Rhizome reçoit 600.000 $ de la Mellon Foundation pour améliorer l’archivage des oeuvres d’art numérique

Rhizome, l’organisme artistique basé à New York dont l’objet est la préservation et la promotion de l’art numérique a reçu une subvention de 600 000 $ de la Fondation Andrew W. Mellon pour financer les derniers développements de son outil d’archivage des oeuvres d’art numérique WebRecorder.

First Look: Real Live Online par Devin Kernny et Lucas G. Pinheiro (Rhizome)
First Look: Real Live Online par Devin Kernny et Lucas G. Pinheiro (Rhizome)

WebRecorder, qui est actuellement en version bêta, permet aux utilisateurs d’archiver numériquement les interactions, les photos et autres contenus, et l’interface de sites Web, en particulier ceux qui utilisent un logiciel complexe basé sur Java, comme Facebook, Instagram, Twitter et YouTube, afin de permettre le stockage des oeuvres d’art en ligne et sur les les médias sociaux.

« En ce moment, la conservation numérique est hors de la portée de la plupart des créateurs. Ils ne le contrôlent pas » explique le directeur général de Rhizome, Zachary Kaplan. « Les gens entendent l’expression«conservation numérique», comme l’archivage des oeuvres faites dans les années 90, mais en réalité notre travail à préserver la création qui se fait aujourd’hui, qui risque d’être perdu dès qu’il est créé ».

rhizome webrecorder

rhizome webrecorder logoWebRecorder est le fruit de l’imagination et du travail du développeur Ilya Kreymer, qui a déjà travaillé sur la Wayback Machine de l’Internet Archive. Rhizome, qui a été impliqué dans la préservation de l’art en réseau depuis 1999, quand il a créé son archive ArtBase, a commencé à collaborer avec Kreymer sur le WebRecorder en 2015. 

La subvention est une bonne nouvelle pour Rhizome qui entre dans sa 20e année d’existence. Il s’agit de la plus importante subvention de l’organisation l’organisme à but non lucratif, dépassant de loin le deuxième soutien, qui était une subvention de la National Endowment for the Humanities d’un montant de 165 000 $, selon le directeur exécutif Zachary Kaplan.

Les autres soutiens de l’organisation, hébergée au New Museum de NYC, comprennent notamment la Fondation Andy Warhol pour les arts visuels, la National Endowment for the Arts, et le Conseil de l’Etat de New York pour les arts.

Avec cette subvention, Kreymer, basé à San Francisco, rejoindra l’équipe de Rhizome à NYC comme un membre de l’équipe à temps plein. L’aide servira également à financer l’embauche d’un deuxième ingénieur logiciel, d’un concepteur, et d’un chef de projet pour compléter l’équipe de conservation, dirigée par le conservateur numérique de Rhizome, Dragan Espenschied.

Des oeuvres numériques déjà préservées

Rhizome a déjà utilisé le prototype de WebRecorder  pour préserver certains projets artistiques numériques sur le site webenact.rhizome.org, dont des œuvres de Brian Droitcour, John RussellConstant Dullaart, Liam Gillick / Nate Silver et Amalia Ulman.

rhizome i link yellow

Rhizome estime que « le nouvel outil présente une amélioration importante par rapport à un logiciel actuel d’archivage, qui a été construit pour conserver les contenus diffusés sur les pages HTML, alors que l’Internet d’aujourd’hui est construit sur des pages dynamiques, tout comme les flux de médias sociaux ».

« Les contenus que nous créons, découvrons et parrtageons en ligne sont souvent tyrès vite perdus, ou sont devenus méconnaissables avec le passage du temps », explique le directeur artistique de Rhizome, Michael Connor sur le site de l’organisation. « WebRecorder, avec sa capacité de capturer et de lire du contenu web dynamique, et l’accent mis sur la mise à disposition des outils aux utilisateurs, est une étape importante vers la résolution de cette problématique, et l’amélioration de la mémoire sociale numérique de chacun. »

La version béta de WebRecorder est disponible en ligne sur le site webrecorder.io.

SOURCE: Rhizome

Date de première publication: 10/01/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

The Wrong, première biennale mondiale d’art numérique uniquement accessible sur le web

Le Deserteur, le premier musée éphémère d’art numérique qui ne se visite que sur un iPad

Le Musée d’art contemporain d’Australie (Sydney) diffuse en ligne sa première commande d’oeuvre d’art numérique

111 111 dollars collectés sur Kickstarter pour financer la création du Musée d’Art Numérique de Zurich

Laisser un commentaire