Québec : des médecins pourront bientôt prescrire des visites au Musée des beaux-arts de Montréal

À compter du 1er novembre 2018, les membres de Médecins francophones du Canada (MdFC) pourront prescrire à leurs patients des visites au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Adjuvant aux traitements conventionnels, ces ordonnances médicales inédites permettront aux patients et à leurs proches (famille et aidants) de profiter des bienfaits de l’art sur la santé dans le cadre de visites gratuites. Une première dans le monde  !

Ce projet collaboratif particulièrement novateur entre le MBAM et Médecins francophones du Canada (MdFC), qui regroupe quelques milliers de membres pratiquant majoritairement dans la grande région de Montréal, consolide les liens entre le milieu médical et muséal. L’initiative est la première en son genre dans le monde.

De gauche à droite : Michel de la Chenelière, président, Fondation de la Chenelière, et mécène, MBAM ; Dre Johanne Blais, membre du conseil
d’administration, Médecins francophones du Canada (MdFC) ; Dre Hélène Boyer, vice-présidente, MdFC ; Nathalie Bondil, directrice générale et
conservatrice en chef, Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) ; Dre Diane Poirier, présidente, MdFC ; Nicole Parent. Directrice générale, MdFC ; et
Thomas Bastien, directeur de l’éducation et du mieux-être, MBAM. Photo : Pierre Longtin.

Le nouveau programme Prescriptions muséales MBAM-MdFC s’ajoute à l’éventail d’outils de traitement
et d’intervention du médecin. Il rend les visites au Musée accessibles à des milliers de patients souffrant de divers problèmes de santé physique et mentale.

« Je suis persuadée qu’au XXIe siècle la culture sera pour la santé ce que le sport a été XXe siècle. L’expérience culturelle contribuera à la santé et au mieux-être, comme la pratique du sport à notre forme physique. Pour les sceptiques, rappelons qu’il y a seulement cent ans, on disait que le sport déformait les corps ou menaçait la fécondité des femmes ! Aujourd’hui, les médecins prescrivent l’exercice : ils peuvent maintenant prescrire la visite au MBAM. Nous sommes très fiers de ce projet-pilote visionnaire, une première, en partenariat avec les Médecins francophones du Canada », explique Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, qui appelait de ses vœux cette initiative depuis 2016.

Interview de la directrice du Musée des beaux arts de Montréal, Nathalie Bondil, sur le site web du Monde:

Les Prescriptions muséales contribuent au mieux-être et au rétablissement de ces personnes en leur offrant un accès gratuit à un lieu sécuritaire et bienveillant, une expérience enrichissante et relaxante, un moment de répit, ou encore l’occasion de resserrer les liens avec leurs proches.

Dans une première phase du projet, les médecins participants pourront prescrire jusqu’à 50 ordonnances pour une visite des collections et expositions du MBAM lors de leurs consultations (chacune valable pour un maximum de deux adultes et de deux enfants de 17 ans et moins). Pour prendre part à ce programme, les membres de MdFC sont invités à s’inscrire sur le site web de l’association.

« Médecins francophones du Canada favorise une médecine de qualité à valeurs humaines, axée sur le bien être physique et mental de chaque individu. Reposant sur une approche de santé globale, le programme Prescriptions muséales s’inscrit parfaitement dans une volonté de nous investir auprès de nos patients dans
le respect de leur individualité et leur humanité. Il s’agit d’un projet-pilote novateur qui, nous l’espérons, s’étendra à l’ensemble du pays », affirme pour sa part la Dre Diane Poirier, présidente de MdFC et chef de service des soins intensifs de l’Hôpital Honoré-Mercier du CIUSSS de la Montérégie-Est.

« Je suis fière que ce programme voie le jour. De plus en plus d’études le démontrent : le contact avec les œuvres d’art a un réel impact sur l’état de santé physique et mentale de la population. Je suis convaincue que mes patients seront heureux de profiter d’une visite au Musée pour apaiser leurs souffrances, et ce, sans aucun effet secondaire », ajoute la Dre Hélène Boyer, vice-présidente de MdFC, responsable du groupe de médecine familiale au CLSC Saint-Louis-du-Parc, et professeure associée au département de médecine familiale de l’Université McGill.

Projet pilote lancé en 2017

Le programme Prescriptions muséales s’inscrit dans la foulée d’un autre projet-pilote. Lancé en 2017 en partenariat avec la Dre Asmae Boutaleb, celui-ci se base sur un questionnaire et un protocole d’accueil pour recommander des séances d’art-thérapie à certains patients. Ces activités de groupe adaptées à leurs états de santé et pathologies sont offertes au Musée.

L’art fait du bien ! L’expérience artistique et le contact avec des œuvres d’art ont des effets positifs sur la santé et le mieux-être, comme en témoignent de nombreuses études colligées par Pedro Mendonça dans Impacts favorables des arts sur la réussite éducative des jeunes et dans diverses sphères de la société (Conseil des arts de Montréal).

Celles-ci stipulent notamment que les arts améliorent la connectivité neuronale sous-tendant la résilience psychologique ; qu’ils ont une influence positive sur l’attention et la mémoire de travail ; et qu’ils favorisent la détente, la relaxation et une activité neuronale plus développée et complexe.

Le MBAM, pionnier et acteur majeur dans le domaine du mieux-être par les arts

Le MBAM est devenu un véritable laboratoire de recherche destiné à mesurer scientifiquement les effets de l’art sur la santé : 10 études cliniques sont en cours.

Ces projets de recherche sont supervisés par le comité Art et Santé du MBAM, présidé par Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec. Créé en 2017, à l’initiative de Nathalie Bondil, il se compose de 16 experts des milieux de la santé, de l’art-thérapie, de la recherche, des arts et de la philanthropie.

Le Musée imagine de nouvelles avenues curatives alliant l’expérience artistique à une approche
thérapeutique et holistique. Fort de l’expertise des membres de son équipe de la Direction de l’éducation
et du mieux-être (DEM) – comptant un art-thérapeute à temps complet (une première dans un musée) –,
il met en place de nombreux programmes développés in situ en collaboration avec des médecins, des
chercheurs universitaires et des professionnels du milieu hospitalier.

Ces projets s’adressent, par exemple, à des personnes vivant avec des troubles alimentaires – tels que
l’anorexie et la boulimie –, une déficience intellectuelle, des troubles du spectre de l’autisme (TSA), de
l’arythmie cardiaque, l’épilepsie, la maladie d’Alzheimer, des troubles langagiers ou sensoriels, des
problèmes de santé mentale, ainsi qu’à des victimes du cancer du sein et des personnes âgées.

Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière

Avec l’inauguration de l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière, en 2016, le Musée a amplifié ses actions engagées dans le domaine du mieux-être et de la santé. Grâce à ses espaces dédiés à l’art-thérapie et à son cabinet de consultation, ce carrefour offre un cadre de pratique inédit aux professionnels du monde médical et communautaire.

Le MBAM participe notamment à la formation de futurs médecins en offrant à des étudiants de la Faculté de médecine de l’Université McGill des ateliers d’observation d’œuvres visant à affiner leurs capacités interprétatives.

Une des salles du musée dédiée à l’art-thérapie

Le MBAM remercie son grand mécène, Michel de la Chenelière, qui encourage le développement de
l’éducation et de l’art-thérapie entre ses murs pour en faire un pôle majeur. Le programme Art-thérapie et mieux-être Rossy du Musée bénéficie du soutien essentiel de la Fondation de la famille Rossy. Le Musée
remercie également Cynthia Shewan pour son appui au programme.

À propos du Musée des beaux-arts de Montréal

Avec 1,3 million de visiteurs par année, le MBAM est l’un des musées les plus fréquentés au Canada. Il se classe au 8e rang des musées les plus visités en Amérique du Nord. Ses expositions temporaires aux scénographies originales croisent les disciplines artistiques (beaux-arts, musique, cinéma, mode, design) et sont exportées aux quatre coins du monde, tandis que sa riche collection encyclopédique, répartie dans cinq pavillons, comprend l’art international, les cultures du monde, l’art contemporain, les arts décoratifs et le design, ainsi que l’art québécois et canadien. Le Musée a connu une croissance exceptionnelle au cours des dernières années avec l’inauguration de deux nouveaux pavillons : le pavillon Claire et Marc Bourgie, en 2011, et le pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, en 2016. Le complexe du MBAM est par ailleurs doté d’une salle de concert de 460 places, la salle Bourgie. Le MBAM est en outre l’un des plus importants éditeurs canadiens de livres d’art en français et en anglais diffusés à l’international. Enfin, le Musée abrite l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière, le plus grand complexe éducatif dans un musée d’art en Amérique du Nord, qui permet la mise en œuvre de projets innovants en éducation, en mieux-être et en art-thérapie. mbam.qc.ca

SOURCE: Musée des beaux-arts de Montréal (communiqué de presse)

Photos: Musée des beaux-arts de Montréal

Date de première publication: 29/10/2018

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Depuis la fin septembre 2018, le musée des Beaux-Arts de Montreal fait son Cinéma !

Des prototypes tactiles permettent aux visiteurs malvoyants de percevoir les couleurs dans un tableau du musée des Beaux Arts de Montréal

Jeudi 3 mai 2018 à 17h : Webinar CLIC France avec le musée des Beaux-Arts de Montréal

jeudi 3 mai 2018 à 17h : Webinar CLIC France avec le musée des Beaux-Arts de Montréal

Le Musée des Beaux-Arts de Montréal lance avec Ubisoft une nouvelle application destinée aux groupes scolaires

Laisser un commentaire