Le Smithsonian multiplie ses applications et confirme sa stratégie mobile

Le Smithsonian regroupe un panel d’applications mobiles allant du simple audioguide à l’outil pour des dispositifs en 3D ou réalité augmentée. Nancy Proctor, Responsable de la stratégie mobile et de son développement, revient sur les nouvelles applications qui vont au delà de l’aide à la visite, dite « traditionnelle ».

Créer un nouveau lien avec l’Institution

Le Smithsonian a tout d’abord développé des applications mobiles pour ses expositions avec des contenus annexes, telles que des vidéos, qui permettent au public d’obtenir une nouvelle aide à la visite. Ces applications, qui voyagent avec les expositions qu’elles commentent, créent également un lien entre les artistes et les visiteurs. En effet, certaines d’entre elles permettent d’en apprendre plus avec les artistes, de les questionner voire même de dialoguer avec eux via Twitter.

Cette expérience a été testée avec l’application Artists in Dialogue 2 pour le National Museum of African Art.

Du spectateur à l’acteur

Le Smithsonian a également développé des applications « crowdsourcing », qui font appel à la participation et à la collaboration des utilisateurs. Par exemple, l’application LeafSnap encourage les mobinautes du Littoral Est à prendre les photographies d’arbres, feuilles avec leur smartphones et de les identifier sur une base de données énorme avec leur localisation. Ces téléchargements, géographiquement étiquetés sont par la suite réutilisés par les chercheurs qui souhaiteraient avoir de nouvelles, ou meilleures, images. Une manière ludique pour les mobinautes d’identifier et de comprendre également la nature qui les entoure !

Le Smithsonian travaille également sur de nouveaux dispositifs mêlant la 3D, la réalité augmentée et la géolocalisation. Il serait d’ailleurs en face d’expérimentation de reconnaissance visuelle avec Google Googles.

Preuve d’un intérêt majeur pour la stratégie mobile de son Institution, le Smithsonian a mis en ligne un wiki sur le sujet. Une première.

Auteur : Simon Hübe