Palais Augmenté : le festival des nouvelles perceptions, du 19 au 20 juin 2021

Partager :

La Rmn – Grand Palais et Fisheye créent Palais Augmenté, le premier festival dédié à la création artistique en réalité augmentée, ouvert au grand public les samedi 19 juin et dimanche 20 juin (le vendredi 18 juin uniquement pour les professionnels). Pendant deux jours, l’espace vide et monumental du Grand Palais Éphémère est transformé par cinq œuvres en réalité augmentée, créées pour l’occasion par cinq artistes internationaux : Mélanie Courtinat, Lauren Moffatt, Mélodie Mousset, Manuel Rossner et Theo Triantafyllidis. Deux écoles, GOBELINS, l’école de l’image et l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne sont également impliquées et présentent chacune une création de leurs étudiant.e.s. Le public pourra découvrir ces œuvres se déployant virtuellement dans l’espace du Grand Palais Éphémère, en déambulant munis de son smartphone ou d’un smartphone dernière génération qui lui sera prêté le temps de cette expérience inédite.

  • Le premier événement mondial dédié à la création artistique en réalité augmentée

Les artistes sont à l’avant-garde des techniques et des évolutions sociales et culturelles, s’emparant de la technologie pour expérimenter, pour s’exprimer et pour créer. Palais Augmenté met à l’honneur les artistes, pour qui la perception du réel est un appel à la créativité, en leur proposant une plateforme d’expression exceptionnelle : investir l’espace du Grand Palais Éphémère, et y révéler de multiples points de vues augmentés, sous la forme de créations originales in situ.

  • Les artistes et les œuvres

Pour sa première édition, au sein du Grand Palais Éphémère, la programmation réalisée en partenariat avec Fabbula invite les artistes à multiplier les possibilités de perception du réel, à questionner et ré-enchanter notre regard sur le monde.

Mélanie Courtinat (née en 1993) propose « Des empreintes sur la grève » une installation interactive multi-utilisateur, rendue possible grâce à la 5G d’Orange. L’œuvre propose aux visiteurs de déambuler dans un espace entre réel et virtuel, et de se connecter à ce dernier à travers l’écran du smartphone qu’ils tiennent dans la main. Œuvre en mouvement perpétuel, cette dernière permet au public de laisser une trace virtuelle de son passage au Grand Palais Éphémère.

Manuel Rossner (né en 1989) Where to go from here (“Et Maintenant, où ?”) investit le Grand Palais éphémère par un parcours de sculptures digitales. Les visiteurs découvrent l’œuvre avec leur smartphone, en suivant un avatar en réalité augmentée au sein de l’espace. Ils sont guidés à la frontière des mondes physiques et virtuels par Rossner, qui soulève la question : quelles sont les nouvelles technologies qui définissent notre société actuelle ? Les Champs de Mars, site de l’exposition universelle de 1878, sont une mise en exergue des développements technologiques de l’époque. Rossner propose de nouvelles innovations techniques à l’un des sites historiques des expositions universelles, par ses algorithmes dynamiques modernes. L’esthétique soignée de l’œuvre, “signature du présent” (Byung Chul-Han) représente l’ère digitale dans laquelle vitesse, flexibilité et gamification des rapports sont idéalisés. L’installation en réalité augmentée Where to go from here? met en lumière l’influence des nouvelles technologies sur le monde, par les mécaniques de gamification, et la “jouabilité” attendue de la vie quotidienne de nos jours.

Lauren Moffatt (née en 1982), transforme avec « Contre-Plongée » le Grand Palais Éphémère en un conservatoire rempli de fleurs fantastiques, et l’observateur est réduit à la taille d’un insecte. Cette œuvre invite le public à explorer des imaginaires décentralisés, où les humains sont rendus insignifiants par leurs homologues non-humains et peuvent ainsi faire l’expérience de l’interconnexion des espèces. Les plantes et les fleurs de l’œuvre en réalité augmentée ont été créées en associant peintures à la main et scan photogrammétrique. L’échelle macroscopique des coups de pinceau, généralement vus de très loin, révèle les détails qu’il est facile de manquer depuis notre point de vue humain.

Mélodie Mousset (née en 1981) propose une expérience dans le monde de HanaHana, vaste désert virtuel qui se peuple des interactions avec le public. Chacun peut générer des formes et laisser des traces de son passage dans ce désert habité par des sculptures archaïques, et y faire fleurir des mains humaines de toutes tailles et couleurs. Dans ce monde surréel, les bras sont non seulement des extensions des joueuses et joueurs, qui multiplient leurs corps à l’extérieur d’eux mêmes, ce sont aussi des preuves matérielles de leur passage dans ce vaste bac à sable collectif. Le Grand Palais Éphémère devient ainsi un espace partagé, à la frontière de l’intime et du public, aussi virtuel que réel.

Theo Triantafyllidis (né en 1988) revisite l’esprit du lieu avec Genius loci, une installation augmentée à grande échelle et spécifique au Grand Palais Éphémère. Une créature géante flotte sous la voûte, se parlant à elle-même et au public, commentant la situation actuelle, et revenant sur l’histoire, la culture, l’architecture du bâtiment. La créature est arrogante, aguicheuse, sournoise, tour à tour odieuse et adorable. Elle se déplace dans les airs en prenant diverses poses, interpellant le public et l’engageant à jouer avec elle. Cette rencontre avec l’humour et le sublime sera une expérience collective, rapprochant les visiteurs dans une expérience commune avec le virtuel.

GOBELINS, l’école de l’image, à Paris, associée à la médiation de l’événement, présente aussi l’oeuvre Japosta, le fruit d’une collaboration entre les étudiants de première et deuxième année du bachelor Graphiste jeu vidéo et de deuxième année du bachelor Photographe et Vidéaste.

Dans un jardin d’une ère future imaginée, la nature renaissante vient taquiner des vestiges architecturaux, dans un processus de réappropriation inéluctable. Des pyramides brutalistes s’élèvent dans le ciel tel les temples d’un monde renversé, derniers témoins d’un anthropocène qui s’éteint. Une œuvre soutenue par TikTok, partenaire du festival.

Enfin, l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne présentera une série de projets en Réalité Augmentée

créés par des étudiants en Bachelor Media & Interaction Design et en Master Photographie, qui seront accessibles à tous sur la façade Eiffel du Grand Palais Éphémère et sur Instagram via smartphone.

  • Informations pratiques

Le samedi et le dimanche, le festival est ouvert au public gratuitement sur inscription. Nous demandons au public de venir profiter de l’exposition muni de son téléphone portable (batterie quasi pleine). L’application de l’événement, nécessaire à la visualisation des œuvres, pourra être téléchargée au préalable sur les plateformes Androïd et Apple.

Des médiateurs seront présents pour accompagner les visiteurs le jour J, afin de répondre aux questions et de guider chacun dans la découverte de cette nouvelle technologie.

Horaires d’ouverture : 10h – 18h. Entrée libre sur réservation. Réservations ouvertes le 31 mai 2021 sur palaisaugmente.fr

Application « Palais Augmenté » disponible le 31 mai 2021 également sur Androïd et Apple

SOURCES: RMN-GP

PHOTOS: Artistes, RMN-GP

PHOTO carousel: RMN-GP

Date de première publication: 21/05/2021

Partager :

Laisser un commentaire