Le premier encan en ligne du Musée des Beaux Arts de Montréal a permis de récolter près de 100 000 euros

Partager :

La pandémie ne permet pas à la Fondation du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) d’organiser les traditionnels événements-bénéfice qui assurent la survie du MBAM. Qu’à cela ne tienne, elle a décidé de lancer « Ceci n’est pas un bal », son premier encan philanthropique virtuel, organisé du 5 au 12 novembre 2020. Soutenu par RBC Banque Royale, l’événement web a permis de verser au musée près de 100 000 euros qui lui permettront de continuer à remplir sa mission artistique et sociale.

Des œuvres d’art et des expériences exclusives ont été mises aux enchères en ligne du 5 au 12 novembre 2020, dans le cadre de l’opération « Ceci n’est pas un bal », mais bien une occasion unique de soutenir son musée.

  • Un encan original signé Fondation du MBAM

Trois catégories de lots ont fait le bonheur des amoureux de l’art.

. La première mettait en vente des œuvres réalisées par des artistes contemporains québécois et canadiens. Celles-ci ont été expressément sélectionnées par Sylvie Lacerte, conservatrice de l’art québécois et canadien contemporain au MBAM. Le public avait ainsi la chance de mettre la main sur des pièces prisées des collectionneurs – des œuvres de Pierre Dorion, de Stéphane La Rue, de Caroline Monnet et de Nadia Myre, par exemple.

Les artistes et galeristes participants seront payés pour les achats d’œuvres au prix du marché. Seul le montant excédentaire sera donc versé à la Fondation du MBAM.

. La deuxième catégorie mettra en vedette des expériences uniques et riches en émotions. Ceux et celles qui sont à la recherche d’activités inédites pourront entre autres miser sur une fastueuse nuit pour deux avec repas gastronomique au cœur d’une des salles du Musée, un voyage de pêche inoubliable dans le lac Mabille avec transport en hydravion, ou encore un séjour VIP au Château Frontenac, à Québec, avec transport en hélicoptère.

. La troisième catégorie sera composée de lots symboliques dont les profits seront entièrement dédiés au Musée afin de soutenir la mission de l’institution et d’assurer sa pérennité. Par exemple, un donateur pourra parrainer la restauration d’une œuvre importante de la collection encyclopédique du MBAM ou une activité de la Direction de l’éducation et du mieux-être, comme un atelier conçu pour une classe du primaire ou une conférence animée par un expert invité à l’auditorium Maxwell-Cummings.

  • Lots dédiés au Cercle des Jeunes philanthropes du MBAM

Présenté par Hatch, un ensemble d’œuvres contemporaines sélectionnées par Sylvie Lacerte était réservé aux membres du Cercle des Jeunes philanthropes (CJP).

Cette section de l’encan, dont les œuvres ont des mises de départ plus accessibles, « était idéale pour faire une première acquisition ou bonifier une collection en devenir ».

Devenez membre du CJP (40 ans et moins) : mbam.qc.ca/fr/cercles-philanthropiques/cercle-des-jeunes-philanthropes/

  • Les dons au service de la mission du MBAM

La générosité du public est vitale au maintien et au développement des activités du Musée. N’étant pas un musée d’État, mais un organisme à but non lucratif, le MBAM autofinance plusieurs des programmes de son budget de fonctionnement annuel, notamment grâce à la contribution de sa Fondation.

60% du budget du musée est apporté par ses ressources propres: billetterie, boutique, mécénat individuel et philanthropie.

Les profits nets de l’encan vont donc contribuer entre autres à soutenir la mise en valeur de la collection, la présentation des grandes expositions et le développement de nombreux programmes éducatifs et de mieux-être.

  • 100 000 euros de recettes nettes

Le 17 novembre, la Fondation du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) a annoncé que le premier encan philanthropique virtuel « Ceci n’est pas un bal » avait dépassé les objectifs fixés.

Grâce aux généreuses contributions de précieux donateurs, ces toutes premières enchères en ligne ont permis d’amasser plus de 215 000 $ de revenus. Comme l’un des objectifs était de mettre en vente des œuvres réalisées par des artistes québécois et canadiens et de payer celles-ci aux artistes et galeristes participants au prix du marché, le bénéfice net de ce premier encan s’élève à 115 000 $ (90 000 euros) et a permis de vendre 20 œuvres d’art à des amateurs et collectionneurs heureux.

Plus de 100 personnes ont misé sur plus de 70 lots composés d’une sélection d’œuvres d’art d’artistes et des expériences exclusives au Musée et à travers le Québec afin d’encourager l’écosystème artistique et l’économie locale.

« Rappelons que cette nouvelle facette du traditionnel bal annuel du MBAM se voulait un levier financier additionnel et vital qui contribuera à permettre au Musée de poursuivre sa mission artistique et sociale si essentielle à la société, particulièrement dans le contexte actuel de la pandémie ». La Fondation MBAM.

Bien que l’événement philanthropique virtuel soit clos, ceux et celles qui souhaitent contribuer à la campagne annuelle de la Fondation du MBAM ont toujours la possibilité de le faire. Rendez-vous sur votreoeuvre.ca pour découvrir les différentes manières de soutenir votre Musée.

À propos du Musée des beaux-arts de Montréal

Avec plus d’un million de visiteurs par année, le MBAM est l’un des musées les plus fréquentés au Canada et en Amérique du Nord. Ses expositions temporaires aux scénographies originales croisent les disciplines artistiques (beaux-arts, musique, cinéma, mode, design) et sont exportées aux quatre coins du monde, tandis que sa riche collection encyclopédique, répartie dans cinq pavillons, comprend l’art international, les arts du Tout-Monde, l’art contemporain, les arts décoratifs et le design, ainsi que l’art québécois et canadien. Le Musée a connu une croissance exceptionnelle au cours des dernières années avec l’inauguration de deux nouveaux pavillons et d’une nouvelle aile : le pavillon Claire et Marc Bourgie en 2011, le pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein en 2016, et l’aile Stéphan Crétier et Stéphany Maillery dédiée aux arts du Tout-Monde en 2019. Le complexe du MBAM est par ailleurs doté d’une salle de concert de 460 places, la salle Bourgie, ainsi que d’un auditorium et d’une salle de cinéma. Le MBAM est en outre l’un des plus importants éditeurs canadiens de livres d’art en français et en anglais diffusés à l’international. Enfin, le Musée abrite l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière, le plus grand complexe éducatif dans un musée d’art en Amérique du Nord, qui permet la mise en œuvre de projets innovants en éducation, en mieux-être et en art-thérapie

SOURCE: MBAM

PHOTOS: Lots Oeuvres d’art. De gauche à droite : Nadia Myre, Slit, de la série « Scarscapes 2 », 2017, édition de 5, impression numérique sur papier Hahnemühle | Stéphane La Rue, Vraisemblance 2, 2015, teinture sur bois | Pierre Dorion, Office II, 2015, aquarelle sur papier Arches | Caroline Monnet, Vade Mecum, 2020, édition ⅖, impression en relief sur papier Arches. Lots Expériences. De gauche à droite : MBAM, photo © Marc Cramer | Photo pourvoirie Mabille | Photo Château Frontenac. Lots symboliques. De gauche à droite : Alfred Laliberté, Baiser à l’art, avant 1940, plâtre patiné. MBAM, don de M. Jean-Pierre Valentin | MBAM, photo © Mikaël Theimer (MKL) | Valérie Blass, She Was a Big Success, 2009, polystyrène, bois, cheveux synthétiques, peinture vinylique. MBAM, achat, Programme d’aide aux acquisitions du Conseil des arts du Canada et don de Nick Tedeschi

PHOTO du carousel: une des salles du MBAM photo © Marc Cramer

Date de première publication: 18/11/2020

Partager :

Leave a Comment