Pour la première tournée de son musée mobile, la région Ile de France combine art contemporain et numérique

Partager :

Présentée à la presse le 12 décembre 2013, le musée passager, structure itinérante de promotion de l’art contemporain, a démarré sa tournée de l’Ile de France le 5 avril 2014. Une première étape très influencée par le numérique, en matière de programmation mais également de médiation. 

musee passager banner programme 2014

Faciliter l’accès des Franciliens à la culture est l’un des grands objectifs que s’est fixés la Région. Cette volonté est devenue encore plus le 5 avril avec le démarrage de la tournée régionale d’un musée pas comme les autres : le Musée passager.

Particularité de cette initiative, elle est itinérante, investissant ici les abords d’un centre commercial, là une sortie de RER. Pour ses initiateurs, « l’art contemporain ne connaît ni limites, ni frontières, il doit sortir des murs, quitter les lieux «officiels», pour aller à la rencontre du public et transformer le quotidien ». Ambition du projet: «Permettre à un public qui ne fréquente pas forcément les musées de découvrir l’art contemporain».

De 2014 à 2017, le musée passager parcourra ainsi 25 villes d’Île-de-France dans lesquelles il restera une quinzaine de jours. Pendant ces quatre années, il présentera des œuvres appelées à changer régulièrement.

4 étapes 2014 très numériques

Pour 2014, 4 étapes sont d’ores et déjà annoncées: Saint-Denis (93) du 5 au 20 avril, Évry (91) du 26 avril au 11 mai, Mantes-la-Jolie (78) du 17 mai au 1er juin, et Val-d’Europe (77) du 7 au 22 juin.

Sous l’intitulé « L’horizon nécessaire », cette première édition explorera l’avenir d’un monde actuellement bouleversé par l’outil numérique. Elle va investir plusieurs champs de création (arts plastiques, performances, musique) et plusieurs univers (street art, création numérique, musique électronique). La programmation a ainsi pour objet de promouvoir les formes qui sous-tendent une réflexion renouvelée par les nouvelles technologies.

(c) Marie Gaillard
(c) Marie Gaillard

Sur ce thème, le musée accueille des œuvres d’art contemporain largement inspirées par les nouvelles technologies : photographies, vidéos, mobiles animés, collages et incrustations numériques, et installations « à réalité augmentée », c’est-à-dire où des applications numériques permettent de faire évoluer les images proposées à l’œil, et à la réflexion.

Une vingtaine d’œuvres au total, où des artistes confirmés comme Bill Viola, actuellement au Grand Palais à Paris, du peintre anglais David Hockney ou Elias Crespin cohabitent avec la photographe Valérie Belin, le peintre figuratif Youcef Korichi, Maud Maffei, dont le travail est à la croisée du dessin, de la vidéo et de la sculpture, l’artiste chinois Yang Yongliang ou encore Shuck One, l’un des premiers graffeurs français et d’autres grands noms de l’art contemporain qui ont tous en commun de travailler autour de la question du numérique.

Pour faciliter la médiation, huit médiateurs peuvent accueillir les groupes, notamment des écoles. « C’est par la fascination du numérique que les jeunes peuvent entrer dans la démarche », affirme Sophie dans le journal La Croix, l’une des médiatrices, équipée d’une tablette numérique.

musée passager

Eco-responsabilité et interactivité

La structure de 150 m² dont la création et l’organisation ont été confiées aux Ateliers Frédéric Laffy et à l’architecte Philippe Rozzotti dans une démarche d’éco-conception. «La structure est modulaire et peut être contenue dans deux containers. L’idée est qu’il soit démontable en six heures par une équipe de trente personnes ».

Le musée mobile associe une galerie d’exposition et un espace de vie, où les visiteurs peuvent se détendre, échanger, s’asseoir autour de tables interactives sur lesquelles sont présentées des vidéos d’artistes et des photographies. Ces tables reprennent symboliquement le design de la caisse de protection et de transport d’œuvres d’art.

«C’est un lieu ouvert, avec une terrasse sans portes qui invite tout le monde à entrer dans les galeries intérieures», explique Laetitia Maffei, co-commissaire du projet.

Des concerts, des ateliers de street art et de pratiques artistiques diverses seront également proposés dans les villes participantes.

Une initiative carrefour …

Par cette initiative, la Région Île-de-France souhaite fédérer les acteurs du territoire, professionnels, partenaires locaux, associations, établissements scolaires, universités, collectivités locales et acteurs économiques, dans le cadre d’une manifestation culturelle régionale entièrement gratuite et à large visibilité.

Afin de toucher un maximum de public, le Musée passager s’installera dans des lieux de passage importants et spontanés, où se croisent toutes les catégories sociales : une sortie de RER, la place principale de la ville, aux abords d’un centre commercial, etc.

… et participative

La dimension participative occupe une place importante et valorise l’implication de jeunes en insertion, de bénévoles et de jeunes étudiants. Le Musée passager invite ainsi les artistes, médiateurs, professeurs, étudiants, lycéens, en formation professionnelle, retraités à devenir messager du Musée passager ! (informations sur la page du site)

Pour sa première étape, le Musée Passager s’est installé sur le parvis de la basilique de Saint-Denis. «Le parvis est un lieu de passage, pour ceux qui entrent ou sortent du métro, pour les enfants des écoles, pour les paroissiens et les visiteurs de la nécropole royale, tout ce qui s’y passe est intéressant», a commenté le P. Robert Phalip, ancien curé de la cathédrale dionysienne.

Plus de 10 000 visiteurs sont attendus d’ici au 22 juin, dernière étape de la tournée 2 014 à Val-d’Europe.

Entièrement gratuit pour les communes accueillantes et pour les visiteurs, l’opération représente pour la Région un investissement de 500 000 € (200 000 pour la structure itinérante, 50 000 pour les œuvres, en majorité prêtées, et 250 000 pour le fonctionnement annuel).

Le modèle économique devrait faciliter le succès de ce projet et faire oublier l’échec du «musée mobile» tenté par le centre Pompidou en 2009, et abandonné pour des raisons financières.

  • du 5 au 20 Avril 2014 : Saint-Denis
  • du 26 Avril au 11 Mai 2014 : Evry
  • du 17 Mai au 1er Juin 2014 : Mantes-la-Jolie
  • du 7 au 22 Juin 2014 : Val d’Europe

Site web du Musée passager et programmation

Twitter @MuseePassager facebook

SOURCES: iledefrance.fr, la-croix.com, leparisien.fr

date de première publication: 12/04/2014

Partager :

Laisser un commentaire