Six ans après sa fermeture pour d’importants travaux de rénovations et d’extension, le Musée d’Arts de Nantes a rouvert ses portes le 23 juin 2017. La création d’un grand Musée d’arts à Nantes constitue pour la municipalité un projet culturel, artistique, patrimonial et éducatif majeur. Cette ambition est soutenue par une offre très étoffée de nouveaux dispositifs numériques innovants. 

IMG_0095

Le lundi 18 septembre 2017, les participants au Forum régional du CLIC France à Nantes seront invités à une visite privée du Musée d’Arts de Nantes à partir de 16h30.

Visite réservée aux professionnels inscrits au Forum. Plus d’informations sur la page du CLIC France dédiée au Forum.

MAN_(c)Hufton+Crow_059_web

© Musée d’arts de Nantes

Le Musée d’arts de Nantes construit en 1893 selon les plans de l’architecte nantais Clément-Marie Josso, est situé sur l’axe de promenade entre le château des ducs de Bretagne et le jardin des Plantes. Les façades, les toitures et l’escalier d’honneur du bâtiment qui abritent les collections sont inscrits au titre des monuments historiques depuis le

Bande annonce de la réouverture:

Un musée du 21e siècle

accompagné dans le conception de ce projet par Anamnésia, assistance à maîtrise d’ouvrage.

  • Un nouveau site internet à vu le jour pour accompagner la transformation du musée

Le site présente quatre rubriques : Informations & actusAu coeur du muséeÀ faire au musée, et Un musée en réseau. Des pictogrammes sur le côté gauche, permettent d’accéder à l’agenda du musée, aux informations pratiques, aux réseaux sociaux, à la billeterie et à la barre de recherche (pour effectuer une recherche dans le contenu du site mais aussi dans les collections du musée).

2017_06_13_table-multimedia_Cc_003

© Musée d’arts de Nantes

  • « A la loupe »

Certaines œuvres sont présentées sur une grande table tactile pour pouvoir les observer « à la loupe ». Une oeuvre sera choisie tous les 6 mois. La première mise en lumière est celle du Déluge de Comerre, réalisée vers 1911, un très grand format accroché dans les galeries 19e. Plusieurs fonctions: oeuvres en détail par zoom, éléments contextuels (les oeuvres exposées simultanément en 1911, une ouverture sur le cinéma, un jeu sur la représentation du déluge dans l’histoire de l’art, des oeuvres inspirées par celle-ci y compris de la musique…). La table tactile a été développée par l’agence Mazedia ; le musée a quant à lui écrit tous les contenus et choisi les images.

  • Bornes d’information et d’orientation

Par ailleurs, des bornes d’information et d’orientation, avec plan interactif, recherche d’œuvres, agenda, sont distillées dans l’enceinte du musée afin de permettre aux visiteurs une visite plus aisée et une méthode d’information plus efficace. Elles sont au nombre de 6, placées dans des lieux stratégiques du parcours, dans des salles sans oeuvre, mais considérées comme propices à des prises de décision (ascenseurs, salle de « pause » entre deux espaces de collection). Ces bornes ont été développées par l’agence Mazedia.

Une application mobile : « Ma visite »

DSC_6270_D.GAILLARD_appli3

© Musée d’arts de Nantes

Une application mobile « ma visite » a été développée et permet de découvrir les œuvres du musée sur son smartphone (téléchargement gratuit sur AppStore et GooglePlay) ou sur une des 100 tablettes mises à disposition pour les visiteurs. 

Cette application entièrement trilingue (français, anglais, espagnol) permet de découvrir les collections du musée accrochées.

Près de 900 oeuvres sont ainsi présentes dans cet outil et chaque oeuvre bénéficie d’une commentaire bref.  40 d’entre elles sont dites « incontournables » et bénéficient de commentaires plus longs, avec des contenus addtionnels (vidéos, interviews d’artistes, musique, images d’archives, images de comparaison…).

L’application permet de découvrir ces 900 oeuvres par plusieurs voies : des parcours thématiques préparés par le service des publics, un accès par numéro (parcours audioguidé) pour les 40 « incontournables » et par le biais de la recherche. En effet, une fonction d’exploration permet de rechercher une oeuvre, un artiste, un service et de le localiser sur le plan du musée.

Grâce à plus de 300 beacons, le visiteur peut également être géolocalisé.

DSC_6270_D.GAILLARD_appli

© Musée d’arts de Nantes

L’application « Ma visite » se donne pour objectif de s’adresser au plus grand nombre. Des vidéos en LSF, des audiodescriptions, des enregistrements de commentaires en Français facile à lire et à comprendre et un outil de grossissement des textes et d’inversion des contrastes sont ainsi proposées par l’application « Ma visite » afin d’en faire « un outil pensé pour tous ». Des jeux sont également intégrés, à partager en famille, pour faire participer la jeunesse.

En termes de technique, le back office est synchronisé chaque jour avec GColl : la localisation des oeuvres est mise à jour automatiquement toutes les 24h. Des automatismes sont aussi mis en place avec le site du musée (l’agenda qui s’affiche dans l’application par exemple).

De plus, le Musée offrira cet été une fonction de personnalisation : les visiteurs pourrons mettre en favori leurs oeuvres ou parcours du musée et les retrouver sur le site internet et inversement.

L’application a été développée par l’agence Mazedia, les contenus réalisés par Opixido, Studio Scopitone, Orphéo et Tactile Studio. Le musée a écrit tous les contenus et choisi toutes les images.

Un musée accessible pour tous

En effet, comme le souligne le Communiqué de presse : « Le Musée d’arts de Nantes, souhaite être un lieu de découverte de l’art mais également un établissement culturel vivant, programmant et participant à de nombreux événements, en partenariat avec les principaux acteurs de la vie culturelle nantaise, et mettant les publics au cœur de son projet d’établissement« .

Le musée sera donc entièrement accessible pour tous et des offres de médiations adaptées ainsi que des parcours spécifiques seront proposés.

Des ateliers dédiés aux centres de loisirs de la métropole et aux écoles et collèges permettent aux enfants de découvrir les oeuvres du musée de façon originale et ludique. Des ateliers en famille sont égakement proposés les mercredis et samedis après-midi et pendant les vacances scolaires pour toucher ce public qui d’ordinaire n’était pas client du musée.

En terme d’offre, l’entrée du musée est de 8€ – et 4€ tarif réduit – mais elle est gratuite pour les scolaires de la métropole, les moins de 18 ans, les personnes handicapées, les demandeurs d’emploi et les bénéficiaires des minima sociaux. Il est également possible de se rendre gratuitement au musée certains dimanches puisque l’entrée est gratuite le 1er dimanche de chaque mois. Le Musée propose également une offre de « Pass », un « Pass Musée d’arts » à 10€ et « Pass inter-musées de Nantes » à 20€. Plus d’informations sur le site du Musée.

Une chasse aux trésors hors les murs

En teasing de la réouverture, le musée propose l’activité « Les oeuvres se sont échappées du Musée d’arts de Nantes ! ». Cette chasse aux trésors dans les rues de Nantes incite à retrouver les oeuvres et permet de gagner une visite du Musée d’arts de Nantes en avant-première.

musée art nantes MDA_Bandeau_site_web-VDN_10

Pour jouer, il suffit de :

• retrouver et photographier les œuvres et cadres qui se promènent dans la métropole.
• publier ses photos du 6 au 16 juin sur le compte Instagram avec le hashtag #RetrouverLesOeuvres.

Pour aider, des indices sont diffusés tous les jours sur les comptes Instagram @nantesfr et @museedartsdenantes

Chaque jour, 15 entrées sont à gagner pour 2 personnes, pour visiter en avant-première le Musée d’arts de Nantes, les 19 et 20 juin 2017.

L’animation a été conçue en partenariat avec les associations de commerçants Unacod et Plein Centre.

Incitation aux selfies

Pendant tout le week-end d’ouverture, les visiteurs peuvent gagner des cadeaux en publiant un selfie au musée sur Instagram. Le principe est simple : capturer une mise en scène en famille devant une oeuvre ou un moment insolite entre amis… et laisser libre cours à son imagination ! En utilisant les les hashtags #SelfieAuMusee et #MuseedartsdeNantes en commentaire, les plus créatifs seront récompensés par un appareil photo instantané Polaroïd d’une valeur de 129 €, une imprimante Polaroïd bleue d’une valeur de 149 €, 1 appareil photo lomographique d’une valeur de 89 €, et des accès illimités au musée pendant un an, parmi d’autres lots.

7 QUESTIONS A …. Alice de Dinechin, responsable adjointe du service des publics, chargée de la coordination de la médiation numérique et Claire Lebossé, conservatrice en art moderne et cheffe de projet numérique pour la réouverture du Musée d’Art de Nantes.

musée art nantes selfie_au_musee_2 

. Quelle a été la philosophie générale des outils numériques déployés pour la réouverture ? 

Les prérequis sur lesquels l’équipe s’est très vite mise d’accord étaient que l’outil numérique ne devait jamais s’imposer entre l’oeil du visiteur et l’oeuvre, qu’il ne devait pas s’imposer à un visiteur rétif mais être une offre complémentaire au reste du dispositif de médiation, que l’usage du numérique devait être justifié par son utilité (et pas une simple figure imposée dans un projet de rénovation de musée). Enfin, et cela est invisible pour le public, le musée souhaitait être très autonome: d’abord dans les choix de contenus et leur rédaction (tout a été fait en interne), mais aussi dans l’administration. L’appel d’offre pour le développement des outils était très clair quant à la volonté de pouvoir faire évoluer les contenus, en ajouter, en modifier, depuis nos postes de travail. Par ailleurs, afin d’anticiper au mieux cette nouvelle mission dans la charge de travail des équipes, nous avons souhaité maximiser les automatisations: import des oeuvres et de leur localisation depuis GColl, agendas de l’appli et des bornes d’info synchronisés avec l’agenda Infonantes (l’outil partagé de la métropole).

. A quel(s) public(s) ces outils sont ils en priorité destinés ? 

L’objectif final était de s’adresser à tous les publics dans une volonté d’accessibilité universelle. Rendre la totalité des collections accrochées accessibles au plus grand nombre avec des textes en trois langues (français, anglais, espagnol), et permettre à tous la découverte privilégiée d’oeuvres incontournables (40 à ce jour) par des contenus enrichis sur les œuvres et les artistes (vidéos pouvant être aussi bien des films d’archives que des animations autour de l’oeuvre, audio, galeries d’images, …).

Il a aussi été très vite décidé par la collectivité que ces outils, pour être accessible à tous, se devaient d’être gratuits. L’application est donc en téléchargement libre et 100 tablettes sont disponibles à l’accueil, car tout le monde ne possède pas un smartphone.

. Avez-vous déployé ces outils et notamment l’application et les outils fixes en coopération avec l’équipe et les architectes en charge du réaménagement du musée ?  

Le volet médiation numérique est arrivé en cours de chantier. Depuis 2014, le projet est coordonné par un binôme: Alice de Dinechin, responsable adjointe du service des publics, et Claire Lebossé, conservatrice chargée de l’art moderne, cheffe de projet numérique pour la réouverture. Les architectes ont été amenés à émettre des avis sur les rares éléments mobiliers du projet (bornes d’info et Oeuvre à la loupe), mais ils ne les ont pas dessinés (le dessin a été réalisé par Cédric Lardière, du service du Bâti).

L’histoire de ces outils relève vraiment d’un travail d’équipe : la conception des grands principes et de l’ensemble des contenus a été faite par le service des publics du musée, en concertation avec l’équipe de conservation. Le service communication a bien entendu également participé à la conception des outils de médiation numérique, notamment pour les liens avec le site internet. Le service des collections a joué un rôle important dans la mise en œuvre de ce projet, particulièrement pour la géolocalisation, les liens avec Gcoll (système de gestion des collections), la prise de vue d’œuvres des collections, etc. Le service administratif a également été fortement impliqué dans le suivi de ce dossier et l’équipe d’agents d’accueil et de surveillance a été régulièrement informée puisqu’ils seront notre principal relais pour ces outils à partir de la réouverture.

 . Quel a été le budget de développement du site web, de l’appli et des outils fixes (équipement et software) ?

Le site web ne fait pas partie du volet « médiation numérique » mais est directement géré par la communication du musée. Pour les outils de médiation, le budget prévisionnel global et sur 4 ans (2016-2019) est de 1 million d’euros TTC. Nous avons d’ailleurs reçu une subvention de 300.000 euros de l’Etat. Le reste du projet est financé par la métropole.

 . Quelles sont les connections entre le site web, l’appli et les bornes fixes ?

Le dispositif a été réfléchi comme un tout : avant/pendant/après la visite. Ainsi, la personne préparant sa visite peut trouver sur le site un plan avec les oeuvres accrochées dans le musée, se créer un identifiant, mettre des oeuvres en favori et les retrouver sur l’application lors de sa visite. Inversement, elle peut sélectionner des oeuvres in situ et les retrouver ensuite par l’entremise de son profil sur le site. Cette fonction de personnalisation n’est pas tout à fait finalisée et sera mise en service pendant l’été.

Les bornes d’information et d’orientation reprennent dynamiquement les informations de l’agenda qui se trouve sur le site; elles incorporent également le plan et la fonction de recherche associée qui se trouve sur l’application et donc sur le site. 

robe rouge, claire lebossé, et alice dinechin

© Stéphane Bellanger – Alice Dinechin et Claire Lebossé

. Comment sera assurée l’actualisation des contenus de ces différents outils. Combien de personne vont être impliqués dans la gestion des outils numériques (site web, réseaux sociaux, appli et outils fixes) et selon quelle organisation ?

Nous avons tenu à rester autonomes. Cela est clairement présent dans les marchés publiés à l’occasion de ce projet. Le back office nous permet d’intégrer, retirer, corriger des contenus sur les oeuvres à tout moment. Nous envisageons ainsi d’augmenter progressivement le nombre d’oeuvres incontournables par exemple, de modifier certains parcours dits « humeur du jour », d’ajouter encore plus de contenus destinés aux personnes souffrant de handicap…

L’ensemble des médiatrices-conférencières du service des publics (6 personnes) peuvent être amenées à concevoir de nouveaux contenus pour ces outils. Nous avons eu la chance de pouvoir étoffer notre équipe également: depuis mars nous accueillons un technicien multimédia, Mickaël Cruel, dont la présence a été en partie motivée par ces outils, dont nous gardons l’administration totale en back office pour ajouter des contenus au fil de la vie du musée. Charlène Enard, chargée de communication numérique, sera également impliquée dans la gestion de ces outils, à la frontière entre médiation et communication.

 . Avez-vous déjà prévu des évolution ou de nouveaux outils dans les 6 ou 12 prochains mois ?

Outre les éléments que nous avons déjà évoqués précédemment, l’Oeuvre à la Loupe sera renouvelée tous les 6 mois pour mettre en valeur une autre oeuvre de la collection.

 . Avez-vous prévu des méthodes d’évaluation de ces outils ?

Des systèmes de statistiques sont intégrés aux outils et nous espérons pouvoir mettre en œuvre des enquêtes de public dans l’année à venir.

Propos recueillis par mail le 20/06/2017

Sources: Ville de Nantes, Musée d’Art de Nantes, Communiqué de Presse du Musée

Images: © Musée d’arts de Nantes

Mise en ligne le 23/06/2017

La ville de Nantes et ses musées sont membres du CLIC France. Les entreprises Mazedia, Orpheo et Opixido sont membres associés du CLIC France.

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Une nouvelle application multitouch permet de personnaliser sa visite du Musée d’Histoire de Nantes

Pour la 3ème édition de la Nantes Digital Week, Grand Patrimoine de Loire-Atlantique lance Digital Monuments, l’application des monuments nantais

Le château de Nantes valorise sa maquette de Nantes en 1900 grâce à des écrans multitouch et au crowdsourcing

« Mobilisation générale » pour les contenus audioguides du Musée d’Histoire de Nantes