« Sauvons le Louvre », un serious game proposé par France Télévisions et le musée du Louvre

Ce serious game, gratuit et tout public, invite les internautes à se glisser dans la peau de Jacques Jaujard, directeur des Musées nationaux durant la Seconde Guerre mondiale. Conçu en prolongement du documentaire diffusé sur France 3 le 31 octobre 2014, ce projet associe la direction « nouvelles écritures et transmédia » de France Télévisions, France TV Education, le producteur du documentaire Ladybird Films et le musée du Louvre.

Découvrez les coulisses de ce projet innovant avec l’interview croisée (ci-dessous) de Voyelle Acker, directrice adjointe des nouvelles écritures chez France Télévisions et Florent Maurin, Président de The Pixel Hunt.

sauvons le louvre jeu 1

Depuis le vendredi 24 octobre 2014, les internautes amateurs d’art et d’histoire peuvent se retrouver en 1940 et revêtir le costume de Jacques Jaujard, le directeur des Musées nationaux. Leur mission : sauver du pillage et de la destruction les plus grands chefs-d’œuvre du patrimoine artistique français. Face aux innombrables dangers, chaque joueur doit opérer des choix stratégiques pour protéger les œuvres du Louvre de la convoitise nazie… et rester en vie !

Prolongement ou teasing interactif du documentaire diffusé sur France 3

En parallèle du lancement de ce serious game, France 3 diffuse le documentaire Illustre & Inconnu – Comment Jacques Jaujard a sauvé le Louvre, vendredi 31 octobre à 23h15. Ce film documentaire raconte « comment au cœur de la Seconde Guerre mondiale, dans Paris tiraillé entre félons et alliés, un groupe d’hommes et de femmes s’érigent en protecteurs de notre patrimoine culturel au risque de leur vie. Contre toute attente, ils prévalent. L’improbable épopée orchestrée par Jacques Jaujard a le pouvoir singulier de cristalliser les enjeux éthiques, culturels et politiques d’un épisode méconnu de notre Histoire ».

Ce « documentaire romanesque » bénéficie de la narration de Mathieu Amalric, des témoignages inédits et des séquences d’animation et archives originales. Autant d’ingrédients qui permettent de redonner vie à son personnage central Jacques Jaujard.

Mis en ligne quelques jours avant la diffusion TV, le serious game sauvons-le-louvre.francetveducation.fr joue à la fois le rôle de teaser mais également de prolongement ludique, éducatif et interactif.

Le scénario du jeu

Voici le scénario du jeu raconté par ses développeurs: « Nous sommes en 1940, et vous êtes Jacques Jaujard, le directeur des Musées nationaux. Dans une France en guerre et bientôt vaincue, votre unique préoccupation est de sauver les 4 000 œuvres d’art du musée du Louvre. Les dangers qui guettent ces trésors sont légion : bombardements, pillages, vol par les nazis, autodafés, catastrophes naturelles… À vous de protéger cet inestimable patrimoine culturel, en le dissimulant dans des dépôts de l’ouest et du sud de la France et en évitant, au long de la guerre, toutes les catastrophes qui le menacent. Vous ne pouvez compter que sur votre intelligence, votre ruse et votre courage. Saurez-vous prendre les bonnes décisions, choisir les bons alliés et éviter d’attirer l’attention de vos ennemis, pour mener à bien votre mission ? »

Le gameplay du jeu  

Tout au long de la partie, le joueur alterne entre deux phases, la phase « politique » et la phase « tactique ».

Dans la phase « politique », Jaujard rencontre une série de personnages (employés des musées nationaux, membres de la résistance, officiers allemands etc.). Chacun d’entre eux a des exigences, des besoins ou des requêtes et c’est le joueur qui décide quelle réponse leur apporte Jaujard.  Selon le tour que prend la conversation, le joueur gagne ou perd des points de ressources, qui lui seront utiles dans la seconde phase, dite « phase tactique ».

Dans la phase « tactique », le joueur doit déplacer, au fil de la guerre, les œuvres d’art dont il a la responsabilité entre les différents dépôts de l’ouest et du sud de la France. Mais déménager les plus grands chefs-d’œuvre de la France n’est pas chose aisée, et en temps de guerre, les moyens logistiques peuvent rapidement manquer. Vaut-il mieux envoyer la Joconde à l’autre bout du pays, quitte à ne plus avoir d’essence pour déplacer la Victoire de Samothrace en cas d’incendie ? Faut-il installer des pompes à incendies à Chambord ou un dispositif anti-bombardements à Montauban ? Autant de dilemmes qui seront  plus faciles à trancher si le joueur tire bien son épingle du jeu pendant la «phase politique » et y amasse plus de ressources.

Au terme de la partie, Jacques Jaujard arrive à la fin de la guerre, et le joueur avec lui. À ce stade, c’est le nombre des œuvres qui auront pu être sauvées qui détermine le score. En fonction de ce score, le joueur vit des scènes finales bien différentes :

– pour un score situé entre 10 000 et 12 000 points, le joueur se verra attribuer la Médaille de la Résistance -comme Jacques Jaujard l’a effectivement reçue- pour l’excellence de son travail.

– pour un score entre 7 000 et 10 000 points, il recevra les félicitations du général de Gaulle.

– pour un score entre 4 000 et 7 000 points, André Malraux (alors ministre de l’Information) le recevra pour regretter qu’il n’ait pas su mieux préserver le patrimoine de la France.

– pour un score en dessous de 4 000 points, Jacques Jaujard restera seul, meurtri d’avoir laissé disparaître des siècles de culture dans la folie de la guerre…

Le joueur peut également perdre la partie avant d’arriver à la fin du jeu. S’il collabore trop avec l’occupant, se plie aveuglément aux ordres de Vichy, perd totalement la confiance de ses employés et des Résistants ou gaspille toutes ses ressources, le couperet tombe : Game Over.

Durée totale d’une partie : entre 20 et 30 minutes environ.

sauvons le louvre image 2

Les personnages du jeu 

Jacques Jaujard est le directeur des Musées nationaux. Il s’est notamment fait connaître en co-organisant, pendant la guerre d’Espagne, l’évacuation – et donc le sauvetage – des collections du musée du Prado. Fin août 1939, sentant la guerre inévitable, il déclenche son gigantesque plan d’évacuation des œuvres du Louvre. Quand les troupes allemandes entrent dans Paris, le musée est déjà vide.

Pierre Schommer est un ami proche de Jacques Jaujard. Secrétaire de la Réunion des musées nationaux, il le conseille sur sa stratégie et le seconde dès le début de l’évacuation. Il devient le chef du dépôt du château de Chambord, au centre du dispositif. Dans le jeu, c’est également lui qui explique les règles aux joueurs.

Le comte Franz Wolff-Metternich dirige le Kunstschutz, le service de Protection des œuvres d’art de la Wehrmacht. Professeur et historien, il n’est pas membres du parti nazi et il s’en tient strictement à sa mission de sauvegarde du patrimoine artistique de la France occupée. En s’opposant à la convoitise de sa hiérarchie sur les collections, il devient l’improbable allié allemand de Jaujard.

. Le baron Kurt von Behr dirige, en France, l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR), une unité spéciale de pillage, conçue par le théoricien nazi Alfred Rosenberg. L’ERR s’en prend avant tout aux biens des particuliers juifs. Von Behr sélectionne, collecte et rapatrie en Allemagne les objets qui intéressent en priorité deux collectionneurs compulsifs du Reich : Hitler et son bras droit Hermann Goering. Le grand rêve d’Hitler est d’édifier dans sa ville natale de Linz, un gigantesque musée à sa gloire.

Rose Valland est une attachée de conservation que Jaujard met en poste au Jeu de Paume. Ce petit musée voisin du Louvre est devenu une véritable gare de triage  où transitent toutes les œuvres d’art spoliées par l’ERR. Parlant allemand, espionne le trafic de von Behr et de ses sbires. Elle écrit tout : le nom des œuvres, leur origine, leur destination. Ses notes permettront de retrouver des dizaines de milliers d’œuvres et de le travail de restitution après-guerre.

. Abel Bonnard, ministre de l’Éducation de Vichy et à ce titre supérieur hiérarchique de Jacques Jaujard, est un collaborateur prêt à tout pour satisfaire aux exigences de Goering en particulier, et de l’occupant en règle générale. Le tout, sans prendre en compte l’avis du directeur des Musées nationaux. Dans la lutte entre les deux hommes, les chefs de dépôts sont la clé : c’est grâce à leur soutien indéfectible que Jacques Jaujard ne sera jamais écarté.

Des personnages et une histoire passionnante a découvrir et à revivre en ligne dès maintenant.

Bande annonce du jeu:

QUESTIONS A …  Voyelle Acker, directrice adjointe des nouvelles écritures chez France Télévisions et Florent Maurin, Président de The Pixel Hunt

. Pouvez-vous vous présenter ?

Voyelle Acker: Je suis l’adjointe du Directeur des nouvelles écritures et du transmédia de France Télévisions, Boris Razon, depuis septembre 2011. Auparavant j’ai occupé diverses fonctions, notamment chez France 3 jeunesse.

Florent Maurin: Je suis Président de The Pixel Hunt, mon entreprise a été chargée par Ladybird Films, la société de production qui a produit le documentaire « Jaujard, Illustre et Inconnu », de concevoir un jeu vidéo pour accompagner la diffusion de ce documentaire sur France 3.

. Comment est né ce projet ? 

FM: Le projet de faire un jeu est née d’une idée d’Hélène Badinter, la productrice de Ladybird Films, suite, je crois, à une discussion avec Voyelle Acker et Boris Razon des nouvelles écritures de France télévisions. Puis, nous avons discuté ensemble, avec Véronique Gauvin (qui est aussi productrice à Ladybird), du sujet du film, et nous avons élaboré le scénario précis du jeu.

. Comment le jeu s’articule t il avec le documentaire ? 

FM: Le jeu reprend l’histoire du documentaire, mais avec un parti pris différent : celui de permettre au joueur de « vivre » la situation de Jaujard, en ayant des discussions à couteaux tirés avec ses supérieurs de Vichy, avec les nazis, etc, et en planifiant, pendant toute la guerre, le déplacement et la protection des oeuvres d’Art du Louvre. Le documentaire raconte cette histoire, le jeu permet de se l’approprier en se mettant « à la place de ».

. Quelle a été la coopération avec le musée du Louvre ? 

VA: Nous sommes en coédition avec le Musée du Louvre depuis le début du projet avec apport financier de leur part, en numéraire et en industrie (notamment sur l’iconographie).

. Quel en est le budget ? Quelles en sont les modalités de financement ? Qui en sont les coproducteurs ?

VA: l’enveloppe budgétaire du projet est d’environ 100 000 euros. Ce budget a été pris en charge à 50% par francetv nouvelles écritures et francetv Education. Le financement  a été complété par lr producteur LadyBirds, le CNC et comme indiqué précédemment le Musée du Louvre (à hauteur de 20% environ en numéraire et industrie).

. Qui a conçu et développé le jeu ? 

FM: The Pixel Hunt a conçu le scénario détaillé du jeu et assuré sa réalisation. En tant que game designer, j’ai écrit les règles du jeu, et, en collaboration avec Véronique Gauvin (de Ladybird films), j’ai également écrit les dialogues. Enfin, The Pixel Hunt a engagé un graphiste d’interface (Gaétan Guerrero), un illustrateur pour dessiner personnages et éléments (Art Grootfontein), un musicien (Franck Weber) et des développeurs (l’équipe de Mahi-Mahi) pour développer tout le jeu.

. Le jeu est une production transmédia. Les équipes du documentaire Tv et les producteurs du jeu ont-ils travaillé ensemble ? 

FM: Pas tant que ça, étant donné que nos ne visons pas le même public avec le jeu et avec le doc. Mais nous avons néanmoins eu accès au scénario, puis aux différentes versions du doc, pour nous inspirer et nous assurer que notre proposition de jeu était bien complémentaire par rapport au doc.

. Quelles ont été les principales difficultés de production ? 

FM: La principale difficulté, inhérente à tout jeu vidéo, a été de produire un jeu équilibré, ni trop dur ni trop facile. Cela a demandé une longue phase de tests et de modification des réglages du jeu. D’autre part, la demande de France TV d’avoir un jeu 100% en HTML nous a aussi demandé pas mal de travail pour maximiser la compatibilité du jeu sur les différents devices et navigateurs.

. Le jeu est mono-joueur. C’est un choix délibéré ? 

FM: Personnellement, je ne suis adepte des jeux multijoueurs que lorsque le scénario le justifie. Or, justement, Jaujard a été très seul dans son aventure tout au long de la guerre. Nous nous sommes dit que pour rendre cette réalité, seul un jeu solo était adapté. Sans parler du fait que faire un jeu multijoueur aurait franchement fait grimper les coûts de production !

. Le jeu pourra t il est joué sur tablettes ? version téléchargeable ?

FM: Oui, il est compatible tablettes. Mais non, a priori, il ne sera pas téléchargeable.

. Le projet implique également FTV Education. A-t-il également été conçu pour un usage dans le cadre scolaire ?

FM: En fait, le projet implique grandement FTVE, Samra Lemonnier ayant été au coeur du processus de validation de chaque étape du jeu. Si le jeu n’a pas exactement été conçu pour être utilisé en cours, sa thématique (la résistance et le noyautage de l’administration publique) fait partie des programmes scolaires, et un grand soin a été apporté au respect de la véracité historique.

. Est-ce le premier projet « patrimonial » conçu par la direction nouvelles écritures de FTV ?

VA: Non, nous avons déjà produits de nombreux projets patrimoniaux au sens large du terme tels que :

– des webdocs (le destin des halles de Paris, défense d’afficher, tour Paris 13)

– une pièce de theatre enrichie (theatre sans animaux)

– une collection d’application de musique classique (le carnavalesque des animaux, les 4 saisons d’Antoine, pierre et me loup).

. Avez-vous de nouveaux projets avec des musées ou lieux de patrimoine ?

VA: oui, nous travaillons également sur un projet avec musée national d’histoire naturelle autour du zoo de Vincennes prévu pour début 2015. Le projet se compose d’une application et d’un blog.

. Etes-vous ouvert à des discussions ou des idées venant de lieux culturels ?

VA: Tout à fait, nous sommes déjà en relations régulières avec des lieux tels que la gaité lyrique, le palais de Tokyo, le forum des images ou le berges de Seine. Avec eux, nous souhaitons mettre en place des partenariats événementiels et plus globalement réfléchir à une intégration plus poussée de nos projets et histoires dans l’espace public. Pourquoi pas avec d’autres ?

Rendez-vous le lundi 3 novembre pour la prochaine interview hebdomadaire sur le site du Clic France.

Propos recueillis par mail le vendredi 24 octobre 2014

SOURCES: France Télévisions

Date de première publication: 27/10/2014

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

OFabulis, un jeu sérieux pour faire découvrir 19 monuments français

Le dispositif VanGoYourself place le public au coeur des oeuvres

Application mobile: à la recherche des trésors numériques du Horniman Museum and Garden

Serious game et culture / patrimoine: sélection d’applications et de sites web en France

Atelier 21: « serious game et gamification dans un contexte muséal et culturel » / Compte-rendu

Laisser un commentaire