Du 3 au 13 juillet 2017, le Parc de découverte des océans de Brest, Océanopolis, et l’Institut de Recherche Technologique (IRT) B<>com ont expérimenté pour la première fois, avec le public, une plongée collective en réalité virtuelle. L’expérience immersive « The Virtual Arctic Expedition » destinée à faire comprendre l’évolution du climat de l’océan Arctique était l’occasion de tester des développements inédits de la réalité virtuelle et de préparer ainsi la nouvelle animation qui verra le jour en 2018 à Océanopolis.

Bcom-arctic-expedition-bandeau_banner

Vue subjective © Océanopolis

Un événement inédit pour sensibiliser le public à la cause marine

Pendant 10 jours, des centaines de visiteurs d’Océanopolis ont été invité à tester une plateforme de réalité virtuelle développée pour l’occasion et participer à une étude de satisfaction pour évaluer l’expérience. Par groupe de 4, équipés de casques de réalité virtuelle, les visiteurs volontaires ont pu découvrir les fonds marins de l’Arctique, normalement inaccessibles pour l’Homme. A 20 mètres de profondeur, les plongeurs virtuels ont pu « se déplacer » dans un environnement marin en 3D et interagir librement avec la faune et la flore.

ocena

© B-com

L’objectif de cette démarche ? Sensibiliser les visiteurs aux enjeux liés à la préservation des océans ainsi qu’aux effets du dérèglement climatique sur les écosystèmes marins. En étroite collaboration avec des experts du CNRS, B<>com et Océanopolis ont imaginé cette animation présentant le plus fidèlement possible l’état du milieu marin arctique d’aujourd’hui et tel qu’il pourrait l’être demain.

En effet, le contenu proposé plonge les visiteurs dans l’océan Arctique de 1950, une période où le changement climatique avait encore peu impacté la vingtaine d’espèces animales et végétales rencontrées. L’objectif pour 2018 est d’enrichir les scénarios de nouvelles données afin de plonger le visiteur dans l’environnement arctique en 2100 pour le sensibiliser aux problématiques du réchauffement climatique. La technologie de réalité virtuelle, semblait pour le Centre marin, le meilleur moyen pour « toucher » le public.

 « Dans le cadre de notre mission de médiation scientifique, nous avons à cœur de transmettre des informations scientifiques accessibles à nos visiteurs. L’utilisation de la réalité virtuelle nous est apparue comme un moyen performant de vulgariser le sujet complexe du changement climatique. » affirme Stéphane Maby, Directeur délégué d’Océanopolis.

Une expérience collective de réalité virtuelle 

ocena

© B<>Com

A la différence des contenus et dispositifs actuels de réalité virtuelle qui s’expérimentent le plus souvent de manière solitaire, le dispositif « The Virtual Arctic Expedition » annonce la fin de l’immersion individuelle. L’exploration des fonds marins se fait effectivement par groupe de quatre aventuriers qui vivent l’expérience de manière simultanée et peuvent interagir entre eux.

Cette phase de tests en situation a permis à la société de réalité virtuelle b<>com de mesurer l’acceptation psychologique et physiologique des participants pour améliorer le dispositif prévu pour 2018.

« Nous sommes ravis du partenariat avec les équipes et le public d’Océanopolis avec qui nous concevons une attraction d’un nouveau genre. La réalité virtuelle représente une technologie formidable pour la médiation scientifique. Nous l’appliquons aujourd’hui aux contenus ludo-éducatifs mais nous visons par ailleurs de nombreux secteurs professionnels comme la santé ou l’industrie », explique Bertrand Guilbaud, Directeur Général de B<>com.

L’expérimentation « The Virtual Arctic Expedition » a mobilisé de nombreuses compétences pour aboutir à une expérience réaliste :

. des interactions naturelles avec les entités virtuelles grâce à l’intelligence artificielle (« si les poissons s’approchent de manière curieuse mais prudente d’un être humain calme, ils risquent de fuir devant de grands gestes rapides« , B<>com),

. une expérience collaborative qui permet aux plongeurs de se voir et d’interagir en immersion,

. une échelle de un pour un (chaque mètre effectué dans la salle d’expérimentation correspond à un mètre dans le contenu en réalité virtuelle)

. et une bande audio réalisée en son spatialisé.

arctic-virtual-expedition-oceanopolis

© B<>Com

Un modèle économique à tester

Au-delà de l’appétence du public pour les expériences de réalité virtuelle, l’expérimentation permet également de tester l’acceptation physiologique et psychologique des participants. Comme l’explique B<>com: « les expériences de réalité virtuelle peuvent chez certaines personnes générer un état de cinétose (proche du mal de mer !) lié à un conflit entre les informations de mouvement perçues par le cerveau et les informations remontées par les autres sens. Pour éviter tout inconfort, les équipes b<>com ont travaillé, tant au niveau technique que sur la scénarisation pour garantir un résultat optimal en termes de fluidité et de réactivité des dispositifs techniques ».

De plus, durant l’expérimentation, les participants sont équipés d’un capteur (sous forme de montre) qui permet de mesurer leurs réactions physiologiques : rythme cardiaque, conductivité électrodermale…

Au terme de l’expérimentation, les participants sont invités à remplir un questionnaire pour évaluer leur ressenti. Ces données d’usages permettront aux équipes b<>com de valider et d’ajuster les technologies et contenus. Ces données permettront également à b<>com et ses partenaires de nourrir la réflexion sur le modèle économique de la réalité virtuelle.

« On travaille à la fois sur les aspects physiologiques, le confort du visiteur, et la compréhension du message qui lui est délivré. Avec l’objectif de corriger ce qui peut l’être, pour déployer le dispositif dans un an » explique au Télégramme de Brest Bertrand Guilbaud, directeur général de B-Com.

La finalité de cette expérimentation est donc double : non seulement il s’agit de connaître les réactions du public (bonnes comme mauvaises) mais il s’agira aussi et surtout, à terme, de valider le modèle économique de la nouvelle attraction. Dans quel espace l’installer, en libre accès ou non, le prix compris dans le prix d’entrée du Parc ou en supplément, etc. La collaboration entre Océanopolis et B<>com relève pour l’instant d’un partenariat pur, sans engagement de part et d’autre.

L’expérimentation « The Virtual Arctic Expedition » s’inscrit dans des travaux menés conjointement par b<>com, Océanopolisl’ENIBle CERVl’IMT Atlantique et l’ESC Rennes.

L’expérience présentée en juillet préfigure de celle qui sera proposée dans une version évoluée lors du salon IBC d’Amsterdam (du 14 au 19 septembre, Hall 8 – stand G14).

Reportage vidéo (Le Télégramme):


Le Télégramme, « Océanopolis plonge dans la réalité virtuelle »

Du 3 au 13 juillet 2017, plus de 150 personnes se sont prêtées au jeu. Et les retours semblent être très prometteurs.

« Les premières émotions exprimées en sortant sont la surprise et la joie. Et il y a un côté viral : les gens veulent partager l’expérience avec leurs proches et y re-goûter » se réjouit Guillaume Jegou, responsable du laboratoire Usage et Acceptabilité chez B-Com.

L’attraction, dans sa version définitive, devrait ouvrir ses portes à Océanopolis en 2018. Pour suivre l’expérimentation sur Twitter : #VRarcticexpedition

Sources: B<>Com, Océanopolis, Ouest France, Le Télégramme, Realite-virtuelle.com

Date de première publication: 17/07/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Avec MagritteVR, le public peut plonger en réalité virtuelle dans les chefs d’oeuvres du peintre belge

Pour son exposition « Histoire d’ateliers », le Musée Courbet offre une expérience en réalité virtuelle et en réalité augmentée

La Tate Modern intègre la réalité virtuelle dans son exposition rétrospective de l’automne 2017 consacrée à Modigliani

Pour l’exposition Jean Le Moal, le Musée de Valence, art et archéologie propose une application en réalité virtuelle et une soirée en immersion sonore

The Blu: une expérience sous-marine en réalité virtuelle au Musée d’histoire naturelle de Los Angeles