Google ouvre son Institut Culturel européen à Paris

Le géant Google a décidé d’implanter son siège européen à Paris et a inauguré cette semaine son « Googleplex » sur 10 000 m². Au cœur de ces nouveaux bureaux, un centre de recherches et développements mais également un Institut culturel européen. Après ses différents projets culturels, dont Google Art Project et le soutien à de nombreuses numérisation du patrimoine (article à lire), Google entend étendre son activité culturelle.

L’avènement Google à Paris

Le groupe américain a investi 100 millions d’euros sur ce site parisien qui accueille le siège Europe du Sud, de l’Est, Moyen-Orient et Afrique (SEEMA), un centre de R&D et l’Institut culturel du célèbre moteur de recherche.

Selon Jean-Marc Tassetto, directeur général de Google France : « La création de l’institut culturel européen aura pour vocation de promouvoir les cultures passées, présentes et futures grâce aux technologies que nous developpons et à Internet. Cet institut culturel européen sera un élément clé de notre futur siège et nous souhaitons d’ailleurs pouvoir ouvrir au grand public un espace d’exposition pour promouvoir les plus belles initiatives en matière de numérisation et de promotion du patrimoine culturel ».

L‘Institut culturel intègre Google Art Project (article à lire), qui utilise la technologie Google Street View pour 17 musées internationaux dont le MoMa, la National Gallery ou le château de Versailles, unique insitution française pour l’instant.

Nicholas Serota, Directeur de la Tate de Londres et participant au Google Art Project, soutient que les internautes qui découvrent en ligne un aperçu des collections, veulent voir de manière réelle par la suite les oeuvres et le lieu.

De nouveaux « projets Google »

Selon le magazine économique américain Forbes, ce nouveau centre entend soutenir les efforts des musées pour optimiser l’utilisation des technologies mobiles, des réseaux sociaux ou encore des applications qui serviront à terme de guide dans les collections. Des futurs projets se dessineraient comme des galeries en ligne pour le château de Versaille ou la Fondation Nelson Madela en Afrique du Sud. L’institut culturel plannifie également de créer un outil standarisé pour que n’importe quelle insititution culturelle puisse numériser sa collection elle-même.

L’implantation de Google à Paris dopera certainement le secteur avec la création de 150 postes en deux ans dans ses bureaux parisiens. Reste à observer jusqu’où le Géant étendra sa toile !

Auteur : Simon Hübe