High Artic : une oeuvre numérique et interactive pour sensibiliser le public

Le bouleversement climatique illustré par l’art! Le Musée National de la Marine de Londres dévoile une oeuvre immersive et interactive mettant en scène l’antarctique et le visiteur. Quoi de mieux qu’une oeuvre numérique et interactive pour mesure l’impact de l’homme sur la planète.

High Artic pour illustrer l’action de l’homme

L’oeuvre High Artic a été développé par le groupe plasticiens UVA (United Visual artists) qui ont pris le parti d’intégrer le visiteur à leur œuvre pour illustrer son impact dans le changement climatique mondial. Un œuvre engagée dans la lignée de la programmation du musée qui mise sur le numérique. L’installation reflète les caractéristiques du groupe : immersion, design et différentes couches de lecture.

Les visiteurs peuvent ainsi parcourir des univers différents, laisser des commentaires instantanément, utiliser des éléments interactifs telles que des torches ultraviolettes pour déplace, illuminer ou encore détruire son environnement. 3 000 collones planches représentent 3 000 glaciers qui pourraient fondre inéluctablement…


L’impact de l’oeuvre numérique

L’objectif pour UVA était avant tout d’intéresser, sensibiliser, le public à une problématique surmédiatisé et finalement dissoute dans l’information. L’idée était de retransmettre la beauté de l’arctique plutôt que d’accabler les visiteurs de chiffres et études.

En invitant les visiteurs à réaliser leur environnement mais également leur impact sur la nature en l’immergeant dans l’oeuvre, le défi était relevé. Le groupe soutient que les artistes peuvent ainsi engager les visiteurs de manière différente que les scientifiques.

L’installation High Arctique est ouverte jusqu’en janvier 2012 au Musée National de la Marine, à Londres.

Auteur : Simon Hübe

Laisser un commentaire