15 millions d’euros pour le projet interrégional INMEDIATS et le développement d’outils numériques

Le projet INMEDIATS est le lauréat de l’appel à projets « Développement de la culture scientifique et Égalité des chances »  lancé par le Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche.

Un projet fédérateur qui remporte 15 millions d’euros. Ce dispositif interrégional, porté par un consortium de 6 centres de sciences, vise la diffusion à grande échelle par le numérique de la culture scientifique et technique. Il propose pour cela de développer et d’expérimenter de nouveaux outils de médiation culturelle faisant largement appel aux technologies numériques et impliquant plus particulièrement les 15-25 ans.

Un projet, six institutions scientifiques

Ce projet est piloté par Cap sciences à Bordeaux et associe cinq autres centres de culture scientifique technique et industrielle (CCSTI) : Universcience (Paris), qui regroupe le Palais de la Découverte et la Cité des sciences ; Espace sciences (Rennes) ; La Casemate (Grenoble) ; Relaisd’sciences (Caen) et Sciences animation (Toulouse). Le premier objectif est de faire évoluer l’image du musée scientifique et de faire naître de nouvelles vocations.

« Le paradoxe, c’est que nos enfants, et particulièrement les 15-25 ans, sont souvent fans de high-tech, mais peu attirés par les sciences et les techniques. L’objectif du programme est de développer et d’expérimenter des outils de médiation culturelle fondés sur des technologies numériques innovantes », explique Bernard Alaux, directeur du musée Cap sciences à Bordeaux.

Des nouvelles technologies adressées aux 15-25 ans

INMEDIATS propose de développer et d’expérimenter de nouveaux outils de médiation culturelle dans des « Living labs » et « fab labs« . Entre création d’un lieu test en gradeur nateur et d’un atelier prototypage pour familiariser les publics, les 6 institutions entendent mutualiser leurs projets et compétences. Par exemple, le système Navinum mis au point par Cap sciences, permet grâce à une puce RFID de personnaliser chaque visite et la rendre plus interactive.

Le projet veut aussi faire sortir les musées scientifiques de leurs murs, pour toucher des populations éloignées des villes. Un renforcement de la politique et stratégie web est ainsi à mener. L’Espace des sciences de Rennes développe déjà, par exemple, une rencontre virtuelle entre publics et grands scientifiques. Des itinérances des expositions entre les institutions sont également à programmer. « Cela permet de diffuser tous ces contenus d’un centre à l’autre. Ce que fait Grenoble grâce à sa proximité avec le CERN nous intéresse. « C’est la science en train de se faire », s’enthousiasme Michel Cabaret, directeur de l’Espace des sciences

Notons enfin la participation et l’implication des collectivités locales et entreprises qui permetteront de doubler la somme déjà allouée.

Un dispositif coopératif qui donnera, on l’espère, des résultats innovants et une nouvelle visibilité pour les musées scientifiques.