RNCI 12: intervenants de la journée

Plus de 20 professionnels sont intervenus lors de la journée du 4 avril 2012:

Thomas Bijon, Responsable de l’e-publishing, RMNGP

Après une première expérience chez un éditeur multimédia, Thomas Bijon rejoint la RMN en 2000 en tant que coordinateur des productions en ligne au sein du service multimédia. Il a successivement suivit les principales productions Internet de la RMN tels que son commerce électronique, le site « histoire-image.org », les sites des SCN,  les différentes refontes de rmn.fr, les sites évènementiels matissepicasso.org et monet2010.com ou encore le programme des publications scientifiques en ligne.
Depuis 2009 il accompagne les développements de la RMN sur les questions de mobilité et est aujourd’hui responsable de l’e-publishing de la RMNGP.

Pascale Cassagnau, Responsable des fonds audiovisuels et nouveaux médias au Centre national des arts plastiques / CNAP

Pascale Cassagnau est docteur en histoire de l’art et critique d’art, responsable des fonds audiovisuels et nouveaux médias au Centre national des arts plastiques. Elle collabore à Art Press depuis de nombreuses années. Elle est l’auteur de textes sur Chris Burden, James Coleman, John Baldessari, Pierre Huyghe, Dominique Gonzalez Foerster, Matthieu Laurette notamment. Ses recherches portent les nouvelles pratiques cinématographiques, dans leur dialogue croisé avec la création contemporaine. Son essai Future Amnesia – Enquêtes sur un troisième cinéma( Ed Isthme) cartographie ces nouvelles formes filmiques, entre fiction et documentaire. Un pays supplémentaire (Ed Ecole nationale des beaux arts de Paris) porte sur la place de la création contemporaine dans l’architecture des médias. Intempestif, Indépendant, fragile. Marguerite Duras et le cinéma d’art contemporain, est paru aux Presses du réel en 2012. Apichatpong Weerasethakull, Une théorie des objets personnels et un essai sur la place du son dans la création contemporaine, Une idée du Nord, La raison sonore, sont à paraître en 2013.

Christophe Chaffardon, Responsable Education, Cité de l’Espace de Toulouse

Christophe Chaffardon est responsable Education à la Cité de l’espace de Toulouse, où il gère également les projets de développement des outils mobile de visite.

Il est aussi l’auteur de différents ouvrages documentaires et de fiction pour la jeunesse.

Anthony Cocherie, Chargé de communication multi-supports, Les Champs Libres – Rennes

Depuis 2007, Anthony Cocherie gère le développement des supports numériques des Champs Libres et la stratégie de présence sur les réseaux sociaux.
Communication à 360° et travail collaboratif sont au cœur de son action. Il a notamment piloté la mise en place de l’application agenda en webservices permettant de diffuser les événements vers les sites internet (Les Champs Libres, musée de Bretagne et Bibliothèque), leurs versions mobiles, les sites des expositions temporaires, les réseaux sociaux, applications mobiles, système interne d’affichage dynamique et les supports papier.

Christophe Courtin, Responsable du secteur nouvelles technologies, Château des ducs de Bretagne – Musée d’histoire de Nantes

Christophe Courtin a consacré la première partie de sa carrière à la production de films documentaires de création. Il a fondé en 2000 Couak médias, agence de création multimédia.

Il est responsable du secteur Nouvelles Technologies du Château des ducs de Bretagne depuis 2005. Il pilote la production de l’ensemble des programmes audiovisuels et multimédia ainsi que le déploiement du materiel de diffusion au musée d’histoire de Nantes, ouvert en 2007.

Gonzague Gauthier, Chargé de projets numériques (réseaux sociaux, mobilité), Centre Pompidou – Paris

Issus d’une formation en Etudes Culturelles à Lille3, Paris1 et Paris3 et en Arts plastiques à Lille 3. J’ai donné des cours d’Etudes Culturelles à Lille 3 et fait de la recherche sur les identités communautaires et de genre. Je suis au Centre Pompidou depuis 2 ans, après avoir travaillé sur elles@centrepompidou j’ai intégré l’équipe du service multimédia (direction des éditions) où j’ai structuré la stratégie sur les réseaux sociaux et participe à la stratégie d’edition numérique et de l’écosystème numérique global.

Pierre Giner, artiste et auteur de CnapN

Artiste inclassable et facétieux, globe-trotteur impénitent, Pierre Giner a fait des nouvelles technologies, de la vidéo, de la téléphonie mobile, des sites web et des jeux vidéo, son espace d’expression. Ses projets reposent sur des contenus narratifs ou thématiques où information et interactivité, critique et romance, linéarité et discontinuité, sens des lieux, des usages et des situations, s’allient pour déployer le théâtre de la fiction. Il confronte toujours outils technologiques et problématiques contemporaines pour proposer des oeuvres jouant du décalage, de la re-mise en scène et du détournement. Ainsi, bien avant l’interdiction de la cigarette, il imaginait « Ça dure un peu », une cigarette digitale qui se consume d’un clic, un classique du web et de l’art-réseau. Ensuite, il a réalisé « Le bruit des avions », un singulier simulateur de vol en perdition (2002), « keep the distance » (2002-2007), un jeu de voiture hanté par l’imminence de l’accident, « Elsewhere Japan », une dérive urbaine au Japon, paysage visuel et sonore saisie au travers d’un téléphone portable (2003, villa Kujoyama), « Misc_spaces » (2004) un musée virtuel réinventant la collection d’art contemporain du FRAC Champagne Ardennes, « Talksaver », une transcription de la parole live en images pour la biennale de Venise (2005) et « Misc_stories », un dispositif multimédia sur le travail de l’architecte Patrick Bouchain pour le Pavillon Français à la biennale de Venise (2006).

C’est pour célébrer les 20 ans du Festival International de Mode de Hyères qu’il a ramené de Corée le logiciel 3D d’apprentissage de la danse à l’origine de son installation « I-Dance » (2005-2008). Présenté à la Nuit blanche 2007, « I-Dance » est le prototype in progress d’un outil pour VJ’s (les DJ’s de la vidéo) donnant vie à d’inlassables danseurs virtuels. Entre Hongrie et Espagne, Grande-Bretagne et Corée en 2008, ce projet, conçu comme un laboratoire nomade, un lieu de collaboration artistique, se développe avec la contributions des musiciens, chorégraphes, architectes et designers de mode, invités à investir le dance floor idéal. En 2010, Pierre Giner est le commissaire artistique de MuseoGames, dont il a imaginé la scénographie et le concept.
http://www.pierreginer.fr/biographie/

Tiphaine Le Gorju, Directrice de Clientèle, Ipsos MediaCT

Tiphaine Le Gorju est spécialiste en études de marché. Elle a débuté sa carrière chez TNS Sofres, d’abord au Département Télécom où elle a eu l’opportunité de travailler sur les différents grands comptes Télécom (Bouygues Telecom, Orange, SFR…) . Elle rejoint ensuite le département Media (Presse, TV, Web…) de la même entreprise. Après 1 an au développement de la filiale étude d’une Agence de Communication, elle rejoint Ipsos MediaCT en 2011, en qualité de Directrice de Clientèle.

Yves Armel Martin, Directeur Erasme / Museolab

Yves-Armel Martin a fondé et dirige depuis 13 ans le centre d’innovations numériques Erasme. Avec son équipe, il explore pour le compte du Département du Rhône les nouveaux usages du numérique dans les champs de l’éducation, de la culture et des politiques sociales en mettant en œuvre des démarches d’innovation ouverte et de co-conception.
Erasme a mis en place le Museolab, livinglab spécialisé sur le numérique au Musée, en lien avec le Musée des Confluences et co-organisé Museomix.

Niko Melissano, Chargé des réseaux sociaux, Direction du développement et du mécénat, Musée du Louvre

Un long parcours professionnel dévoué au Louvre. Diplômé du CELSA, polyglotte, professionnel du marketing, ancien responsable de la communication et promotion internationale auprès des professionnels du tourisme, Niko est aujourd’hui le Community manager du musée du Louvre, de son Auditorium et du musée Eugène Delacroix.

Jean-Alain Pigearias, Co-fondateur, Cap Sciences – Bordeaux

Co-fondateur de Cap Sciences, centre de culture scientifique, technique et industrielle Bordeaux-Aquitaine, en charge du conseil et ingénierie culturelle.
A développé, depuis 2008, le programme cap-sciences.num (« partager autrement les ressources culturelles, le passage à l’économie numérique »). A engagé le programme INMEDIATS (Innovation, Médiation, Territoires), lauréat des Investissements d’avenir. Ce programme, d’une durée de 4 ans et d’un montant de 31 M€ dont 15 M€
de soutien des I.A., est porté par Cap Sciences au titre d’un consortium de 6 centres de sciences (Espace des Sciences, Bretagne ; Universcience, Île-de-France ; Science Animation, Midi-Pyrénées ; Relais d’sciences, Basse-Normandie ;
La Casemate, Rhône-Alpes. Objectif : expérimenter des médias numériques (Fab Lab, Living Lab, Studio, Navinum, etc.) pour accroître la diffusion et l’impact de la culture scientifique et technique, en particulier auprès des 15-25 ans.

Conxa Rodà, Responsable de la stratégie et de l’innovation , MNAC – Museu Nacional d’Art de Catalunya, Barcelone

Head of Srategy and Innovation at Museu Nacional d’Art de Catalunya (MNAC)
Philologist, has worked in Communication, Publishing and Web architecture for the last 13 years. She has been Director of Communication at Institut de Culture de Barcelone and Head of Digital Projects at the Museu Picasso, among them, the museum’s presence on Social Media, which won an Award at the 2010 Museums & the Web Conference. Co-director of the Postgraduate Course on Museum Management, University Pompeu Fabra. Co-chair of the  Committee Programme of the MuseumNext 2012 Conference.
Linkedin: http://es.linkedin.com/in/conxaroda
Twitter: @innova2

Benoit Villain, Responsable du service des projets éducatifs et culturel du LaM, Lille métropole musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut

Depuis 2008, Benoit Villain dirige la politique de médiation et la programmation culturelle du LaM. Il a occupé des fonctions similaires au Fresnoy – Studio National des arts contemporain de 2004 à 2008 et au Musée d’art moderne de Villeneuve d’Ascq dans le cadre de Lille Capitale Européenne de la Culture en 2004. Benoit Villain est également Commissaire d’exposition indépendant et prépare plusieurs projets pour divers lieux en région parisienne et à Clermont Ferrand. Il travaille également à un projet de revue d’artistes disponible sur smartphone.