La Maison de la danse de Lyon complète la V3 de sa plateforme vidéo Numéridanse.tv, par un serious game et une expérience en réalité virtuelle

Le 6 mars 2018, la Maison de la danse de Lyon a lancé une troisième version de sa plateforme multimédia « numéridanse », qui rassemble plus de 3000 vidéos de spectacles, documentaires et interviews réalisés pendant trente ans auprès d’un millier d’artistes. Le dispositif est complété par un sérious game et une expérience en réalité virtuelle.

Une version enrichie de la plateforme

Une première version de la plateforme avait été lancée en 2011, (lire l’article du CLIC France: ), grâce au travail du vidéaste Charles Picq, en partenariat avec le Centre national de la danse. Cette nouvelle version, entièrement bilingue, donne accès à une vidéothèque regroupant plus de 2700 vidéos.

Présentation vidéo de la plateforme:

Elle permet aussi aux internautes de découvrir un lieu à travers une exposition virtuelle, d’accéder à des web-docs sur le parcours de chorégraphes, ou encore à un laboratoire Internet, constitué de créations Web de compagnies ou de structures comme l’Ina. Tadaam !, un nouvel espace consacré aux plus jeunes, est également accessible sur la plateforme.

 « On y trouve tous les genres et toutes les formes de cet art, de la danse traditionnelle à la danse contemporaine », explique Dominique Hervieu, la directrice de l’Institution.

Un serious game et la réalité virtuelle pour élargir son public

La Maison de la danse reçoit 160 000 visiteurs par an dont 30 000 jeunes. Pour toucher ce jeune public, l’institution a également lancé un serious game, accessible à partir de 12 ans, « My dance compagny », où les internautes peuvent se mettre dans la peau d’un chorégraphe, monter leur propre compagnie et organiser des spectacles.

« On s’adresse aux ados qui regardent de la vidéo toute la journée, avec l’idée de leur faire découvrir le processus de création et de les amener au spectacle », explique Olivier Chervin, responsable de la formation à la Maison de la danse.

Une pièce de l’artiste Yohann Bourgeois est également accessible en réalité virtuelle sur la plateforme. Baptisée  « Fugue VR », elle offre aux internautes la possibilité de vivre le spectacle du point du danseur.

L’enjeu de ce virage numérique qu’a pris la Maison de la danse est de toucher tous les publics, notamment ceux qui n’ont pas l’occasion d’assister à des spectacles, et de créer ainsi une passerelle entre le virtuel et la scène.

Un budget annuel de 250 000 euros

Avec ses plus de 2 700 vidéos de chorégraphes et de réalisateurs internationaux, dont 1 000 œuvres intégrales, « Numéridanse » a attiré l’année dernière un total de 550 000 visiteurs uniques. Bilingue (français/anglais), « il n’existe aucun autre site d’une telle importance dédié à la danse, dans le monde ».

La directrice artistique de la maison de la danse, Dominique Hervieu, se plaît à rappeler au site web lyon-entreprises.com que son budget est « sept fois moins important que Théâtre national de la Danse, à Chaillot ».

Trois salariés de la Maison de la Danse gèrent de Numéridanse à plein temps. Soit un coût de fonctionnement de 260 000 euros, auquel il faut ajouter 150 000 euros pour la refonte du site.

Le financement de la plateforme, ouverte à tous et donc gratuite, s’appuie sur les ressources propres de  la « Maison », mais aussi sur des subventions de la Ville de Lyon (20 000 euros) et de la Région (20 000 euros). La Fondation BNP-Paribas, ainsi que le Centre National de la Danse ont également apporté leur contribution.

Trente-sept millions de vues sur You Tube

Le public de Numeridanse est pour l’heure surtout constitué de professionnels, d’enseignants et d’élèves, attirés notamment par les 54 modules pédagogiques proposés.

Et pourtant, une chorégraphie de Yoann Bourgeois a généré 37 millions de vues sur You Tube. La plateforme doit et peut donc attirer un public plus large.

Le « serious game » et la chorégraphie en réalité augmentée devraient permettre d’atteindre cet objectif.

Pour Dominique Hervieu, « cette numérisation de la Danse n’a pas pour rôle de confiner cet art sur les écrans, « mais de lever quelques-unes des barrières qui éloignent certains publics de nos salles, en cassant les codes de notre art. Je suis persuadée que le numérique va nous permettre de notre rapprocher encore plus du public et de l’amener, par le biais du numérique dans nos salles de spectacles ! Numeridanse est l’avant-garde de la Maison de la danse, sa pointe émergée…  »

 

Transformation du musée Guimet en centre de la danse

La ville de Lyon s’est donnée pour mission la réhabilitation de son musée Guimet en centre de la danse. Depuis 2015, des études ont été lancées en vue de restaurer l’ancien musée d’histoire naturelle de 9000 m2, dans le but d’accueillir en 2021 un pôle dédié à la danse . Le montant prévisionnel des travaux s’élève à 26 millions d’euros.  En mai 2018, la ville de Lyon sélectionnera un maître d’oeuvre parmi les candidats retenus pour présenter une offre de réhabilitation.

Une visite virtuelle de ce nouveau lieu baptisé « Les ateliers de la danse » est d’ores et déjà accessible via la plateforme Numeridanse.

Sources : Maison de la danse, Numeridanse, Lyoncapitale, lyon-entreprises.com

Date de première publication: 23/03/2018

La ville de Lyon est membre du CLIC France

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

. Dansez au cœur des galeries de la Tate Liverpool

. Le Musée des Beaux-Arts de Lyon lance un parcours-jeu jeunesse sur livret et tablette

. Numelyo, la plateforme de la Bibliothèque municipale de Lyon, propose de télécharger des milliers de documents numérisés issus de ses collections

Laisser un commentaire