Collection permanente, mais cela a diminué de 9% par rapport à près de 6,9 ​​m en 2015-16.

À l’échelle internationale, le Musée a maintenu sa position de prêteur d’objets les plus généreux au monde, en aidant à montrer plus de 2 200 objets à 113 musées et galeries à travers le monde, y compris un certain nombre d’objets indigènes à Albany, Australie occidentale et un grand prêt de plus de 50 objets d’une exposition majeure sur le zoroastrisme à Delhi. Parallèlement, les expositions itinérantes ont connu une très grande réussite, A History of the World in 100 objets, a été vue par plus de 1,4 million de personnes à travers le monde et a attiré un nombre record de visiteurs à Canberra (178,220) et au Musée national de Chine à Pékin (340 645 ).

A Londres, les principales expositions incluant la Sicile: la culture et la conquête, l’exposition Villes englouties: les mondes perdus d’Egypte, l’Afrique du Sud: l’art d’une nation et The American Dream ont attiré ensemble plus de 525 000 visiteurs. Le nombre de visites scolaires au Royaume-Uni a atteint un sommet depuis neuf ans (148 476) , 270 000 élèves du Royaume-Uni et de l’étranger ont visité le Musée l’année dernière. À travers le Royaume-Uni, le musée a continué à renforcer son rôle de principal fournisseur d’objets dans le secteur des musées locaux. À la suite de partenariats, 9 millions de personnes ont pu voir un objet du British Museum dans leurs institutions locales à travers le Royaume-Uni. De Aberdeen à Wrexham, le Musée a prêté près de 3 000 objets à 156 sites au Royaume-Uni.

British Museum_kids -_2411

En 2016/17, 3,9 millions d’euros ont été apportés par des financements externes pour des projets de recherche. Les grands projets comprennent un examen du travail tardif de Hokusai, qui a alimenté l’exposition actuelle, la reconstruction numérique du crâne de Jéricho, le plus ancien portrait du Musée et un projet de transcription et de numérisation des catalogues originaux de Sloane. Le musée est également un établissement d’enseignement, avec jusqu’à 50 étudiants par année en recherche doctorante.

Les plates-formes numériques du musée permettent aux personnes du monde entier d’accéder et d’interagir avec la collection. Le nombre cumulé d’amis et followers aux comptes sociaux du musée est passé de 1,5 million à plus de 3,5 millions de personnes, dû notamment au développement des expériences de visite 360 vidéos et plus d’émissions en direct. Le site Web a généré plus de 11,9 millions de visites, et des millions de personnes à travers le monde peuvent maintenant accéder aux galeries du musée et aux numérisations des oeuvres sur la plateforme Google Arts & Culture. Le musée y propose actuellement plus de 4 870 reproductions d’oeuvres, présentées dans 17 expositions virtuelles.

M. Fischer a déclaré que l’année écoulée était « traversée par des turbulences politiques et des traumatismes sociaux associés au terrorisme et à l’incendie de Grenfell ». Avec d’autres institutions, a t-il dit, le musée devra « répondre à l’évolution de l’humeur sociale et politique du pays ». « Dans un monde en évolution rapide et parfois effrayant, le musée doit continuer à jouer son rôle dans l’explication de la connectivité des cultures et de notre humanité partagée. Jamais cela n’a été plus nécessaire. Le British Museum a toujours fait preuve d’une grande responsabilité nationale et mondiale. . . le British Museum continuera à occuper sa place au centre de la culture mondiale, un lieu où chacun d’entre nous peut être aidé à comprendre les changements dans le monde. C’est un musée du monde et pour le monde, au Royaume-Uni et au-delà. »

SOURCES: British Museum, telegraph.co.uk, thetimes.co.uk, ft.com

Date de première publication: 10/07/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Dans le cadre de sa nouvelle exposition, le Yorkshire Museum propose de visiter un camp Viking en réalité virtuelle

Le British Museum et la NHK racontent la carrière et les œuvres du génie Hokusai sur grand écran et en 8K

En mai 2017, le British Museum lance sa première visite virtuelle de salles avec Oculus

L’un des plus anciens trésors de la collection du British Museum désormais accessible en 3D

Le British Museum permet l’exploration d’une petite partie de sa collection en réalité virtuelle sur Oculus Rift

Alibaba Group va aider le British Museum à vendre ses produits dérivés en Chine, sur le web et dans des boutiques propres

Accord British Museum-Google: plus de 4 500 objets en ligne, des visites virtuelles et un site sur l’histoire mondiale de l’art

Durant un week-end, Samsung et le British Museum ont proposé un voyage à l’âge du bronze en réalité virtuelle

 

Tags:

 

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Poster un commentaire

Vous devez être loggué pour ajouter un commentaire