La Philharmonie des enfants offre 1 000 m² d’expériences sonores, immersives et interactives

Partager :
Le mercredi 29 septembre 2021, un nouveau lieu culturel ouvre ses portes à Paris. La Philharmonie des enfants, construite sur 1000 mètres carrés au sein de l’institution mère, offre aux 4-10 ans un voyage d’initiation musicale à la fois intuitif et ludique. L’espace a coûté 10 millions d’euros, financés par le public et le privé. Avec ses expériences immersives et interactives, dont certaines ont été co-construites avec les enfants, la Philharmonie des enfants « s’inscrit dans la volonté de créer un lieu permanent de vie pour les enfants. Ce lieu se veut une porte ouverte qui décloisonne et accueille » explique sa directrice Mathilde Michel-Lambert. « On est dans une expérience où l’enfant est le moteur: il s’amuse tout en apprenant », explique Laurent Bayle, directeur sortant de la Philharmonie de Paris qui est à l’initiative de ce projet.

« La Philharmonie de Paris affirme depuis son ouverture une identité singulière dont les valeurs principales sont la force du collectif, la transmission des savoirs, la recherche de l’excellence et de l’innovation. Nous entendons contribuer plus largement encore à l’éveil artistique des plus petits en fondant un lieu inédit. La Philharmonie des enfants est un lieu ouvert, accueillant, joyeux ; il est à la fois terrain de jeu et source d’émerveillement pour les sens. Il propose des contenus ludo-éducatifs résolument en prise avec leur temps, qui mettent l’innovation technologique au service d’une éducation musicale d’un genre nouveau, affranchie d’une relation exclusive aux écrans ». Laurent Bayle, Directeur général de la Philharmonie de Paris et Président de la Philharmonie des enfants

  • Les univers thématiques

Dans son parcours permanent, la Philharmonie des enfants proposent 5 univers et 32 installations.

. Forêt des sons

: Philharmonie des enfants – Installation « Écouter les matières » – Scénographie Constance Guisset (c) William Beaucardet

Ce premier ensemble d’installations dédié aux sons et phénomènes sonores convie les enfants à une approche sensorielle et immédiate de la production du son par des matériaux, principalement naturels (bois, caillou, métal…).

L’enfant est invité à écouter autrement, et découvre ainsi que l’oreille n’est pas le seul organe par lequel on peut percevoir un son. Cet univers met aussi en scène des sons du quotidien afin que l’enfant les redécouvre et puisse ainsi changer la perception qu’il a de son environnement.

À découvrir : Sans les oreilles ! Écouter de la musique avec son squelette ? Vraiment ? Alors qu’aucun son n’est perceptible à l’oreille dans cette cabane, des plaques solidiennes permettent d’écouter une pièce musicale directement par les os du coude ou du crâne grâce à la transmission vibratoire.

. Machines sonores

Des instruments, géants, curieux, mécaniques ou électroniques sont manipulés par les enfants et illustrent l’immense richesse des sons que l’on peut créer ainsi que les composants et les techniques utilisés pour la création des instruments.

Philharmonie des enfants – Le « Géant à vent » – scénographie Constance Guisset (c) : william beaucardet

À découvrir : Géant à vent. La plus grande flûte que tu n’aies jamais vue, mélangée avec un orgue ! Il va en falloir du vent pour faire sonner ce géant. Et surtout, s’y mettre à plusieurs !

. En scène !

Bâti autour de deux installations phares, consacrées d’une part au chef d’orchestre et d’autre part aux musiques amplifiées, cet espace donne l’occasion aux enfants d’être eux-mêmes des artistes en scène.
On y joue à « faire comme si », à s’immerger dans la matière sonore d’un ensemble instrumental en
dirigeant une pièce symphonique ou à s’emparer d’un instrument de musique simplifié pour jouer en
groupe avec ses amis.

À découvrir : Maestra, maestro ! Plus vite ! Moins fort ! Pas besoin de mots, mais bien de gestes précis pour
diriger un orchestre symphonique… Expérimente cette incroyable sensation de guider une œuvre musicale grâce aux simples mouvements de tes bras !

Cette installation a été conçue avec le concours d’Orbe et d’Ircam amplify sur la base des savoir-faire de l’Ircam. Les œuvres ont été enregistrées par l’Orchestre de Paris à la Philharmonie de Paris.

Philharmonie des enfants – L’installation « Voix d’où viens-tu ? », un globe géant abritant le « Petit Peuple de la Philharmonie des enfants », une oeuvre originale de Brecht Evens.- Scénographie Constance Guisset (c) Constance Guisset Studio

. Des voix par milliers

Premier instrument de l’être humain, la voix est au centre de cet univers.

Organisé autour d’une installation monumentale destinée à explorer les expressions et techniques vocales du monde entier, l’espace offre à l’enfant la possibilité de jouer avec sa voix et de découvrir la voix des autres.

À découvrir : Voix, d’où viens-tu ? Un voyage vocal unique autour de la Terre du Petit Peuple de la Philharmonie des enfants. Tu n’imagines pas tout ce que les peuples peuvent faire avec leurs voix.

. Par ici la musique

Ce cinquième îlot aborde la musique comme langage et moyen d’expression. Il présente sa puissance évocatrice, sa capacité à raconter des histoires, la composition et l’écriture musicale.

Philharmonie des enfants – Installation « Le compositrain » – Scénographie Constance Guisset (c) William Beaucardet

À découvrir : Compositrain. Ce circuit de train pas comme les autres permet de composer grâce à une
grammaire de formes et de couleurs. Vite, crée ton morceau en choisissant tes motifs musicaux, le compositrain va bientôt passer pour jouer ta création !

En savoir plus sur les 5 univers: https://philharmoniedeparis.fr/fr/philharmoniedesenfants/les-5-univers-de-la-philharmonie-des-enfants

« Un plateau d’environ 1 000 m2, resté vacant au sein du bâtiment, nous permettait d’imaginer un nouvel espace, ouvert en permanence, accessible facilement, avec une capacité d’accueil très supérieure à celle des ateliers. L’idée était d’en faire un parcours de découverte en autonomie, sans connaissances musicales préalables, destiné aux jeunes enfants, fondé sur des installations qui permettent de découvrir le phénomène sonore mais aussi toutes les cultures musicales dans un univers poétique propice à l’éveil de la sensibilité. En quelque sorte, une porte d’entrée dans l’univers de la musique et une première découverte de la Philharmonie ». Thibaud de Camas, Directeur général adjoint de la Philharmonie de Paris

  • Des expériences (numériques) au delà du parcours

. Plein les oreilles

Ce studio immersif a pour ambition d’engager le spectateur dans une expérience audiovisuelle immersive jamais vécue, en combinant de manière inédite un système de diffusion sonore 3D avec un dispositif de projection vidéo panoramique sur quatre murs.

Véritable « cinéma à écouter », cet espace permet la création exclusive de films musicaux, de contes, de captations de concert ou d’expériences sonores qui plongent le spectateur dans une immersion auditive unique. La diffusion sonore 3D se fait grâce à 61 enceintes et un processeur de spatialisation sonore utilisant une technologie audio développée par la société L-Acoustics : son immersif hyperréel L-ISA. L’ensemble du dispositif a été réalisé et fourni par L-Acoustics dans le cadre d’un partenariat.

D’une durée de 3 à 6 minutes, une vingtaine de films ont été produits ou adaptés spécifiquement pour être diffusés dans cet espace et proposer au total 1 heure d’immersion dans la musique . Les auditeurs /spectateurs pourront ainsi par exemple s’immerger dans les concerts de l’Orchestre de Paris ou de l’Ensemble intercontemporain.

. Petite Fabrique (à partir de 2022)

Ce lieu singulier accueille toute l’année, de manière éphémère, des prototypes d’installations innovantes, musicales ou sonores conçues pour les enfantsDans cet espace « laboratoire », les visiteurs se muent en bêta-testeurs de jeux en phase de construction.

Grâce à leurs retours, les concepteurs de jeux invités dans la Petite Fabrique peuvent améliorer leurs
prototypes. Ces concepteurs sont issus des sphères créatives : artistes, étudiants, artisans, makers, designers, codeurs, start-ups, et experts du son et de la musique.

Philharmonie des enfants: l’entrée ©William Beaucardet

. Le parcours connecté

La Philharmonie des enfants souhaite proposer une expérience innovante grâce à un système d’accompagnement de la visite utilisant la technologie RFID embarquée sur des bracelets confiés à tous les visiteurs à leur arrivée dans l’espace de la Philharmonie des enfants.

Grâce à ce bracelet, les visiteurs peuvent récupérer des souvenirs sur quatre installations du parcours. La récupération de ces médias se fait après la visite, par voie électronique.

Dans une optique de respect des données personnelles des visiteurs, les bracelets sont par défaut inactifs et le service n’est accessible qu’aux visiteurs ayant eux-mêmes paramétré cet objet avec une adresse email et ayant manifesté leur souhait de récupérer leurs souvenirs.

Les souvenirs sont des photos, des vidéos, ou bien des créations faites par les visiteurs eux-mêmes au cours de leur exploration. On pourra ainsi repartir de la Philharmonie des enfants avec sa propre séquence de film bruitée, son autoportrait chanté, une vidéo de soi en train de diriger un orchestre ou de jouer sur scène comme une vraie star de rock.

  • La création des installations: un retour d’expérience permanent

La Philharmonie des enfants est un projet au long cours. Lancé en janvier 2018, il a fait l’objet d’un processus de création très original.

La phase de conception du projet a débuté en janvier 2018. Pour sélectionner les thématiques et les notions musicales incontournables à développer dans cet espace, des groupes de travail internes ont œuvré pendant des mois, accompagnés parfois de musicologues et d’artistes de tous horizons.

Une étude comparative des lieux et des installations sonores et musicales existant en France et à l’étranger a permis de dresser un tableau des propositions existantes dans ce secteur. Cet état des lieux a servi de support pour dessiner les grandes lignes du projet et construire un programme muséographique définitif avec des projets d’installations ludiques.

Pour mettre en œuvre ce programme et donner vie à ces installations, la méthode du test and learn a été appliquée pour naviguer entre théorie et pratique, passant de l’idée au prototype afin de construire les installations les plus riches et les plus justes possibles.

Ce travail a été mené à hauteur d’enfant, en se frottant constamment au réel pour réévaluer, améliorer, enrichir les expériences proposées. Plus de 2 000 bêta-testeurs âgés de 4 à 10 ans ont ainsi été invités tout au long du processus de création à essayer des prototypes, accompagnés par leurs parents ou leurs animateurs de centres de loisirs ou de centres sociaux situés à proximité de la Philharmonie.

Une première phase de test a été réalisée lors d’une exposition éphémère intitulée La Petite Fabrique en avril 2019.

  • La Philharmonie des enfants hors de ses murs

La Philharmonie des enfants propose un parcours d’activités résolument low-tech qui privilégie sur place des expériences manuelles et physiques. Pour autant, une offre numérique ambitieuse enrichit l’expérience du lieu avant et après la visite.

Cette offre est un prolongement, une amplification, et intervient en complémentarité de ce que le visiteur peut vivre sur place.

Elle rassemble trois familles de contenus :
. Des contenus d’approfondissement de la visite, intimement liés au lieu et à ses activités.
. Des œuvres audiovisuelles (podcasts, vidéos…) ou des articles pour alimenter Tadaa !, le nouveau magazine en ligne des enfants.
. Des jeux interactifs inspirés des installations du lieu et permettant de jouer chez soi ou à l’école.

. Une offre web, gratuite et accessible.

L’offre numérique de la Philharmonie des enfants est composée de contenus gratuits et accessibles via l’environnement web de la Philharmonie de Paris.

Sans inscription obligatoire, tous les utilisateurs peuvent facilement naviguer à travers la diversité des contenus mis à leur disposition.

. Une offre en écho aux valeurs du lieu

Les valeurs de l’offre numérique sont elles aussi centrées sur le jeu, la découverte sensible et l’accès à tous. Pensée comme une prolongation de l’expérience de visite, l’offre permet de l’enrichir en reprenant des notions abordées in situ, présentées sous d’autres angles et reliées entre elles pour ouvrir des perspectives plus larges aux visiteurs.

L’offre numérique ne tombe pas pour autant dans l’écueil d’une expérience d’approfondissement uniquement corrélée à la visite du site, et une partie importante des contenus en ligne est autonome.

Ces contenus permettent à des publics éloignés géographiquement de la région parisienne de bénéficier
d’outils ludiques pour découvrir l’univers de la musique et des sons en classe ou à la maison.

. Une offre pour fédérer des usagers multiples

Les outils et contenus à destination des enfants sont variés afin de toucher différentes classes d’âges, des petits (4 ans) aux plus grands (10 ans). Cette offre s’adresse aussi aux adultes prescripteurs : les enseignants et les adultes de la famille, via des contenus spécifiques. Le but étant de dépasser le clivage adulte / enfant sur le numérique.

À l’ouverture, la mise en ligne du site philharmoniedesenfants.fr constituera la première brique de l’offre combinant une importante partie de services pour découvrir le lieu ainsi qu’une première offre de contenus rassemblés dans Tadaa !, le nouveau magazine des enfants.

. La Fontaine Superstar

En partenariat avec Lumni, une série musicale de six épisodes de 5 minutes avec Catherine Ringer, Kery James, Olivia Ruiz, Ibrahim Maalouf, Jeanne Cherhal, Birds on a Wire. Réalisée par David Unger, dessinée par Romain Ronzeau.

Pour célébrer les 400 ans de la naissance de Jean de La Fontaine, six artistes majeurs de la scène française actuelle ont spécialement composé six chansons originales en respectant scrupuleusement les textes du poète. Ces compositions ont été par la suite mises en images à la façon de clips mêlant prises de vues réelles des musiciens et dessins animés, proposant des interprétations contemporaines pleines d’humour des fables.

. ZimZam

Un podcast à destination des 5-8 ans qui met en scène Zimzam, un héros dont les pérégrinations dans la Philharmonie des enfants lui donnent l’occasion de se confronter à des œuvres musicales remarquables; incarné par Marion Rampal, écrit par Karine Chaunac et réalisé par Marie Guérin.

Le podcast ZimZam est diffusé sur Apple PodcastsDeezerGoogle Podcasts et Spotify.

  • Des outils et contenus éducatifs

Pour les enseignants, des cahiers d’exploration pour des visites « missions » !

La visite de la Philharmonie des enfants se fait sans médiateur. Afin d’accueillir les groupes scolaires dans des conditions optimales, des cahiers d’exploration sont disponibles pour accompagner les enseignants et leurs élèves. Ils sont organisés spécialement pour les professeurs des écoles et permettent de préparer la visite en amont ainsi que de l’approfondir à travers des activités ludiques à faire en classe ou à la maison.

Dans ces cahiers, une section « jeux » spécifiquement conçue pour les enfants sert de support aux activités d’approfondissement. Ces cahiers d’exploration proposent des parcours thématiques avec un focus sur une série d’installations qui abordent des notions complémentaires : La pulsation et le rythme (4-6 ans • Cycle 1 – Petite et moyenne section), Raconter une histoire avec des sons et des bruits (6-7 ans • Cycle 1 – Grande section et CP); La voix dans tous ses états (7-9 ans • Cycle 2 – CP – CE2), L’orchestre symphonique (9-11 ans • Cycle 3 – CM1 – 6e).

À l’avenir… un module pédagogique interactif.

Un module pédagogique interactif à destination des enseignants, conçu pour une utilisation en classe, verra le jour après un premier temps d’exploitation permettant un retour d’expérience de la part du milieu scolaire.

  • Un partenariat avec Bayard Jeunesse

La Philharmonie des enfants enrichit son offre numérique grâce à des partenariats forts basés sur la création de contenus inédits.

À ce titre, l’année 2021 a été marquée par la signature d’un accord-cadre avec Bayard Jeunesse dessinant les contours d’une collaboration aux multiples volets.

Production de jeux interactifs: le studio numérique de Bayard Jeunesse, Bayam, propose des contenus ludo-éducatifs à destination des enfants de 3 à 10 ans.

Les équipes de Bayam et de la Philharmonie des enfants ont uni leurs compétences éditoriales autour de valeurs partagées pour produire des expériences ludiques et sensibles au service du développement de l’enfant. Le cœur du partenariat repose sur la création d’une série de modules interactifs destinés à être hébergés sur l’application Bayam et le site de la Philharmonie des enfants. Ces modules gratuits et accessibles à tous s’appuient sur des activités du lieu et en proposent des versions virtuelles, adaptées aux enfants n’ayant pas la possibilité de venir pour une visite.

La première pierre de cette série verra le jour à l’automne 2021 avec une version virtuelle de l’installation À la chasse aux sons, qui proposera un travail d’écoute et de recomposition de paysages sonores du quotidien.

Editorial. Une collaboration éditoriale sera mise en place avec différents titres de Bayard Jeunesse, notamment les rédactions d’Astrapi, de Pomme d’Api et de J’aime Lire.

Ces collaborations pourront prendre la forme, à titre d’exemple, d’un numéro spécial consacré à la musique comme cela a été fait dans le magazine Astrapi n°972 de juin 2021.

Evénementiel. Le partenariat prévoit aussi un important volet événementiel autour de la Philharmonie des enfants. Le premier week-end ouvert au public sera marqué par la Nuit Blanche Bayam / Philharmonie des enfants : une boum électro avec une programmation surprise, 100 % en ligne, et diffusée pendant cette Nuit Blanche sur les réseaux sociaux. D’autres événements verront le jour dans les espaces de la Philharmonie des enfants.

Le Grand Orchestre. Ce module combine une maquette à construire offerte dans un numéro d’Astrapi et une découverte interactive de l’orchestre symphonique via l’application Bayam, le site d’Astrapi et celui
de la Philharmonie des enfants. 17 instruments de l’orchestre y sont présentés grâce aux vidéos de l’Orchestre de Paris « Figures de notes ».

Philharmonie des enfants Grande place ©William Beaucardet
  • Une ingénierie culturelle originale

Pour mener à bien ce projet, « Il fallait réunir un budget d’investissements de près de 10 millions d’euros, chiffre très supérieur à ce que la Philharmonie pouvait se permettre d’autofinancer seule. Nous avons donc fait le choix d’un modèle de développement original en créant une société de droit privé, filiale de l’établissement public, ouverte à des associés intéressés par le projet et fondée sur un modèle économique autosuffisant » explique Thibaud de Camas.

Lauréate du Programme d’Investissements d’Avenir, la Philharmonie des enfants a ainsi accueilli à son capital la Banque des territoires et trois investisseurs, MAIF Impact, InvESS – Île-de-France et France Active Investissement.

La Philharmonie reste majoritaire en détenant 70 % du capital de la filiale mais les co-actionnaires (20 % pour la Banque des territoires et 10 % pour les investisseurs privés) sont étroitement associés au pilotage du projet.

Le coût total du projet est de 10 millions d’euros, qui correspondent à :
. 3,3 millions d’euros de mise à disposition d’un espace viabilisé au sein du bâtiment de la Philharmonie de Paris ;
. 6,7 millions d’euros de développement du projet à proprement parler dont 4,5 millions d’euros de frais de conception et de fabrication des manipulables, de l’agencement et des œuvres, 1,2 million d’euros de frais de personnel en partie supportés par les mécènes de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris (Association des Amis de la Philharmonie de Paris et Fondation de la Philharmonie de Paris) et 1 million d’euros de frais d’étude et de fonctionnement divers du projet pendant les 4 ans précédant l’ouverture.

La Philharmonie des enfants a également été aidée par l’État (ministère de la Culture), la Région Île-de-France et la Ville de Paris, tandis que les Amis et la Fondation de la Philharmonie soutenaient toute la phase de préfiguration.

Ce modèle original d’ingénierie culturelle se poursuivra au-delà de l’ouverture au public. En effet, c’est la filiale Philharmonie des enfants qui gérera le lieu, renouvellera ses contenus et promouvra son développement en France et à l’international. « Nous souhaitons beaucoup de Philharmonies des enfants en régions et à l’étranger annonce Thibaud de Camas.

  • Un modèle parfaitement adapté pour un déploiement national et international

Le modèle de la Philharmonie des enfants sera proposé à des collectivités territoriales en France, en partenariat le cas échéant avec des acteurs privés, mis également à l’international.

Ces duplications en France ont pour but d’élargir le projet à l’échelle nationale pour toucher un plus large public, en particulier dans les régions qui souhaitent compléter l’offre existante d’équipements dédiés à l’éducation culturelle et artistique des plus jeunes.

La Philharmonie des enfants en assurera l’ingénierie culturelle de création et proposera un accompagnement muséographique dans la durée. Ces parcours dupliqués pourront si nécessaire, afin de s’adapter aux spécificités locales, s’articuler avec des offres d’ateliers opérées par les collectivités.

Par ailleurs, la demande d’éducation artistique et culturelle ou de « divertissement intelligent » connait un développement important dans de nombreux pays. Une proposition comme celle de la Philharmonie des enfants dispose d’un fort potentiel à l’international.

Si la duplication du parcours dans sa globalité et sa cohérence est à rechercher en priorité, plusieurs formats pourront néanmoins être étudiés, jusqu’à l’essaimage de certaines des installations seulement.

Les futures duplications de la Philharmonie des enfants à l’étranger intègrent le principe de rémunération du concept et de la marque.

Qui a fait quoi ?

Scénographie et design : Constance Guisset Studio
Constance Guisset, Thomas Larbain
Graphisme: Agnès Dahan Studio
Agnès Dahan et Raphaëlle Picquet
Lumière : Aura
Vyara Stefanova, Julia Kravtsova Levée, Mathilde Camoin
Acoustique : meta | atelier acoustique
Clément Guerini-Gross
Audiovisuel et dispositifs numériques :
Buzzing Light et Cadmos
Guillaume Jacquemin, Roman Hatala.

SOURCE: Philharmonie de Paris (CP et DP)

PHOTOS: Philharmonie de Paris

Date de première publication: 29/09/2021

La Philharmonie de Paris / Cité de la Musique est membre du CLIC France

Partager :

Laisser un commentaire