Superblue installe ses expériences artistiques immersives à New York et à Londres durant l’automne 2021

Partager :

Le duo d’artistes néerlandais DRIFT a lancé une exposition multisensorielle à The Shed, au cœur de New York, tandis que le collectif nippo-britannique Studio Swine s’installe à Londres, dans la salle Burlington Gardens de la Pace Gallery. Quelques mois après l’ouverture de son lieu d’exposition permanent, Superblue déploie aujourd’hui ses ailes.

Moins de 6 mois après l’ouverture de son espace permanent à Miami, Superblue entreprise qui vend des expériences artistiques numériques et non des œuvres réelles, souhaite désormais partir à la conquête du monde, en commençant par New York et Londres, durant l’automne 2021.

Le moment est plus que propice. 18 mois de fermetures continues des lieux culturels et l’overdose d’activités en ligne ont rendu le désir d’expérience artistique en chair et en os plus grand que jamais.

  • Le duo néerlandais DRIFT à Manhattan

Une exposition à grande échelle d’œuvres multisensorielles du duo DRIFT (Lonneke Gordijn et Ralph Nauta) basé à Amsterdam, vient d’ouvrir à The Shed, situé sur la ligne verte, à l’ouest de New York à Manhattan le 29 septembre 2021. 5 expériences immersives, dont des créations inédites ou récemment adaptées, sont présentées à New York jusqu’au 19 décembre 2021.

 

View this post on Instagram

 

Une publication partagée par The Shed (@theshedny)

Superblue et The Shed ont partagé les coûts de production. Les deux partenaires et les artistes se répartiront les bénéfices de la billetterie, 18 à 25 USD – 15.5 – 21.5 euros l’entrée.

L’exposition Fragile Future emmène le public dans un voyage à travers une série d’installations interconnectées – explorant les problématiques de l’environnement et de la planète.

« L’expérience s’ouvre sur une installation lumineuse, Coded Coincidence, dans laquelle le public est hypnotisé par une multitude de lumières chatoyantes, dont les mouvements reflètent le vol des graines d’orme lorsqu’elles sont dirigées par les forces du vent. En soulignant les chemins fortuits et inattendus de ces « graines dansantes », l’installation explore la nécessité et la beauté de la coïncidence et son rôle essentiel dans nos processus naturels et notre évolution. S’évanouissant et tombant au sol, les graines de lumière cèdent la place à Ego, dans lequel un gros bloc constitué de fils lumineux et fins comme des cheveux est suspendu dans les airs. Le bloc se déplace et se transforme au fil du temps, passant d’un rectangle rigide à un plan déformé. L’expérience comprend également la sculpture lumineuse multidisciplinaire Fragile Future, qui fusionne nature et technologie pour créer une vision critique mais utopique de l’avenir de notre planète, dans laquelle deux évolutions apparemment opposées ont conclu un pacte pour survivre ». 

Le public termine son voyage avec, Drifters, une série de films projetés multicanaux. Représentant un portail vers un autre monde, les films « dépeignent un groupe de blocs de béton qui flottent à travers des environnements familiers et imaginaires à New York et ailleurs, traversant une nature luxuriante et des environnements urbains dystopiques à la recherche de leur origine et de leur destination ».

Trailer du film Drifters: 

Drifters – trailer from Sil van der Woerd on Vimeo.

 

L’expérience culmine dans le passage du film au domaine physique, alors qu’un monolithe de béton monumental apparaît, dans une atmosphère de lévitation. Ce monolithe est rejoint par des blocs supplémentaires qui flottent et dansent dans une atmosphère éthérée, en contrepoint avec une bande-son d’ANOHNI.

À certaines dates, Drifters se transformera en une performance immersive surréaliste qui occupera les 1 600 mètres carrés de l’espace McCourt.

Lonneke Gordijn explique « Nous paniquons tous parce que nous ne savons pas comment changer. Mais si vous regardez la nature, et comment la nature change toujours, et comment nous sommes nés pour changer constamment, nous pouvons peut-être nous sentir plus à l’aise et plus confiants que nous sommes censés nous adapter. »

L’exposition Fragile Future, à New York, coïncide avec plusieurs projets majeurs de DRIFT durant l’automne 2021. Une nouvelle expérience multisensorielle, Shylight (titre provisoire), a fait ses débuts en septembre 2021 à Design Miami / Basel, présentée par Superblue et sera visible à Miami jusqu’en 2022, au sein de Superblue Miami. En novembre 2021, une exposition personnelle de la série « Materialism » de DRIFT sera également présentée par Pace Gallery à New York, explorant les matières premières qui composent les objets du quotidien. Le duo DRIFT est représenté à la fois par Superblue et Pace Gallery.

theshed.org/program/217-drift-fragile-future

  • Studio Swine à Londres

Après Miami et New York City, Superblue débarque également à Londres, en octobre 2021. Studio Swine, le duo d’artistes AA Murakami composé de l’architecte japonaise Azusa Murakami et de l’artiste britannique Alexander Groves, a créé une expérience multisensorielle in situ pour un espace temporaire, dans la galerie actuellement occupée par Pace sur Burlington Gardens à Mayfair.

Inspirée de leur œuvre phare New Spring, Silent Fall propose « un bosquet d’automates ressemblant à des arbres libérant des bulles parfumées éphémères qui peuvent être manipulées ».

L’installation immersive se compose d’arbres qui émettent des bulles de brume, qui stimulent l’odorat mais également le toucher et la vision des visiteurs.

« Ce très beau moment immersif », selon les mots du directeur de Superblue, Mollie Dent-Brocklehurst, rappelle l’installation Earth Room de Walter de Maria, présentée à New York depuis 1977.

Exposition Silent Fall à Londres

  • Vendre des expériences et non pas des objets

Superblue est né de PaceX, un projet de collaboration lancé en 2019 entre Mollie Dent Brocklehurst, aujourd’hui PDG de Superblue, et le président et directeur général de Pace Gallery, Marc Glimcher.

Comme le dit Mollie Dent Brocklehurst : « Superblue n’est pas spécialisée dans la vente d’objets d’art, nous vendons des expériences, des billets et des commissions. Quand nous partageons un artiste avec Pace, nous sommes impliqués dans la création de nouvelles œuvres et expositions avec lui, ainsi que dans toutes les nouvelles commandes qu’ils pourraient avoir. Nous préférons partager l’oeuvre avec de nombreuses personnes qui paient chacune un peu pour faire l’expérience, plutôt qu’un collectionneur qui achète le travail et l’enferme dans son jardin ou son sous-sol. Les musées n’ont pas toujours l’espace ou les ressources pour financer ce type d’art, il s’agit donc davantage d’une situation de financement participatif public privé ».

S’appuyant sur ce nouveau modèle tourné vers l’économie de l’expérience. Superblue a ouvert son premier espace permanent dans un énorme entrepôt de plus de 4 500 mètres carrés, dans le quartier d’Allapattah à Miami en mai 2021.

« II est aujourd’hui urgent pour le public de revivre les choses dans le monde réel. Ces expositions immersives sont un moyen pour les visiteurs de renouer avec leurs amis, avec la société, d’une manière ouverte, intéressante et passionnante » explique Mollie Dent Brocklehurst.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si Superblue ne cherche pas activement à créer un lieu permanent à Londres ou en Europe, la jeune société souhaite d’abord « ouvrir plus d’espaces aux États-Unis », avant de se développer en Europe et en Asie.

SOURCES: Superblue, presse

PHOTOS: Superblue, artistes

Date de première publication: 30/09/2021

Partager :

Laisser un commentaire