Les téléphones mobiles déferlent aussi dans les musées chinois et le principal d’entre eux souhaite leur faire le meilleur accueil. Le National Museum of China a lancé des applications et déployé des QR codes dans ses galeries.

Après quelques mois d’expériences d’utilisation du QR code dans ses expositions temporaires, le National Museum of China affiche de très bons résultats.

Durant l’exposition « la nature dans l’art occidental – Chef d’oeuvres du Metropolitan Museum » (février – mai 2013), l’outil QR code a généré plus de 410,000 scans, dont plus de 17 000 pour une seule oeuvre de Van Gogh, la plus scannée de l’exposition.

Mais le QR code n’est que l’un des nouveaux outils numériques déployés dans le National Museum of China.

Comme l’explique au China Daily Huang Chen, directeur du département de l’éducation: « le rapide développement des technologies numériques et intelligentes change nos vies. Elles nous permettent d’apporter à notre public une nouvelle expérience de visite ».

Via le QR code, les visiteurs peuvent accéder à un site internet dédié dans lequel ils trouvent des informations sur l’exposition et sur l’oeuvre et des contenus multimédias.

« En sauvegardant l’adresse du site web sur notre téléphone, nous pouvons retrouver les informations après avoir quitté le musée. Nous pouvons également partager nos impressions et souvenirs avec nos amis via les réseaux sociaux comme Sina Weibo ou Weixin d’un simple clic, » témoigne Wu Li, un visiteur fréquent du musée.

Le rôle majeur des réseaux sociaux

Selon les responsables du musée, les nouvelles technologies doivent à la fois améliorer les services du musée et enrichir l’expérience des visiteurs.

Ainsi, les comptes officiels du National Museum of China sur Sina Weibo et Tencent Weibo (le twitter chinois) affichent plus de 3.8 millions d’amis ou followers depuis leur ouverture en 2010 (4.3 millions pour le Palace Museum).

Le musée utilise également Weixin, le plus célèbre service de messagerie instantanée de Chine, également connu sous la marque WeChat. 6 mois après l’ouverture de son compte Weixin, le National Museum of China a attiré plus de 100,000 amis qui reçoivent non seulement des informations textes mais également des contenus audio gratuits relatifs aux expositions. Sur ce service, les informations présentant l’exposition du Met ont fait l’objet de plus de 160 000 requêtes. Selon le musée, le réseau social a joué un « rôle majeur dans la forte progression de la fréquentation de l’exposition ».

Le musée envisage de développer son offre de services et de contenus sur la plateforme Weixin notamment par des fonctions billetterie.

Selon Huang, les technologies numériques vont contribuer à réduire les coûts du musée. « Dans le passé, nous avons du consacrer beaucoup d’argent à développer ou acheter du matériel audioguide pour accompagner les visiteurs. Aujourd’hui, nous devons seulement nous concentrer sur les contenus qui sont diffusés sur les terminaux ds visiteurs. Les plateformes internet, mobile et réseaux sociaux nous permettent de toucher notre public de manière moins onéreuse. »

Des applications mobiles et un site multilingue

  

Depuis 2009, le musée a par ailleurs développé 5 applications mobiles, sur ios et sur Android:

. une consacrée à son exposition permanente « la voie de la jeunesse », disponible gratuitement sur iTunes (janvier 2013),

. une consacrée à sa collection de « monnaies anciennes chinoises » vendues 1.99 $ sur iTunes (nov 2012),

. une consacrée à sa collection de « jade de la chine ancienne » vendue 1.79 $ sur iTunes (nov 2012), 

. une consacrée à sa collection majeure sur « la Chine ancienne » déployée dans 10 galeries vendue 2.69 $ sur iTunes (nov 2012)

. et une consacrée aux « sculptures bouddhistes » vendue 1.79 $ sur iTunes (oct 2012).

En mai 2013, sur son site web, il a ajouté 3 nouvelles langues (français, allemand et italien) qui viennent s’ajouter aux langues déjà présentes (chinois, japonais, coréen et anglais).

Pour son public chinois, le musée propose également depuis 2 ans, plusieurs expositions virtuelles en ligne utilisant la technologie 3D ainsi que des visites virtuelles des expositions passées.

Le musée a enfin coproduit récemment avec la TV publique nationale CCTV un documentaire 3D de 90 minutes qui fut diffusé le 18 mai sur la chaîne nationale 3D du pays.

Après de longs travaux de rénovation de mars 2007 au décembre 2010, le musée a ré ouvert ses portes en mars 2011 et s’est auto déclaré  « l’un des plus grands musées du monde » doté de 192 000 mètres carrés et de plus de 40 galeries abritant une collection permanente de plus de 1 million d’objets d’arts et accueillant de nombreuses expositions nationales ou internationales.

Sources: National Museum of China, china.org

Date de première publication: 13/06/2013