Covid-19 / Sydney et Allemagne: les biennales jouent leur « survie » en version numérique

Les Biennales de Sydney et Ludwigshafen – Mannheim – Heidelberg passent ou préparent leur passage en version numérique, en proposant des dispositifs de visite virtuelle et des contenus numériques enrichis. Les versions numériques des 2 événements sont maintenant disponibles.

  • Biennale de la photographie contemporaine de Ludwigshafen, Mannheim et Heidelberg

Lancée le 29 février 2020, la biennale de la photographie contemporaine s’offre une seconde vie en ligne.  Les 6 expositions de la biennale sont accessibles sur le site internet de l’événement biennalefotografie.de/en/edition/virtual-tour.



Les expositions majeures de la biennale sont présentées dans cette version numérique de la Biennale 2020.

. « All Art is photography » à la Kunstverein Ludwigshafen

“La photographie a deux relations avec l’art. Elle peut être un art en soi – expressif, subjectif, créatif, inventif. Elle peut être le moyen mécanique par lequel tous les autres arts visuels – de la peinture et de la sculpture à la performance – sont documentés, reproduits et rendus publics ».

Exposition virtuelle : biennalefotografie.de/en/edition/virtual-tour/all-art-is-photography

. « Between Art and Commerce » à Port25 – Space for Contemporary Art

« Si la photographie est une forme d’art, elle n’appartient pas exclusivement au monde de l’art. Elle joue un rôle important dans tous les aspects de la vie et de la culture, et il est inévitable que ceux-ci se chevauchent, qu’ils aient des relations les uns avec les autres, et qu’ils soient aussi en tension les uns avec les autres. À bien des égards, c’est l’acceptation de cette relation complexe entre l’art et le non-art qui a permis à la photographie de devenir pleinement moderne dans les années 20 et 30″.

Between Art and Commerce se penche sur cette situation complexe à travers le travail de plusieurs photographes. Chacun prend une position différente. 

Exposition virtuelle : biennalefotografie.de/en/edition/virtual-tour/between-art-and-commerce

. « Reconsidering Icons » au Museum Weltkulturen

« Nous sommes tous très conscients du phénomène de l’image iconique. Les journaux et les sites web d’information décrivent régulièrement les photographies comme étant « iconiques ». Et si une photographie devient bien connue, les organes d’information sont prompts à en tirer profit en publiant des articles secondaires sur sa notoriété, ce qui ne fait qu’étendre la portée de l’image et sa domination culturelle. C’est une chambre d’écho de l’image, et une salle des miroirs ».

L’exposition « Reconsidering Icons » ne contient aucune image iconique, et pourtant elle en est pleine. Elle rassemble différents projets de ces dernières années qui utilisent des stratégies de remaniement, de révision et de redéfinition. 

Exposition virtuelle : biennalefotografie.de/en/edition/virtual-tour/reconsidering-icons

« When Images Collide » au Wilhelm-Hack-Museum

« La photographie a toujours donné lieu à des images individuelles saisissantes, mais en général, elle a été un moyen de combinaison. Les photographies sont rassemblées pour former des propositions plus grandes et plus complexes sur le monde. Séries, archives, collections, albums, suites, séquences, histoires, récits. »

When Images Collide rassemble une série de pratiques actuelles qui explorent la combinaison d’images. Au centre se trouve la forme diptyque, qui est peut-être la pierre angulaire de tout montage, de tout assemblage d’images. À partir de là, l’exposition évolue dans plusieurs directions, vers le collage complexe sous forme analogique et numérique, vers les utilisations de l’image fixe dans le cinéma et la vidéo et vers la sculpture et l’installation d’images en 3D.

Exposition virtuelle : biennalefotografie.de/en/edition/virtual-tour/when-images-collide

« Yesterday’s News Today » à la Heidelberger Kunstverein

« L’une des principales tâches du XXIe siècle a été de donner un sens au XXe siècle : en ramasser les os et découvrir de petites indications sur ce que nous sommes devenus. Nous passons au crible cette « pile de fragments d’images privées, sur le fond plissé des massacres et des couronnements », dont l’écrivain Italo Calvino a conclu qu’elle était « une photographie vraie, totale ». »

À l’occasion de l’exposition, la Biennale für aktuelle Fotografie se penche sur les archives photographiques de la presse dans la région : « Die Rheinpfalz », « Mannheimer Morgen » et « Rhein-Neckar-Zeitung ». Des tirages analogiques des années 1950-1990 sont présentés, au recto et au verso desquels vous pouvez découvrir les traces de montage, de retouche, de découpage, ainsi que des commentaires de rédacteurs, de directeurs artistiques, de journalistes et de photographes. Les archives sont classées par mot-clé. 

Exposition virtuelle :  biennalefotografie.de/en/edition/virtual-tour/yesterday-s-news-today

« Walker Evans Revisited » à la Kunsthalle de Mannheim

« De tous les photographes célèbres du siècle dernier, celui qui est le plus pertinent aujourd’hui, et celui qui a le plus d’influence, est Walker Evans (1903 – 1975). Certaines de ses images sont parmi les plus connues dans l’histoire du médium. Directes et généreuses, analytiques, mais lyriques, soigneusement composées, mais non forcées, les façons dont il a photographié ont laissé la porte ouverte à d’innombrables autres. »

Exposition virtuelle non disponible

biennalefotografie.de/en/edition/virtual-tour

(Source : Biennale für aktuelle Fotografie, 17/03/20)

  • Biennale de Sydney

Depuis près de 50 ans, la Biennale de Sydney présente certains des arts contemporains les plus dynamiques du monde entier dans des lieux emblématiques de Sydney.

L’exposition de cette année, intitulée NIRIN et signifiant «bord» à Wiradjuri, « dirigée » par des artistes des Premières nations, devait présenter plus de 700 œuvres d’art de 101 artistes et collectifs.

Plate-forme mondiale pour diverses cultures et perspectives, la Biennale réunit normalement des personnes du monde entier, stimulant le dialogue et inspirant le changement. Conformément aux derniers conseils des autorités gouvernementales, la Biennale de Sydney a fermé ses expositions publiques le mardi 24 mars 2020, jusqu’à nouvel ordre.

La Biennale de Sydney a décidé d’ouvrir ses portes en ligne – pour tout le monde, partout dans le monde. En travaillant avec Google, partenaire de longue date de la Biennale, le public du monde entier peut dialoguer avec NIRIN sur la plateforme Google Arts & Culture, mais également sur Youtube et spotify.

La création d’une biennale virtuelle donne ainsi vie à l’exposition et aux programmes par le biais de contenus en direct, de visites virtuelles, de podcasts, de questions et réponses interactives, de visites organisées et de reprises d’artistes.

« Dans des moments comme ceux-ci, il est plus important que jamais que les gens trouvent des moyens de se connecter, de s’entraider, d’écouter, de collaborer et de guérir – tous les thèmes centraux de NIRIN » explique la Biennale. « La Biennale reste dirigée par des artistes et permettra aux artistes de montrer la voie en répondant aux problèmes sociaux, politiques et environnementaux urgents auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Les organisateurs ont hâte de vous accueillir de nouveau à l’exposition physique lorsque les autorités gouvernementales jugeront sécuritaire de rouvrir ».

La version numérique de la Biennale de Sydney est partiellement en ligne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

This week, @biennalesydney announced that we would be taking #NIRIN2020 online, closing the public exhibitions in response to the COVID-19 pandemic. As you can imagine, a shift like that takes a minute! The entire Biennale team and our exhibition partners are working incredibly hard to bring this epic exhibition to you at home. This is a sneak peek of what our Curatorial Assistant Seb @turbochargedseb and Digital Content Manager Emily @emilysmctaggart have been working on with our friends at @campbelltownartscentre Next week, we’ll begin sharing walkthroughs of the exhibition, opportunities to engage with artists through online events, new education resources, podcasts and more. Thank you for your support and patience. NIRIN opened with the commitment to offer new ways for audiences to experience contemporary art, share time and learn from one other, and we remain committed and true to that vision. #NIRIN2020 #NIRINathome

Une publication partagée par Biennale of Sydney (@biennalesydney) le

(Source : Biennale of Sydney, 17/03/20)

SOURCES: Biennales

PHOTOS: Biennales

Date de première publication: 27/03/2020

Covid-19 / Tour du Monde des initiatives musées & monuments dans un contexte de confinement 

Covid-19 / Annulée en février 2020, la foire Art Basel de Hong Kong renaît en virtuel du 20 au 25 mars 2020

Des œuvres d’une valeur de 16 millions de dollars « accrochées » dans la nouvelle exposition numérique de la galerie David Zwirner

1932-2019: le musée Whitney lance une plateforme en ligne des archives de ses biennales

Pavillon français de la Biennale de Venise 2017: Xavier Veilhan créé un projet « musical immersif » et numérique

The Wrong, première biennale mondiale d’art numérique uniquement accessible sur le web

Laisser un commentaire